Plus de 9000 vins de 50 pays producteurs goûtés par 320 dégustateurs ont participé cette année au Concours Mondial de Bruxelles (CMB), dont la 24ème édition se déroulait à… Valladolid en Espagne.

Une cinquantaine de pays producteurs de vins ont participé cette année au Concours Mondial de Bruxelles (CMB) l’un des rares concours itinérants au monde (avec le Mondial du Grenache). « Chaque année, le concours change de lieu pour donner une visibilité internationale aux vins de la région hôte et mettre en avant son offre œnotouristique, précise Thomas Costenoble, directeur général du CMB. Il s’est tenu cette année à Valladolid en Espagne, l’occasion de mettre en lumière la région de production de Castille et Leon. Leader quant à la superficie de son vignoble avec près d’un million d’ha, l’Espagne est aussi le principal exportateur de vins avec 22,9 Mhl et une part de marché mondiale de 22%. Elle participe au Concours Mondial depuis ses débuts (49 échantillons en 1994). Depuis déjà deux décennies, elle se situe au deuxième rang en termes de nombre d’échantillons (+25% cette année par rapport à 2016). Elle avait déjà remporté l’an dernier le plus grand nombre de médailles d’or.

L’Espagne gagnant devant la France

L’Espagne, qui présentait 2 002 échantillons de 573 producteurs dont 118 en bio et biodynamie, a tenu le haut du palmarès avec le plus grand nombre de médailles devant la France (la plus représentée avec 2481 échantillons), l’Italie, le Portugal, le Chili. La Grèce et la République tchèque ont fait leur entrée dans le top 10 des lauréats 2017. Deux nouveaux pays producteurs participaient pour la première fois au concours : l’Azerbaïdjan et l’Andorre. Deux nouvelles catégories avaient été créés pour cette édition : vieux millésimes et vins biologiques. Cette dernière traduit la montée en flèche du nombre d’échantillons de vins biologiques et biodynamiques (693 présentés), avec une hausse de plus de 80% au cours de ces trois dernières années (le premier lauréat 2017 est turc). Parmi les médailles Révélations, quelques-unes remportées par des producteurs de l’Hexagone, celle du mousseux par le champagne Jean Dumangin, du vin bio France par Château Gaillard 2015 (Vignobles JJ Nouvel), du rouge français par Château Peyrabon, du blanc par les Vignobles Foncalieu, du rosé par Maison Ventenac…

Bientôt en Chine

La participation chinoise a fait un bond de 112,5% par rapport à 2016, près de 250% depuis 2015 quant aux échantillons présentés au CMB. « Avant de référencer un vin, certains distributeurs chinois demandent qu’il ait été récompensé lors d’un concours international. Du point de vue des producteurs, il s’agit d’un moyen de pénétrer de nouveaux marchés », a affirmé Thomas Costenoble, directeur général du CMB. Selon l’OIV, la superficie du vignoble chinois (847 000 ha, +17 000 ha en 2016) se situe au deuxième rang mondial derrière l’Espagne mondial. La Chine représente le 5ème pays consommateur de vin (après les États-Unis, la France, l’Italie et l’Allemagne), le 5ème pays importateur de vin en volumes et le 4ème en valeur (l’écart se réduisant avec l’Allemagne). La demande intérieure chinoise « a le plus contribué à la croissance des échanges en 2016 ». « La Chine est sans nul doute le pays où le secteur du vin se développe le plus rapidement en termes de production et de consommation, précise Baudouin Havaux, président du CMB. Elle est même devenue la première destination export pour certains pays producteurs de vin au monde ». La Chine accueillera d’ailleurs la 25ème édition du CMB en 2018 du 11 au 13 mai dans le district de Haidian (près de 4 millions d’habitants) à Pékin, la première édition hors Europe. Ce sera la première fois qu’un concours de cette envergure se tiendra en Asie.

Résultats sur results.concoursmondial.com