(photo J. Bernard)
(photo J. Bernard)

L’Union de la Sommellerie Française était réunie pour célébrer le trentième anniversaire de ce titre symbolisé par une grappe dorée remise à quinze nouveaux professionnels pour l’occasion.

Le temps d’un week-end, l’UDSF a pris ses quartier d’hiver à Bordeaux. Pour participer à un conseil d’administration a l’ordre du jour chargé, enchaîner les dégustations et surtout fêter les trente ans de la création du titre de Maître Sommelier de l’Union de la Sommellerie Française.

« Si les conditions d’attribution de ce titre ont évolué, la philosophie demeure intacte. Il s’agit toujours de valoriser une implication irréprochable tant sur le plan associatif que professionnel. Avec cette grappe dorée qui symbolise le titre, chaque Maître sommelier – ils sont désormais 314 – sait qu’il a été reconnu par ses pairs pour son savoir-faire et son savoir-être », a rappelé Philippe Faure-Brac, président de l’UDSF, au palais Rohan qui accueillait le dîner de gala.

Tour à tour Christophe Carreau (Alpes Marseille Provence), Jean-Claude Fayet (Auvergne-Limousin), Benoît Gelin et Sophie Lafon (Bordeaux-Aquitaine), Anne Golla et Frédéric Simon (Alsace), Huguette Lefranc (Bretagne), Ghislain Mahieu, Alain Pontoizeau et Frédéric Turpaud (Paris – Ile-de-France), Nicole Perreaut (Bourgogne), Philippe Munos (Jura – Franche-Comté), Stéphane Thomas (Poitou-Charentes), Olivier Thepenier et Michael Villechenoux (Languedoc-Roussillon – Vallée du Rhône sud) ont donc été appelés par Georges Lepré et Jean-Luc Jamrozik en charge de la commission des Maîtres Sommeliers pour recevoir leur distinction.

Avant et après, les quelque 150 participants ont pu vivre deux dégustations marquantes : celle consacrée aux Crus bourgeois du Médoc puis autour des vins de Saint-Emilion et satellites. Enfin, le dîner de gala était placé sous le signe des Grands crus classés de 1855 avec une présentation des millésimes en neuf (1989, 1999 et 2009).