(photo JM Brouard)
(photo JM Brouard)

Qu’il est loin le temps où les crémants avaient à peine droit de cité. Aujourd’hui, le monde des bulles est en pleine effervescence et certains acteurs imposent de très hauts niveaux qualitatifs, à l’instar de Langlois-Château dans la Loire.

La bouteille est très élégante, dotée d’un habillage sobre qui rappelle les codes du luxe. Que ce soit pour le crémant de Loire Réserve millésimé 2013 (15,80€) ou bien la cuvée haut-de-gamme Quadrille 2012 (21,20€), l’apparence n’est pas sans évoquer celle des bouteilles de Champagne. Rien de surprenant à cela quand on sait que la maison Bollinger est entrée majoritairement au capital de Langlois-Château depuis 1973 ! Un choix évidemment raisonné puisqu’il existe dans le vignoble ligérien de très beaux terroirs permettant de produire de grands vins effervescents où le roi se nomme chenin. Majoritaire dans ces deux cuvées (respectivement 50% et 60%), il confère toute leur personnalité à ces crémants de Loire. Le 2013, produit dans des conditions climatiques complexes, s’avère floral et d’une belle densité de bouche. Un vin accessible, compréhensible immédiatement. Un trait de caractère partagé par le Quadrille qui démontre, si cela était encore nécessaire, que les crémants de Loire peuvent atteindre une qualité impressionnante. Le nez puissant et complexe, évoquant tantôt les fruits jaunes, tantôt les fleurs. Cet assemblage de chenin (60%), chardonnay (15%), cabernet franc (15%) et pinot noir (10%) dispose d’une grande droiture et d’une véritable allonge en bouche. Dosé à 4 grammes, ce crémant n’en est pas moins parfaitement équilibré. Les 5 ans de vieillissement en cave lui ont apporté rondeur et ampleur. Un vrai vin de gastronomie.

Le succès des crémants de Loire

En quelques années, les crémants de Loire ont réussi à se développer très largement passant en moins d’une décennie de 4 millions à 15 millions de bouteilles produites. Encore loin derrière les productions de crémants alsaciens et bourguignons, la région se fait toutefois une place croissante sur ce marché de plus en plus convoité. Le positionnement prix est en effet idéal, entre les proseccos et les champagnes. Mais la qualité est beaucoup plus proche des seconds que des premiers. Il faut dire que le cahier des charges des crémants de Loire est drastique : vendanges manuelles, temps de vieillissement minimal… Chez Langlois-Château, l’exigence est poussée même plus loin avec notamment des temps de vieillissement encore plus longs. Les raisins pour leur part ne proviennent que de 6 terroirs particulièrement propices à la production de grands vins effervescents. Nul doute que la tendance de fond qui voit le crémant de Loire s’imposer auprès des consommateurs n’est pas près de s’arrêter. D’autant que la Maison produit également un vin plus accessible (moins de 10€), lui aussi très élégant. Un assemblage de 60% de chenin et 40% de chardonnay dénommé L’Extra par Langlois. Un vin qui a séduit un public plus jeune, désormais tout disposé à découvrir le reste de la gamme sans préjugé vis-à-vis des crémants.