Pierre Cazeneuve (photo : Michaël Boudot)
Pierre Cazeneuve (photo : Michaël Boudot)

Le Sud-Médoc est une bande d’une dizaine de kilomètres de large, bordée par la Garonne à l’est, par la forêt landaise à l’ouest et surtout par la métropole de Bordeaux au sud. Une urbanisation quelque peu envahissante, qui comble les interstices et cerne de plus en plus les vignobles, mais un développement qui offre aussi la possibilité d’un rapprochement… Surtout le Sud-Médoc, c’est un terroir typique de graves à l’intérieur duquel, on trouve des nuances qui différencient les vins et esquissent des profils qui seront peaufinés par chaque propriété. Une escapade à retrouver dans Terre de vins n°57.

Épisode 5/6 : Château Paloumey, une succession prometteuse

En 1989, Martine Cazeneuve et son mari quittent le Blayais pour le Médoc et relèvent le défi de relancer le château Paloumey (où passent les palombes). C’est ainsi que, grâce à leur travail, de cru bourgeois, celui-ci passe, en 2003, à cru bourgeois supérieur. Pierre Cazeneuve, leur fils, a pris les rênes en 2015 et gère les 34 hectares répartis sur trois appellations : Haut-Médoc, Margaux et Moulis. Pierre parle de la propriété avec passion. Le discours est clair et on sent une réelle envie d’entreprendre. Il tient à montrer les parcelles de vignes, parfois éloignées, et à expliquer les caractéristiques de la terre et ses choix, dont la volonté de maintenir dans l’encépagement une proportion importante de petit verdot (habituellement entre 4 et 6 %). On le trouve dans l’assemblage à hauteur de 20 % en moyenne dans le margaux (château La Bessane) et dans le moulis (château La Garricq) pour 10 %. C’est un « atout majeur des assemblages, il donne une belle personnalité à nos vins en apportant couleur, arômes de violette, puissance et richesse tannique ». Le réchauffement climatique permet désormais à ce cépage de perdre sa réputation de capricieux. Un cépage pétri de qualités que Pierre Cazeneuve chérit. Enfin, la conversion en bio est imminente (2019). On aimera Ailes de Paloumey 2015 Haut-Médoc (12 €). Nez très expressif de fruits rouges, charmeur, il déroule une bouche souple, soyeuse, gourmande (70 % de merlot). Bel équilibre et bon rapport qualité-prix ! On peut le déguster dès maintenant. Paloumey 2014 (cru bourgeois supérieur) Haut-Médoc (18 €) livre un nez complexe de poivron vert, de tabac blond et d’effluves mentholés (55 % de cabernet sauvignon, 40 % de merlot et 5 % de cabernet franc). Une très belle finale, marquée par un séduisant zeste d’agrume. Sa trame tannique à petits grains tapisse bien la bouche. Un vin élégant et équilibré. À servir aux côtés d’une viande blanche accompagnée d’une sauce aux champignons. Enfin, il faut citer le remarquable moulis château La Garricq 2011 (20 €), bien campé dans la typicité de son appellation, sans épaisseur mais avec élégance (20 % de petit verdot). Compoté, dense, solaire, long, c’est un modèle d’équilibre.

33290 Ludon-Médoc
05 57 88 00 66 – Site internet