Après l’acquisition du Clos des Jacobins et du château de la Commanderie en 2004, deux grands crus classés de Saint-Émilion, Magali et Thibaut Decoster reçoivent chaque jour dans leur nouvelle propriété : le château de Candale, à Saint-Laurent-des-Combes. Et nourrissent de belles ambitions pour le restaurant du domaine, l’Atelier de Candale. Une table chic avec vue sur les vignes. Interview.

Après la table de Troplong-Mondot, la Terrasse rouge au château la Dominique, le Logis de la Cadène… l’offre de restauration se muscle à Saint-Émilion. Que voulez-vous faire de l’Atelier de Candale ?

L’Atelier de Candale est plus ancien que beaucoup de restaurants de Saint-Émilion ! Il ne vient pas en plus. Il était l’un des précurseurs. L’Atelier de Candale est Bib gourmand Michelin et nous proposons un menu gastronomique à 32 €. Nous avons voulu ce positionnement parce qu’on ne veut pas développer le gastronomique, ce secteur des étoilés existant très bien à Saint-Émilion. Nous proposons un lieu moderne, chic et décontracté.

Avec trois activités bien distinctes, quelle est aujourd’hui la stratégie du « groupe » ?

L’Atelier s’intègre aujourd’hui dans une stratégie plus globale. Pour mémoire, le Clos des Jacobins représente 8,5 hectares, le château la Commanderie 4 hectares, et le château de Candale en appellation saint-émilion grand cru 8,5 hectares, auxquels il faut ajouter le château Roc de Candale, qui fait 4 hectares. Au cœur de tout ça, le restaurant l’Atelier de Candale constitue un moyen pour nous de faire partager nos vins au consommateur en étant assis à table dans un cadre prodigieux, avec des mets concoctés autour des vins par notre chef Cyril Gallard, qui dirige le restaurant depuis cinq ans et en est co-actionnaire.

Cette croissance en appelle-t-elle d’autres ?

Grandir en termes de foncier n’est pas la question. Nous avons de quoi faire ! Ce qui était important pour nous était de nous ancrer davantage dans le terroir saint-émilionnais, pour renforcer notre présence, notre éclairage, notre promotion. Le paysage est très divers avec des acteurs puissants et forts. On a estimé que c’est en nous recentrant vers Saint-Émilion et ses terroirs qu’on pourrait exister davantage dans ce paysage très dense. Nous avons désormais un outil de promotion de nos quatre vins clefs en main.

Des investissements sont-ils prévus à l’Atelier de Candale ?

Nous allons les concentrer en effet sur le restaurant, essayer de l’agrandir par un système de véranda qui préserve la vue sur les vignes. Cette véranda s’ouvrira entièrement, elle permettra aussi en hiver de profiter de la vue en restant à l’intérieur. Nous allons doubler la capacité d’accueil afin d’en faire un lieu incontournable des circuits œnotouristiques de Saint-Émilion.

Aujourd’hui, que proposez-vous au touriste qui souhaiterait faire escale durant ce mois d’août ?

Il y a deux axes : la visite des exploitations et le restaurant. En termes de visites, on propose la visite au château la Commanderie, la visite du Clos des Jacobins ou de Candale. Ces trois visites se font sur réservation. Chaque visite (20 €) peut être ponctuée d’une assiette de tapas avec un verre à déguster (30 € au total). Cette visite dure une heure. Ensuite, nous proposons une visite et un déjeuner au restaurant pour 55 € : cela comprend un verre d’accueil, la visite d’une heure et le repas sur le menu du jour avec entrée, plat, dessert avec un verre de vin, une carafe d’eau et un café. Enfin, côté restaurant, nous développons également des afterworks tous les soirs ainsi que des boites à pique-nique préparées par l’Atelier de Candale. L’objectif est de dynamiser ce restaurant et d’y faire venir encore plus de monde.

L’Atelier de Candale – 1, allée Grandes-Plantes, 33330 Saint-Laurent-des-Combes – 05 57 24 15 45
Fermeture les dimanches et lundis