« Nous avions ouvert Prowein à Dusseldorf en mars dernier, nous ouvrons Vinexpo Hong Kong, de la même façon, en toute convivialité ; nous sommes un petit groupe dynamique, nous avons envie de partager nos vins ». Jean-Jacques Bonnie, Château Malartic-Lagravière, président de l’Union des Crus Classés de Graves déclame a capella une invitation à la dégustation sur le toit terrasse de l’hôtel Pullman, avec vue imprenable sur la baie de Hong Kong.

Entouré des plus hauts gratte-ciels du quartier d’affaires de l’île, à la faveur de la tombée du jour si ce n’est de la température (il fait plus de 30°C y compris la nuit), le 28éme étage accueillait ce lundi soir les représentants et les propriétaires des Crus Classés de Graves venus en nombre, emmenant avec eux leurs plus beaux flacons, en rouge comme en blanc, sur une panoplie de millésimes fameux et en magnums s’il vous plait ! Car si le marché américain est en plein essor, la zone Asie, dont Hong Kong est l’épicentre commercial, ne manque pas d’appétit, en volume comme en valeur. Le marché chinois, en moins de deux décennies, est devenu un marché de connaisseurs ; les acheteurs ont acquis une véritable culture bachique et ne s’en laissent plus compter : ils recherchent tant les grandes étiquettes, car les clients fortunés et les collectionneurs sont nombreux que les terroirs reconnus : ici pas de Bordeaux Bashing, c’est la qualité qui compte. Plus d’une centaine d’importateurs locaux et internationaux, grossistes et influenceurs ont répondu à l’invitation et apprécié le privilège d’une dégustation de millésimes rares. Tous se retrouveront demain dans les allées d’un Vinexpo riche de 1300 exposants, 20 ans après sa première édition ici même.

Étaient présents les châteaux Haut-Brion, Bouscaut, Carbonnieux, Chevalier, Couhins, Couhins-Lurton, de Fieuzal, Haut Bailly, la Mission Haut-Brion, Latour-Martillac, Malartic-Lagravière, Olivier, Pape Clément et Smith Haut Lafitte.

Coup de cœur ce soir pour le Château Bouscaut blanc, Cru Classé de Graves, Pessac Léognan 2010, servi en magnum. Avec une forte proportion de sémillon sur ce millésime, un élevage très discret (moins de 40% de fûts neufs), il déroule un palais d’une grande élégance, au toucher de bouche délicat et soyeux, une palette exotique et florale entre fruit de la passion, abricot et chèvrefeuille, en petites notes subtiles, l’ensemble est gourmand, juteux, abouti.