(photo : AFP Philippe Desmazes)
(photo : AFP Philippe Desmazes)

Onze millions d’euros. Selon Le Canard Enchaîné, c’est ce que pourrait débourser le président du Medef – via sa holding familiale – pour s’offrir le château de Sannes et son vignoble, dans le Lubéron.

Pour le prix, l’hebdomadaire évoque une bâtisse de 2 120 mètres carrés comportant six suites et deux piscines (intérieure et extérieure), un jardin à la française et un vieux moulin à vent, mais surtout 73 hectares de terres agricoles dont 35 hectares de vignes, « classées en grande partie en AOC Luberon ».

Toujours selon Le Canard, qui cite « des professionnels du cru », les Gattaz souhaitent y créer « une cave particulière pour faire leur propre vin », mais aussi « faire de l’agriculture bio et organiser des manifestations culturelles internationales » tout en précisant tout de même qu’il s’agit « d’un projet entrepreneurial, il compte bien ne pas y perdre de l’argent ».

Propriété de Lady Hamlyn, veuve de l’éditeur britannique Paul Hamlyn, le château de Sannes avait, en 2011, tapé dans l’œil de… Steve Jobs. L’iconique fondateur d’Apple aurait à l’époque fait une offre à 25 millions d’euros mais, pour des raisons restées secrètes, l’affaire ne s’était pas conclue.

Après l’électronique (la société Radiall, créée par son père, a fait la fortune de la famille Gattaz) et le syndicalisme patronal qu’il quittera en juillet 2018, Pierre Gattaz se préparerait-il une « retraite » vigneronne ?