Christophe Gruy, propriétaire du Château de la Chaize depuis quelques mois, annonce vouloir en faire une marque internationale et passer le domaine en bio.

« Je suis venu en entrepreneur, pas en mécène. Je n’ai pas acheté le château pour venir en week-end mais pour y faire du vin ». Christophe Gruy, industriel à la tête d’un groupe Lyonnais qui réalise une centaine de million d’euros de chiffres d’affaires (Maïa), ne se cache pas derrière son petit doigt. Il compte faire du Château de la Chaize et de ses vins une référence du Beaujolais. « Cette belle région mérite mieux que ce qui se passe depuis un moment », assène-t-il.

Le cap est déjà tout tracé pour le Château. « Plusieurs dizaines des millions d’euros » seront investis dans les prochaines années pour faire briller cette propriété historique de Brouilly. Logiquement, la vigne et le vin figurent en tête des annonces fortes que Christophe Gruy a effectuées le 6 décembre dernier devant la presse et des personnalités locales au cours d’une visite du Château. L’objectif d’aller vers la viticulture bio est clairement affiché. Un but qui s’accompagne d’une meilleure connaissance des terroirs du domaine. Le cabinet de Claude et Lydia Bourguignon, référence en matière d’études de sol, est déjà à l’œuvre dans les parcelles. Une trentaine d’hectares seront par ailleurs replantés. Les investissements porteront également sur la rénovation du chai existant et sur la construction d’un nouveau bâtiment. « Avec un domaine de 150 hectares nous pouvons faire naitre un vraie marque mondiale. Nous allons nous y atteler », a conclu Christophe Gruy.

Le château de la Chaize, située sur la commune d’Odenas, s’étend sur 250 hectares, dont une centaine en vignes. Conçu par Mansart, l’imposante bâtisse est entourée d’un magnifique jardin à la française dessiné par Le Nôtre. Fleuron architectural du Beaujolais sa vocation d’accueil sera aussi réaffirmée à l’avenir.