Vigneron à Rochegude dans la Drôme, le vigneron Vincent Baumet met en valeur le grenache dans ses deux coloris : blanc et rouge. Découverte de ce cépage phare de la vallée du Rhône méridionale au travers de sa gamme de vin.

« Avec le grenache en particulier, tout est question de bonne maturité, avance Vincent Baumet, vigneron à Rochegude (26). Si l’on s’applique à le cueillir quand il faut, on fait des choses superbes ! » Il est vrai que la variété reine de la vallée du Rhône a de nombreux talents que seule une conduite attentive et adaptée peut révéler. Car cueilli trop mûr, il donne des vins lourdauds peu aptes au vieillissement. Il est aussi sensible à certaines maladies comme la coulure. Les vignerons rhodaniens en ont fait les frais en 2013. Excepté à Châteauneuf-du-Pape, où il peut être vinifié en solo, ailleurs il doit obligatoirement faire tandem avec la syrah, le mourvèdre ou encore le cinsault, cahier des charges oblige.

Dans son village, où il a repris l’exploitation familiale en 2010, Vincent Baumet le met en valeur dans ses deux teintes, le blanc et le rouge. Il est, ainsi, l’unique vigneron à élaborer un côtes-du-Rhône villages Rochegude blanc où le grenache est associé au bourboulenc, autre cépage emblématique de la vallée du Rhône méridionale. D

ans le millésime 2017, le blanc de Vincent Baumet sort du lot (11 €). Arômes de fruits exotiques, d’amande, d’agrume précèdent une bouche ample et aromatique teintée de notes d’anis étoilée et d’épice. Idéal avec une bourride de lotte. Plus facile d’accès son côtes-du-Rhône Velours 2016 (7 €), moitié grenache, moitié syrah, est en phase avec son nom : veloutée et fruitée. Elle est prête à passer à table sur des grillades. Son côtes-du-Rhône villages Rochegude 2016 (10,50 €) issue d’une sélection de vieilles vignes de grenache, de mourvèdre et de syrah, permet de découvrir cette appellation méconnue. Les tanins joliment muris sont d’une grande finesse et lui confèrent de l’élégance. Enfin, véritable petite bombe le côtes-du-Rhône villages massif d’Uchaux 2016 (14 €), assis sur le grenache, la syrah et le carignan, hyper concentré encore fougueux de jeunesse est promis à un bel avenir.