(Photo : Maurice Subervie)
(Photo : Maurice Subervie)

À l’échelle mondiale, seulement 12 cépages, parmi les 1 100 cultivés sur la planète, occuperaient aujourd’hui jusqu’à 80 % des vignobles de certains pays, selon une étude de l’INRA et l’université de Harvard. C’est pour redonner un peu de diversité à nos vignobles que 150 vignerons se retrouvent chaque année, le temps d’un week-end de novembre, au Bar de la Fontaine à Saint-Côme-d’Olt (12), pour débattre et échanger autour des cépages modestes, ces cépages patrimoniaux devenus minoritaires en France.
Cinquième de nos six témoignages et retours d’expérience extraits du Terre de vins n°55.

Anne et Pierre-André Déplaude : la seconde chance du vignoble du Gier
« D’une ferme familiale, cultivée en polyculture, Pierre-André avait gardé 1,5 ha de vignes en se spécialisant, dans les années 1980, dans la production de vaches laitières. Ses vignes et quelques autres représentaient 24 hectares, à cheval entre le Rhône et la Loire, c’est tout ce qu’il restait du patrimoine viticole du Gier, une vallée industrielle qui, avant le phylloxéra, comptait 1 700 hectares de vignes et 30 cépages locaux, abandonnés au profit des hybrides à gros rendement. En 2003, dans notre ferme, la baisse du prix du lait et la sécheresse ont ouvert une brèche dans cette histoire oubliée. Les vaches vendues, nous avons participé en 2008 à la création de l’Association pour la restauration et le développement du vignoble des coteaux du Gier (ARDVCG). Nous étions deux vignerons, Guy Bonnand côté Rhône et nous côté Loire, mais la mobilisation s’est élargie aux œnophiles, aux élus, pour atteindre 150 adhérents. Nous avons ainsi pu réhabiliter deux cépages autochtones : le mornen noir et le chouchillon blanc, réinscrits au catalogue en 2011 et en 2016. En 2014, notre première cuvée, Mine de Rien, en clin d’œil aux mineurs de Saint-Étienne qui buvaient 8 à 10 litres de vin par jour, alors peu alcoolique, célébrait la première entrée en production de notre parcelle de mornen. Le chouchillon suivra en 2019. Un long chemin nous attend, qui marque la reconnaissance de ces cépages emblématiques de la vallée du Gier ! Aujourd’hui, nous sommes toujours deux vignerons en place, mais trois autres sont en phase d’installation. »
Domaine Les Déplaude – 42800 Tartaras
04 77 75 91 20 – www.lesdeplaude.com