Ci-dessus : Julien Salles, Château Armoria dans le Minervois (photos P. Martinez)
Ci-dessus : Julien Salles, Château Armoria dans le Minervois (photos P. Martinez)

Premier Millésime Bio pour Château Armoria et Rouanet-Montcelèbre, deux domaines du Minervois. Récompense après trois ans de conversion, cette présence est aussi le fruit d’une démarche volontariste et d’un engagement sur la durée, l’envie exercer comme jeune vigneron indépendant et bio dans cette grande appellation. Présentation soignée avec des étiquettes et des noms bien pensés, travail personnel sur le vin, avec leurs nouvelles cuvées 2018, ils défendent un rapport qualité-prix plaisir d’un Minervois bien dans son temps.

Julien Salles, dans son château Armoria, à Laure-Minervois, présente sa production, sur 8 hectares de vieilles vignes, rachetées à un oncle qui faisait du négoce. Vigneron par choix après une reconversion professionnelle, il a directement versé dans le bio avec une philosophie affichée dans le nom du domaine : Armoria, amour et harmonie. Il gère seul la vigne, la cave et le commercial, prépare l’avenir en plantant des cépages patrimoniaux qu’il affectionne, notamment en blanc, maccabeu et grenache blanc.
Pour proposer une gamme en trois couleurs, il fait deux mini cuvées de 500 cols, de vrais vins de copain, un blanc avec ses vieilles vignes d’ugni blanc, un rosé de syrah-grenache. Son terrain d’expression favori c’est le rouge, trois cuvées pour mettre en valeur le vieux carignan qu’il affection, en lui donnant une pure expression, sans élevage en bois :
La Transformation 2018 (9,50€) compte 50% de carignan, sur le fruit en finesse.
Norva 2018 (14€), vieux carignan de 1956, en macération carbonique, structuré et épanoui,
Argartha 2018 (19€) fait pour la garde, combinaison de carignan en jus de presse en macération traditionnelle et mourvèdre en macération carbonique avec de la syrah, belle structure, offre déjà une belle buvabilité.

Audrey Rouanet se retrouve aux commandes du domaine familial de Montcelèbre pour ce premier millésime bio. Volontaire et persévérante, elle a décidé, à 15 ans, de le reprendre alors que son père voulait le vendre. Pour cela, elle est allée étudier la viticulture et l’œnologie, voir ailleurs, en Bordelais, Californie et Toscane, avant de rejoindre l’exploitation familiale, achetée pour sa naissance en 1987. Elle décide en 2015 de reprendre en optant pour le bio et travaille aujourd’hui avec sa mère, en vigneronnes récoltantes. Elle présente fièrement sa gamme, signée et aboutie en bio.
Se Canta, en pays d’Oc IGP (7,50€), un colombard fruité et un séduisant cinsault rosé, un séduisant carignan.
Rouanet Montcelebre en Minervois AOP (10,90€), syrah grenache fondu aux tanins soyeux.
Boréalis (20€), Minervois-La Livinière, panier de fruits noirs et longue finale cacaotée.