La nouvelle distillerie est dotée de huit alambics de 25 hectolitres (Photos : Loïc Dequier)
La nouvelle distillerie est dotée de huit alambics de 25 hectolitres (Photos : Loïc Dequier)

La maison de négoce a concentré sur un seul lieu la vinification et la distillation de la récolte des Domaines Rémy-Martin. Le processus joue sur la déclivité du terrain, multipliant les innovations.

Le lieu-dit « Les Martins » regarde le village de Juillac-le-Coq, en contrebas. La famille Hériard-Dubreuil, à la tête du groupe Rémy-Cointreau, est enracinée ici depuis des lustres. « Ils possèdent un document attestant de la présence de la famille en 1610 », mentionne Julien Georget, responsable des Domaines Rémy-Martin.
La maison de négoce exploite en propre 224 hectares, répartis sur cinq implantations, toutes en Grande-Champagne. La vendange était rapatriée sur trois sites. Depuis septembre 2018, tout passe par Juillac-le-Coq.

Pourquoi celui-ci, plutôt que Touzac ou Gensac-la-Pallue ? Parce que « Les Martins » sont accrochés à une colline. « C’est le seul site qui ait une gravité naturelle. On travaille là-dessus pour éviter de triturer le raisin », explique Julien Georget.

Tout est fait pour cajoler les baies. Les remorques qui délestent les vendangeuses sont sur suspension pneumatique, et couvertes. Le raisin tombe dans des pressoirs pneumatiques dits  » intelligents « , le modèle « Organ » de la marque Bucher. « Ils ne se mettent à presser que quand il n’y a plus de jus qui coule. Le jus arrive ensuite dans un tamis doté de trois mailles successives, pour enlever les débris végétaux. Le processus a été imaginé en interne », décrit le maître de chai, Baptiste Loiseau.

Optimiser la qualité et respecter l’environnement

Objectifs affichés, optimiser la qualité et respecter l’environnement. Le chai de vinification a une capacité totale de 30 000 hectolitres volume. Il est doté de 72 cuves au total, 33 grandes taillées sur mesure par Chalvignac, spécialiste des alambics basé à Cognac, et des plus petites qui sont utilisées pour diverses recherches. « 15 % des surfaces des Domaines sont dédiées à l’expérimentation », mentionne Julien Georget.

Toute la récolte des Domaines passe par une distillerie toute neuve, huit alambics de 25 hectolitres truffés de technologie. « Plutôt que d’automatisation, on préfère parler d’assistance. Les distillateurs interviennent systématiquement pour le prélèvement des têtes ou les coupes de bonne chauffe », insiste Baptiste Loiseau.

Rémy-Martin a prévu un autre investissement à Juillac-le-Coq, la transformation d’un bâtiment en lieu de réception. » « Ce site est une vitrine », relève Baptiste Loiseau. Le négociant ne communique pas les montants investis, que l’on imagine conséquents. Ils s’inscrivent dans une dynamique tournée vers les 300 ans de la marque, en 2024. Le numéro 3 du cognac doit réaménager entièrement son siège, dans le coeur de Cognac, et reloger certaines équipes sur le site de production de Merpins, avec la construction de plusieurs bâtiments.

Ci-dessous : Les services de Baptiste Loiseau et Julien Georget ont cherché à innover à tous les niveaux