Donuts, chouquettes, quiche et gigot. Voici les quatre nouveaux visuels sucrés et salés qui ont été choisis par les Champagnes de Vignerons. La deuxième vague de la campagne de communication orchestrée par l’agence M&C SAATCHI GAD continue à jouer la carte des accords inattendus.

Des plaisirs simples. Comme ce gigot faussement emballé dans du papier film ou ces chouquettes déballées sur une moquette azur. S’acoquiner avec la spontanéité n’est pas chose aisée. C’est pourtant le pari que s’est lancé le SGV (Syndicat Général des Vignerons de la Champagne) en 2018 en lançant une campagne de communication d’envergure et « jamais vue ». Avec un budget de 4 millions d’euros par an pendant 3 ans, voté à main levée et qui a permis de désacraliser l’image du champagne. Une campagne de communication jugée « impactante » et qui a surpris la cible espérée, les millenials.

Qui aurait pu croire alors qu’une boîte de sardines ou un œuf mayo (voir les visuels de la première campagne) émoustilleraient autant les intéressés ? Et c’est bien là l’idée : rendre exceptionnels les moments du quotidien, casser les codes, jusqu’à se surprendre à boire une flûte avec un artichaut. Dans cette continuité du « simple mais quand même… on ne va pas sortir les biscuits apéro », la campagne affiche quatre nouveaux visuels qui cohabitent avec deux visuels de la campagne 2018, les codes créatifs restent les mêmes en s’appuyant sur la spontanéité et l’irrésistible envie d’ouvrir la porte du frigo.

« Tiens, si on ouvrait une bouteille de champagne ? »

Dès juin 2019, la première vague permettra de découvrir 2 nouveaux instants de consommation :

Donuts et chouquettes s’inscrivent dans les « Plaisirs sucrés », photos réalisées par Lucy Sparks avec des visuels plus féminins dans des compositions ton sur ton propres à son style et volontairement très intimistes.

Quiche et gigot dans pour les « Plats froids » : photos réalisées par Marius Hansen. Il représente dans ces visuels des plats tout juste sortis du réfrigérateur pour accompagner le champagne, évoquant une consommation sur le pouce qui allie plaisir et spontanéité.

« Vous pouvez oublier le savoir-vivre et laisser place au savoir-faire. »

Dans la lignée des punchlines adroites et bien pensées, les nouveaux visuels s’accompagnent eux aussi de tournures quasi philosophiques, ainsi l’on peut lire à côté de cette quiche sortie de son papier alu : « Il peut se déguster sur le pouce mais pas le petit doigt levé » ou encore « Vous pouvez oublier le savoir-vivre et laisser place au savoir-faire » sur le visuel « chouquettes ». Un pied de nez à tous les puristes, un « drink easy » mis en scène.

Le Champagne assume ici la gastronomie de quartier en restant chic. A toutes les sardines oubliées, les œufs durs reniés, les chouquettes délaissées, au gigot entamé… une autre vie est désormais possible.

LA CAMPAGNE EN 2019 :
UN DISPOSITIF D’ENVERGURE EN FRANCE ET UNE OUVERTURE SUR L’INTERNATIONAL

Pour installer un rendez-vous avec les consommateurs, le déploiement se fait sur les mêmes médias visuels : Affichage / Presse / Digital, et selon un principe de « dé-saisonalisation » pour favoriser l’émergence (juin et septembre). La campagne touchera également des nouveaux marchés stratégiques : la Belgique Francophone et le Luxembourg, et en parallèle un test sera fait sur le digital en Italie du Nord (région de Milan).

En France, comme en 2018, la campagne sera portée par un dispositif complet et ambitieux :

– Un partenariat de 15 jours pour mettre le champagne à l’honneur dans les Maisons Plisson, à la fois épicerie fine, marché-primeur et restaurant gourmand, basées dans des lieux « instagrammables » situés dans les quartiers tendances de Paris et fréquentés par les millennials
– Une opération bars à vins dans 15 des grandes villes en France pour proposer des accords mets champagnes pendant 15 jours
– Une campagne nationale d’affichage de 2 vagues d’une semaine, en juin et en septembre
– Une vague de 2 semaines d’affichage tactique sur les vitrines de 50 caves à vins, au plus près de l’acte d’achat
– Plus de 60 parutions dans la presse
– Un dispositif digital et une présence accrue sur Facebook et Instagram
– Un plan relations presse et des partenariats avec des influenceurs lifestyle.