C’est une cuvée originale que dévoile Jean-Guy Beyney, propriétaire du château Clos de Sarpe, grand cru classé de Saint-Emilion : un « blend » inattendu de cabernet-sauvignon autrichien et d’un assemblage traditionnel de la rive droite de Bordeaux (merlot-cabernet franc). Une histoire d’amitié, qui s’est transformée en histoire d’Europe.

Clos de Sarpe est sans doute l’un des plus discrets des grands crus classés de Saint-Emilion. Par sa superficie d’abord – moins de 4 hectares d’un seul tenant sur coteau argilo-calcaire – mais aussi par le style de ses vins, qui donnent leur pleine mesure avec le temps et font le ravissement des amateurs patients. Jean-Guy Beyney, qui dirige la propriété familiale avec son épouse Christine et avec sa nièce Maylis Marcenat, accorde une très grande importance à l’assemblage et l’élevage de ses vins, qu’il approche avec méticulosité.

Cette même attention se retrouve dans son dernier projet en date. Un projet inattendu, né avant tout d’une rencontre et d’une histoire d’amitié. « J’ai un ami et client autrichien, Yves Michel Müller, qui est consul honoraire de France à Graz et possède également un vignoble non loin de la Slovénie. C’est une région où l’on produit majoritairement du blanc, mais cet ami signé un rouge 100% cabernet-sauvignon sur sols marneux, une cuvée « haut de gamme » issue de clones de vignes de Château Latour ». Amateur d’expériences originales, Yves Michel Müller a déjà testé un assemblage de sauvignon de Sancerre avec un sauvignon d’Autriche. C’est donc naturellement qu’il a eu l’idée de tenter, avec Jean-Guy Beyney, un « double blend » entre l’assemblage « Bordeaux rive droite » de Clos de Sarpe (merlot-cabernet franc) et le cabernet-sauvignon de sa propriété.

Un an en cuve avant mise en bouteille

C’est le millésime 2015, très qualitatif dans les deux régions, qui a été choisi. « Nous avons sélectionné un lot, que nous avons dû déclasser pour le vendre en vrac », explique Jean-Guy Beyney. Inhabituel pour un grand cru classé ! L’assemblage final entre Clos de Sarpe 2015 (85% merlot 15% cabernet franc) et le 100% cabernet-sauvignon autrichien sera resté ensuite un an en cuve avant d’être mis en bouteille en octobre 2018, le temps que les deux vins se marient, d’autant que leurs élevages diffèrent sensiblement (23 mois de barrique pour l’Autrichien, 15 mois pour le Français).

Voilà donc, révélé ce printemps, la cuvée « Interdit – Verboten », en dénomination « Vin de l’Union Européenne », commercialisée à hauteur de 1000 bouteilles, disponible en Autriche dans le bar à vins d’Yves Michel Müller et en France auprès du château Clos de Sarpe pour un prix indicatif de 150 €. Dans la bouteille ? Un vin atypique, forcément difficile à localiser à l’aveugle. Nez d’abord très cabernet, intense, sauvage, assez toasté, marqué par de légères notes de torréfaction et un petit côté viandé ; la bouche dense, puissante, signée par une matière tapissante et pleine, demande à l’élevage de s’apaiser encore, mais l’ensemble, sur un profil assez solaire et tannique, semble destiné à une jolie évolution. Reste à savoir ce que l’on sert à table : un plat français ou autrichien ? Eh oui, c’est ça aussi l’Europe…