Jean-Pierre Marie (photo : Michaël Boudot)
Jean-Pierre Marie (photo : Michaël Boudot)

Le Sud-Médoc est une bande d’une dizaine de kilomètres de large, bordée par la Garonne à l’est, par la forêt landaise à l’ouest et surtout par la métropole de Bordeaux au sud. Une urbanisation quelque peu envahissante, qui comble les interstices et cerne de plus en plus les vignobles, mais un développement qui offre aussi la possibilité d’un rapprochement… Surtout le Sud-Médoc, c’est un terroir typique de graves à l’intérieur duquel, on trouve des nuances qui différencient les vins et esquissent des profils qui seront peaufinés par chaque propriété. Une escapade à retrouver dans Terre de vins n°57, actuellement en kiosque.

Épisode 3/6 : Château Cambon La Pelouse : la belle aventure

Cambon La Pelouse (cru bourgeois supérieur) a été acheté par Jean-Pierre Marie en 1996, après vingt-huit ans d’une carrière dans la grande distribution. À ce moment-là, le nouveau propriétaire a 50 ans, aime profondément et depuis longtemps la région de Bordeaux, et ne connaît pas vraiment le monde du vin. Aussi prend-il la précaution de bien s’entourer et d’« adapter son style de management au monde viticole ». Deux années plus tard, en 1998, un coup de cœur du Guide Hachette vient récompenser cette conduite intelligente. Depuis, le succès ne quitte plus la propriété.
Au fil des années, Jean-Pierre Marie a replanté 30 hectares et augmenté raisonnablement la proportion de cabernet sauvignon, car, ici, le terroir apporte naturellement la solidité. Il a aussi créé un « wine shop » et s’est engagé dans une démarche environnementale qui l’a conduit à obtenir la certification HVE3. Les flacons signés Cambon La Pelouse sont caractérisés par un beau volume, des tanins bien présents, un boisé bien dosé : des vins solides qu’il faut savoir attendre. Cette concentration « est plutôt l’expression du terroir de graves garonnaises » et Jean-Pierre Marie ne cherche pas à éviter l’image du « bordeaux de garde » que son terroir lui apporte naturellement. Dans cet esprit, le château Trois Moulins 2014 (8,30 €), Haut-Médoc, sur des graves fines et profondes (45 % de merlot, 15 % de cabernet franc, 40 % de cabernet sauvignon), libère des notes mentholées, puis un bouquet de petits fruits rouges. À attendre trois à quatre ans. De même le Cambon La Pelouse (15 €) sur ce millésime souvent sous-estimé de 2011, sur un terroir de graves sableuses à gros galets (50 % de merlot, 47 % de cabernet sauvignon, 3 % de cabernet franc), offre une robe sombre, des notes empyreumatiques et de graphite. Du volume, de la personnalité, un boisé intégré qui donne de la rondeur. À boire sur une daube ou sur un magret. « Je suis monté dans les trains quand ils passaient », indique pudiquement Jean-Pierre Marie. Vingt ans plus tard, Cambon La Pelouse est encore à bord.

33460 Macau
05 57 88 40 32 – Site internet