La maison Gosset présente deux nouveaux champagnes pour Vinexpo, un millésime 2012 et une nouvelle collection Les Célébrissimes en Celebris 1995. Vision du champagne par le chef de caves Odilon de Varine.

Le premier, le Gosset 2012, en chardonnay pour les deux tiers, pinot noir pour un tiers, dosé à 6,5 g, est le dernier millésime de la maison d’Épernay, le 2006 étant toujours commercialisé. « C’est un millésime de belle acidité qui méritait d’être sorti maintenant car il est sur la pureté et la minéralité » estime le chef de caves Odilon de Varine. Nous avons beaucoup travaillé ces dernières années sur la date de dégorgement en goûtant davantage les vins et à des moments différents pour décider de dégorger juste avant que ça ne bascule ». Car pour Odilon de Varine, chef de caves depuis 2016 à la suite de Jean-Pierre Mareigner, « le champagne ne doit pas être opulent – l’appellation n’est pas faite pour ça. Il faut des vins frais, pas des vins de dégustation. C’est pour ça que nous avons beaucoup travaillé sur l’amer, l’acide et le salin, les bases de l’équilibre. On a essayé le bois… et on est tout inox. Pour la complexité et la structure, il faut juste attendre le vin un peu plus longtemps ». Odilon préfère les années où le chardonnay est vendangé tôt pour remettre les lies sur les pinots noirs afin d’obtenir davantage de tension et pour éclaircir naturellement la couleur.

Carte blanche

En ayant carte blanche, celle accordée par Jean-Pierre Cointreau a la tête de la maison depuis un quart de siècle, il a pu lancer des mono-cépages en pinot noir ou en meunier, un champagne de 15 ans de caves et le Celebris 1995, dans la nouvelle collection Les Célébrissimes. Après les premiers millésimes Celebris en 1988, 1990 et 1995, il a été décidé de garder dans les caves une série limitée d’un millier d’exemplaires de ce 1995 12 ans de plus après dégorgement, soit 24 ans au total pour un vin aux arômes de brioche beurrée et miellés sur une pointe de caramel au beurre salé et sur des petites bulles discrètes et crémeuses. « J’en avais marre que les gens pensent que le champagne ne vieillit pas, commente Odilon de Varine, C’était presqu’une démarche pédagogique pour expliquer aussi que l’office de la bulle est de protéger le vin de l’oxydation mais quand elle a joué son rôle, on peut carafer le vin pour qu’il respire puisque le champagne est avant tout un vin ». Et de rappeler que Gosset est la plus ancienne maison de vin de la Champagne (1584)…qui s’est adaptée aux contraintes de l’époque avec un tout nouveau site internet graphique et moderne. (www.champagne-gosset.com)

Stand Hall 1 – B172