Le patrimoine et le cognac, l’histoire de France et l’eau-de-vie charentaise ne font qu’un dans la maison Otard. Une riche idée de visite à l’approche des fêtes…

C’est en 1795 que le Château royal de Cognac rencontre l’histoire de l’eau-de-vie charentaise lorsque le baron Otard l’acquiert pour y entreposer ses fûts de cognac. Jouxtant le fleuve Charente, les caves du château présentent des conditions exceptionnelles pour le vieillissement du cognac. En achetant le château où est né François 1er, le baron Otard faisait d’une pierre deux coups. Il trouvait un lieu unique pour sa production de cognacs et sauvait de la destruction un monument de l’Histoire de France. En parcourant cet édifice sur les quais à Cognac, on découvre différents styles architecturaux et des pièces chargées d’histoire comme la salle aux casques du XIIème ou celle aux clefs de voûtes que François 1er a fait construire dans les années 1510 pour faire des réceptions.

Pour l’amateur de cognac, les chais restent une étape importante où l’on mesure un taux d’humidité de 90% et une température constante de 15 degrés. Si la maison Otard entrepose des cognacs en dehors de la ville, ses chais historiques protègent encore des lots exceptionnels. Ainsi l’histoire de François 1er et du baron Otard se croisent et se décroisent avec, en fin de visite, un musée consacré à la marque : réclames, affiches et quelques vieux flacons où l’on peut apprécier l’inscription « Cognac de santé ». La maison Otard ne communique pas les chiffres de sa production mais, comme ses concurrentes, sa part export est très majoritaire avec des marchés comme la Norvège ou la Russie. Le château reçoit près de 200 000 visiteurs chaque année où résonnent les accents français, anglais, hollandais, américains et belges.

Aujourd’hui propriété du Groupe Baccardi-Martini, l’édifice royal – dont l’origine date du Xème siècle – ouvre ses portes avec des parfums de rancio, d’écorces d’oranges et d’abricots secs. Naturellement, la visite « Prestige », qui permet de mieux prendre le pouls de ce passé et d’appréhender les différentes phases d’élaboration du cognac, est conclue d’une dégustation d’un VSOP et d’un XO Gold. C’est le cœur de gamme à laquelle on peut ajouter le Extra 1795. Une coupe exceptionnelle, Fortis et Fidelis, est à 3720 €. Il existe aussi un millésimé, le 1972, à 432 €. Dernièrement, la maison Otard a mis en place la possibilité pour le visiteur de mettre en bouteille un cognac Héritage Royal en personnalisant par la suite son étiquette (190 €). L’expérience s’appelle le Self Fill Barrel.

Des formules plus poussées sont aussi proposées avec notamment des accords mets et cognac et la possibilité de louer la salle qui a vu passer différentes têtes couronnées à commencer par Richard Cœur de Lion. Une sortie en famille s’impose… Dans un verre de cognac Otard repose de la culture générale.

Prix de la visite Prestige pour une personne : à partir de 11€
www.baronotard.com