Le ressenti du consultant et propriétaire en Castillon Côtes-de-Bordeaux sur ce millésime à émotions fortes.

« 2018 a démarré par un bon gros blues, et fini sur une musique classique italienne un peu envolée et gaie, du type Vivaldi. C’était vraiment un millésime d’ombre et de lumière, entre ce printemps affreux avec beaucoup de pluie, de problèmes de passage dans les vignes, du mildiou, parfois de grêle, puis fin juin, cette métamorphose, avec des conditions magnifiques. Finalement, c’est un millésime inédit, c’est très difficile de trouver un millésime qui ressemble à celui-ci à Bordeaux, et en ce sens-là, il est exceptionnel. En qualité aussi, c’est définitivement un grand millésime, il y a des réussites fabuleuses. En dépit des problèmes de mildiou, le rendement est là, la vigne gelée en 2017 a plutôt bien produit en 2018. Après, il y a aussi une partie de la production qui n’est pas très centrée, avec des vins très légers. » Au final, « c’est un millésime intéressant, car pour les vendanges on a eu une fenêtre qui n’a jamais été aussi large. Entre le début et la fin de la récolte, il s’est parfois écoulé plus d’un mois, c’était carrément à la carte. Ça a permis à chacun d’exprimer réellement ce qu’il voulait exprimer, dans une liberté totale. Il en résulte une diversité stylistique vraiment intéressante, à mon avis bonne et saine pour Bordeaux. »