Stoppée en 2007 faute d’acheteurs, la vente des Hospices de Beaujeu doit renaitre en 2020. C’est en tout cas le souhait de la maison François Martenot (Beaune), entité bourguignonne du groupe Grands chais de France.

« Nous allons rallumer le chapitre de la vente aux enchères des Hospices de Beaujeu », a déclaré Anne-Laure Helfrich, directrice marketing adjointe du groupe Grands chais de France. L’annonce a été faite il y a quelques jours à Villié-Morgon, devant une centaine de clients, d’élus et d’acteurs du vignoble du Beaujolais. Une renaissance prévue pour 2020 même si la date précise n’est pas décidée pour l’heure. Entre-temps, il s’agira de convaincre les acheteurs potentiels, des acheteurs professionnels français et étrangers, de renouer avec une longue tradition qui s’était perdue. La prochaine vente, qui devrait être organisée à Lyon, sera en effet la 211ème édition de cet évènement caritatif.

C’est la maison François Martenot (Beaune) qui sera à la baguette. Benjamin Le Berre, directeur de la maison, insiste sur la volonté de « redonner de la visibilité aux vins des Hospices de Beaujeu » à l’exemple de la cuvée de Régnié, la principale du domaine (64,8 ha sur 81) mais aussi de mettre en avant la cuvée de Bourgogne gamay. La maison François Martenot a signé en 2016 un contrat de partenariat sur 25 ans avec les Hospices de Beaujeu. Elle est chargée de l’élevage et de la commercialisation des vins tandis que la cave coopérative de Bel Air (Saint Jean d’Ardières) exploite les vignes et vinifie les vins.

Les fonds récoltés serviront notamment à financer la prise en charge de patients atteints de la maladie d’Alzheimer.