Gilles Faelens de Bacchantes Wijnimport, permettra à la clientèle des Pays-Bas d'apprécier les chardonnay de Limoux. (photo JB)
Gilles Faelens de Bacchantes Wijnimport, permettra à la clientèle des Pays-Bas d'apprécier les chardonnay de Limoux. (photo JB)

La 30e édition de Toques et Clochers, dans l’Aude, a été marquée par une nouvelle augmentation significative du prix du fût. Une hausse qui profite à l’ensemble des quatre terroirs, soulignant ainsi la qualité et l’homogénéité du millésime 2018.

Avec seulement 5 fûts sur 96 qui n’ont pas franchi la barre symbolique des 6.000 euros, la trentième édition de la vente aux enchères de Toques et clochers, à Limoux dans la vallée de l’Aude, a enregistré une nouvelle hausse, suivant ainsi le mouvement engagé depuis quelques années. Certes, il n’y a pas eu de record comme ce fut le cas en 2018 lorsqu’un fût de La Serpent, en Haute vallée, avait atteint 10.300 €. Mais le mouvement enregistré ce dimanche 14 avril est différent. « Pour une fois, l’ensemble des quatre terroirs de l’AOP bénéficie de ce mouvement de hausse, cela confirme un niveau de qualité qui est très homogène », souligne Gilles Trémèges, directeur du Pôle vins à la cave des Sieurs d’Arques.

Le millésime 2018 a été pourtant marqué par de forts aléas climatiques a rappelé pour sa part Pierre-Louis Farges, le président de la cave. « Des gelées tardives au printemps, de la grêle en juillet sur certains secteurs, nous n’avons pas été épargnés et sur certains clochers il n’y a pas eu de récolte… »

Les clients néerlandais auront du choix

Observateur attentif, Georges Gracia (Le vin selon Georges), ancien sommelier de Michel Guérard puis du restaurant gastronomique carcassonnais La barbacane, avoue un penchant pour les vins issus de la Haute vallée. « Ce sont ceux qui offrent le plus de perspectives d’évolution positive sur la durée et ils restent une locomotive pour l’ensemble de l’appellation. Le chardonnay y profite des beaux écarts de température et s’y exprime le mieux. Mais cette année, le millésime est beau partout et cette qualité générale compense le peu de quantité. »

Si les années 1990 et le début des années 2000 ont vu les acheteurs belges animer les enchères, c’est désormais un importateur néerlandais qu’il faut surveiller. Sous les yeux des présidents de la vente, René Meilleur, chef trois étoiles à La Bouitte, en Savoie, et de son chef sommelier Antoine-Marie Bourlier, c’est un acheteur venu de Gouda, Gilles Faelens, qui a raflé plus de 20% des lots proposés.
Et, comme une confirmation, ses emplettes ont porté sur l’ensemble des terroirs. Ainsi grâce à lui, les amateurs néerlandais auront un large choix. Mais on trouvera également les fameuses bouteilles numérotées qui portent le nom d’un clocher à travers le monde, du Brésil au Japon, de la Norvège à l’Espagne et de la Russie au Royaume-Uni. Deux lots vont d’ailleurs prendre la direction du 67 Pall Mall, un club londonien connu pour la passion de ses membres pour le vin ainsi que la densité, la qualité et la diversité de son offre. Une référence !

Ci-dessous : Les vignerons portent les bannières des clochers qu’ils représentent lors de la vente aux enchères.