Château Lafitte, la propriété de la famille Mengin en Premières Côtes de Bordeaux s’est vu reconnaître par les autorités chinoises le droit de conserver son nom et déboute ainsi le prestigieux château Lafite Rothschild, 1er Grand Cru Classé 1855.

Le long conflit entre le château Lafite Rothschild, 1er Grand Cru Classé de Pauillac, aux mains des Domaines Baron de Rothschild et le château Lafitte, Premières Côtes de Bordeaux, vient de connaître un nouvel épisode qui a tourné à l’avantage de ce dernier.

La commission de révision de l’administration d’État pour l’industrie et le commerce de la République de Chine vient de rendre un arrêt qui reconnaît au château Lafitte de la famille Mengin le droit d’exister en tant que tel sur le marché Chinois. Ce que contestaient les Domaines Baron de Rothschild qui avaient eux même déposé les noms de Lafite Rothschild et de Lafite auprès des autorités chinoises.

Deux ans de procédure

« Nous exportons en Chine depuis 2009. Nous avions préalablement enregistré notre marque, explique Philippe Mengin. Une procédure a été engagée en juin 2013 par les Domaines Baron de Rothschild pour contester la présence de notre marque sous ce nom. La commission de révision de l’office des marques chinois a validé notre dépôt de marque. Mais ça ouvrait une période de trois mois pour recevoir d’éventuelles oppositions. Ce que Lafite Rothschild a fait le dernier jour. Toujours avec le même argument de la similarité de nom. Au début du mois de septembre, l’administration chinoise a rejeté cet argument et nous a donné le feu vert pour continuer à vendre notre vin sur le territoire chinois ».

Philippe Mengin se dit enfin soulagé. « Nous sommes engagés dans des procédures depuis 2003 avec Lafite Rothschild. Un arrêt de la cour de cassation, en 2009, nous a reconnu le droit de conserver notre nom, qui est celui de la propriété depuis 1763. Maintenant nous obtenons ce même droit de continuer à exister en Chine. Nous n’avons pas voulu ce combat. Il a été douloureux et onéreux. Les Domaines Baron de Rothschild veulent à tout prix défendre la marque Lafite qui a été déposée mais qui n’est pas exploitée. En plus, les consommateurs, Chinois ou non, savent faire la différence entre un vin comme le nôtre vendu entre 30 et 50 euros et Lafite Rothschild, vendu plus de 1000 euros. »
De leur côté, les Domaines Baron de Rothschild se refusent pour l’heure à commenter cette décision qu’elle entend contester. Ce qui n’inquiète pas Philippe Mengin, « puisqu’il s’agit de faire un recours devant la commission de révision qui s’est déjà prononcée. »