(Photo Vanessa Meyer)
(Photo Vanessa Meyer)

Mosaïque de terroirs combinés à des cépages typiques, l’Alsace offre des vins que l’on identifie immédiatement. Ici, les vins portent surtout les noms des sept cépages présents dans le vignoble. De l’opulence fruitée d’un gewurztraminer à la légèreté d’un muscat ou au racé sec d’un riesling, la gamme des blancs s’étale à l’infini. Depuis peu, les vignerons indépendants et les coopératives de la région produisent aussi des rouges à partir du pinot noir planté sur 10% du vignoble.
Second volet de notre escapade publiée dans le Terre de vins n°56, actuellement en kiosques.

La trentaine dynamique, Hervé Schwendenmann incarne cette nouvelle génération de vignerons qui font le vignoble alsacien d’aujourd’hui. En plus d’exercer le métier de viticulteur à Wuenheim, où se trouve le domaine familial, il est aussi le président du groupe Woflberger. Des casquettes complémentaires qui vont bien à cet hyperactif.
Lorsqu’il arrive à la présidence de Wolfberger en 2008, Hervé Schwendenmann n’a que 28 ans. Sûr de lui, le jeune homme a l’enthousiasme communicatif et déborde de projets pour cette coopérative. Mastodonte du vignoble alsacien, elle vinifie les productions de 1 200 hectares de vignes gérés par 402 exploitants-adhérents. « La marque était déjà très bien implantée lorsque j’ai pris mes fonctions. Il fallait poursuivre sur cette lancée en prenant des risques et en favorisant la durabilité. » Le résultat est là. Aujourd’hui, Wolfberger produit 14 millions de cols par an et exporte ses produits dans le monde entier.
La diversité et la richesse des terroirs des coopérateurs garantissent une variété de vins impressionnante. Dans les cinq caveaux de dégustation de cette maison dont le siège est à Eguisheim, le choix laisse pantois. Riesling, pinot gris, blanc, noir et auxerrois, muscat, gewurztraminer et sylvaner, aucun des cépages alsaciens ne manque à l’appel. S’il ne fallait en retenir qu’un, le choix se porterait sur le Riesling Grand Cru Rangen 2015 (23,50 €), le plus méridional et mythique terroir de la région. Cette terre d’origine volcanique – unique en Alsace -, donne une minéralité rare et des arômes puissants. Ici, l’inclinaison du sol atteint parfois les 85 % et implique d’être encordé pour vendanger ! Fantaisie des œnologues, l’assemblage Black Papillon 2017 (7,75 €) se veut consensuel et capable d’accompagner tous les repas. Plus moelleux, le Gewurztraminer N°1 2016 (12,95 €) a l’étoffe d’une vendange tardive. Wolfberger propose aussi une gamme bio issue des 83 hectares certifiés AB. Dans ce panel, le Pinot gris bio 2016 (10,10 €) séduit par son nez puissant et ses notes épicées.

Les crémants restent toutefois ce qui fait la renommée de Wolfberger. « Sur les 32 millions de cols produits en Alsace, sept millions sortent de nos caves », précise Hervé Schwendenmann. En assemblage ou en mono-cépage, les cuvées sont élevées sur lattes, 12 à 45 mois pour les flacons les plus prestigieux. Tel le Révérence IX (19,90 €), un crémant à l’acidité fine, dédié au Pape Léon IX, originaire d’Eguisheim.

68420 Eguisheim
03 89 22 20 20 – www.wolfberger.com