Musicien de renommée mondiale, Sting est aussi un épicurien et c’est en couple, avec sa femme Trudie, qu’ils possèdent et exploitent un domaine viticole depuis plus de 10 ans.

La venue de Sting à Paris est toujours un événement. Les deux concerts qu’il vient de donner à l’Olympia affichaient évidemment complets et les fans ont repris en chœur les célébrissimes « Roxanne » ou « Every breath you take ». Et pour prolonger l’expérience, ces derniers auraient pu boire un « Message in a bottle » ! Car Sting et sa femme sont aussi propriétaires d’un vignoble situé à 25 kilomètres au sud de Florence, Il Palagio. En toute honnêteté, Sting reconnaît que ce projet n’était pas initialement le rêve d’une vie. « Nous cherchions une maison de vacances avec ma femme et avons trouvé cette maison en Toscane entourée de champs qui étaient presque à l’abandon. Ma femme Trudie a souhaité redonner vie à cette terre et a eu l’idée que nous replantions des vignes ». L’admiration du chanteur pour son épouse est perceptible lorsque celle-ci évoque les vins et l’excellente huile d’olive produits sur le domaine dont l’origine remonte au XVIème siècle. Les 10 premières années, le couple s’y rendra chaque saison pour suivre la naissance du vignoble. Un travail de longue haleine et un investissement total. Trudie a notamment créé deux des étiquettes des cuvées produites, celles des cuvées « When we dance » et « Casino delle vie ». Aujourd’hui, ils ne se rendent plus qu’une fois par an dans ce paradis toscan car il est difficile pour eux de conjuguer de nombreux déplacements en Europe avec leur vie à New-York.

Des vins de célébrité, oui, mais bons !

Nombre de célébrités ont décidé un jour de produire du vin. L’affaire est courante, qu’il s’agisse de Gérard Depardieu ou bien encore de l’ex couple mythique Brad Pitt – Angelina Joli. Et Sting est tout à fait lucide sur la réaction première des amateurs de vins lorsqu’ils apprennent le nom célèbre du propriétaire. « Les vins de célébrités ennuient les gens. Mais nous souhaitons porter un projet qui ait du sens, produire un vin doté d’une réelle typicité, d’une identité ». Tout en restant pragmatiques en rappelant que, « bien sûr, il est important que ce projet soit viable commercialement ». Devant leurs bouteilles, le couple ferait presque oublier leur aura mondiale. Leur humilité est sincère lorsqu’ils évoquent leur approche biologique et biodynamique ainsi que le travail entrepris avec les voisins de leur domaine pour parvenir à un meilleur respect de l’environnement. Colonies d’abeilles, production de fruits et légumes, la monoculture est en outre un concept qui n’a pas droit de cité à Il Palagio… Avides de progrès, Sting et Trudie apparaissent également très à l’écoute des remarques qui leur sont faites quant à la qualité des cuvées produites. Et disons-le de suite. Ils n’ont pas à en rougir. Qu’il s’agisse du Chianti DOCG « When we dance » ou de leur cuvée « Casino delle vie », les jus sont friands, délicats, légèrement floraux. Le sangiovese est bien travaillé et est associé parfois à des cépages français comme le merlot (45%) dans la cuvée « Sister moon », grande cuvée passée pour sa part en barriques. La gamme s’avère très plaisante. Distribuée en France par CDP Fine Wines, elle est à découvrir, pourquoi pas, en réécoutant les albums mythiques de Sting. Pour une fois que Police et vin font bon ménage…