(Photos F. Hermine)
(Photos F. Hermine)

La troisième génération de Chambeyron, Mathieu, a tout changé de la vendange à la cave pour gagner en fruité et en élégance. Ses côte rôtie et condrieu traversent désormais les frontières.

Ses grands parents qui cultivaient du tabac et des abricotiers avaient déjà un carré de vigne. Son père avait planté les premiers ceps en 1982 en appellation, 1,5 ha en Côte Rôtie, 0,7 ha en Condrieu, Mathieu, la troisième génération, s’est installé en 2010 en reprenant les parcelles de Côte Rôtie-Condrieu et a replanté 9000 m2 de syrah en Côtes du Rhône et 8000 en Collines Rhodaniennes (5000 de syrah, 3000 de viognier). Pas de brevet viti-œno en poche pour ne pas partir à l’étranger, juste quelques formations techniques et beaucoup de temps passé à regarder comment le domaine familial était travaillé… pour tout changer. « Mon père, qui a pris sa retraite fin 2017, ramassait le raisin en remorques, utilisait un vieil égrappoir et une pompe pour amener des raisins parfois en bouillie sur la table de tri ; j’ai supprimé les pesticides, ramassé en caissettes de 10-12 kg, j’ai acheté un tapis élévateur et un érafloir suivi d’une table de tri automatique des baies entières. On y a gagné surtout du fruit, impressionnant sur les rouges, et de la finesse grâce à une extraction douce ».

Mathieu recherche l’élégance, à faire des vins pas trop tanniques ni trop boisés. Il a travaillé d’abord à partir de vendanges 100% éraflées mais depuis les deux derniers millésimes solaires, il essaie d’introduire une partie de grappes entières pour gagner en fraîcheur et pour davantage de garde. Aujourd’hui, il travaille sur 5 ha dont 2,5 en Cote Rôtie sur les beaux terroirs de Chavaroche, les Moutonnes et Lancement. Du temps de Bernard qui a pris sa retraite mais aide encore parfois à la vigne, les trois quarts des bouteilles se vendaient au caveau ; elles partent de plus en plus vers les États-Unis, la Belgique, les Pays-Bas…

On aimé :

Côte Rôtie La Chavarine 2017, assemblage de parcelles, 100% éraflé, élevé une vingtaine de mois en fûts dont 25% en bois neuf, sur les fruits rouges, fraises écrasées, pruneaux, des notes grillées et des tanins soyeux, en haut de la Côte Blonde mais type Côte Brune (25€)

Côte Rôtie L’Angeline 2017, parcelle des Moutonnes 100% syrah, sur des fruits noirs, des épices, floral sur une note de violette, fin et soyeux (40€)

Côte Rôtie Lancement 2017, vieilles vignes de serine plantées dans les années 60 mais dont le fermage s’arrêtera avec le millésime 2018. 20 mois d’élevage dont 30%en bois neuf pour des arômes de fruits rouges et noirs, puissant sur des tanins de velours et un léger boisé, type Cote Blonde (55€)

Condrieu Vernon 2018, parcelle précoce de viognier élevé 10 mois deux tiers en fûts (a 20% neuf), un tiers en cuves. Frais et fruité, tendre et rond, particulièrement aromatique sur un nez de poire William, fleurs d’acacia et un léger salin en finale. (30€)