(Photo Pauline Gonnet)
(Photo Pauline Gonnet)

Toujours armé de leur stand « Beaujonomie by Beaujolais » à Vinexpo, et avec d’autres vignerons également présents (comme le Château de Pizay, ou le Château des Bachelards à l’espace des vins bio), la région continue sur sa lancée de conquête du monde.

De nombreux acheteurs sont venus déguster les différents crus ; beaucoup d’étrangers, les Canadiens (québécois principalement) se sont révélés particulièrement intéressés.
La SAQ (Société des Alcools du Québec) a particulièrement apprécié le focus spécial sur les deux crus les plus élevés en altitude, Chiroubles et Chénas, représentés par des vignerons venus spécialement pour défendre leurs couleurs, autour de vingt cuvées (dix pour Chénas, dix pour Chiroubles). Pierre Prost, du château de Javernand à Chiroubles et moteur de l’appellation, est en prime assez content de faire connaître des « vins de vigneron », eu égard à la forte présence de grands domaines et grandes maisons de négoce à Vinexpo.

Côté business, Alexandre St-Pierre, de l’agence d’importation québécoise Vinicolor, se réjouit de voir la renaissance opérée par ce vignoble. Après une décennie de désamour (dans les années 2000), le Beaujolais reprend des couleurs, d’une part en raison de la qualité du travail fourni par les vignerons, d’un retour des Canadiens vers les vins français, mais également parce qu’ils rencontrent aujourd’hui un public clairement en recherche de vins juteux, faciles à boire, qui ne saturent ni le palais ni l’estomac. D’une rive à l’autre de l’Atlantique, le critère de « haute buvabilité » est devenu un incontournable des tendances de consommation. « Après le vin, on en veut un second : les gens recherchent du vin avec de la fraîcheur, du jus, une bonne acidité, des vins glouglou » : Alexandre confirme une tendance qui s’observe autant chez nous que dans le monde.

Le Beaujolais : destination de Vinexpo Explorer pour l’année 2019

Chaque année, Vinexpo choisit une région viticole du monde à faire découvrir aux acheteurs. Après Vienne en Autriche, et la Sonoma en Californie, c’est au tour du Beaujolais de dévoiler ses charmes. Une soixantaine d’acheteurs sont attendus du 29 septembre au 1er octobre, à une période qui se veut idéale pour découvrir la région : températures clémentes, paysages magnifiés, et temps des vendanges qui plongent le vignoble dans une douce effervescence.

Deux jours et demi de master classes, de dégustations, pour incarner encore et toujours les valeurs chères au cœur de Dominique Piron, président de l’InterBeaujolais : le partage et la convivialité seront évidemment à l’honneur. « Le Beaujolais est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire, et nous accueillerons avec un énorme plaisir les acheteurs du monde entier, principalement dans deux magnifiques châteaux : ceux de Pizay et Corcelles. Nous sommes sûrs de nos vins : ils ont cet énorme avantage de matcher avec la gastronomie de nombreux pays du monde ! ».

D’autres domaines seront de la partie, avec un accent porté sur les vins blancs de la région, encore trop méconnus à ce jour, que ce soit à l’échelle mondiale ou nationale.