(photo JM Brouard)
(photo JM Brouard)

La Saint-Valentin arrive à grands pas et nombreux sont ceux qui commencent à imaginer la meilleure manière de célébrer l’amour en cette soirée spéciale. Pourquoi ne pas jouer la carte de l’originalité avec des spiritueux ?

Chaque 14 février, la pression est la même. Il s’agit de fêter dignement cette date, ode aux amoureux du monde entier. Si vous êtes plutôt risquophobe, l’option bouquet de fleurs et restaurant restera certainement la meilleure. Mais si vous aimez sortir des habitudes, il y a fort à parier qu’une dégustation de spiritueux pourrait parfaitement jouer le rôle de surprise. Mais attention, pas n’importe quel spiritueux. Quelque chose de rare, forcément. C’est justement ce que propose la Distillerie Générale, jeune structure créée au sein du groupe Pernod-Ricard par Paul-Charles Ricard. Conscient de la diversité des distilleries du groupe à travers le monde, il s’et mis en quête d’identifier leurs trésors cachés. Des cuvées prestigieuses, issues d’un unique fût ou d’un unique batch. Après des mois de recherches et d’échanges avec les maîtres distillateurs de maisons aussi prestigieuses que Martell, Marquis de Montesquiou, Chivas Brothers ou bien encore Beefeater, une gamme de 16 références a été composée. Peu de bouteilles, le plus souvent entre 500 et 1000, l’exigence est à ce prix. Toutes sont proposées en 35cl pour pouvoir être consommées plus rapidement et éviter ainsi que les arômes ne s’éventent.

Des moments rares de dégustation

Les spiritueux proposés ont tous une très forte personnalité et ne laisse personne indifférent. Qu’il s’agisse de cognac, d’armagnac, de gin, de vodka, d’absinthe, de rhum ou de whisky, vos papilles vont aller à la rencontre de breuvages complexes. Avec la possibilité de réaliser des dégustations comparatives pour rester dans le thème de la dualité de ce jour spécial. Osez par exemple la Grande Champagne 1979 avec ses notes de fruits secs et noirs. Un très beau cognac que vous pourrez mettre face à un armagnac « réserve cathédrale ». Cet assemblage très prestigieux est composé d’eaux de vie remontant au moins à 1962 et constitue un armagnac unique. Autre duel imaginable, celui opposant le bas armagnac « folle blanche » 2004, floral et épicé, à un cognac fins bois 2008 aux arômes de même type, orientés sur la vanille, la brioche et la noix de coco. Une complexité aromatique qui devrait, à n’en pas douter, susciter de belles discussions et éveiller la créativité et les sens… Les fous de cuisine pourront imaginer un repas s’accordant à ces spiritueux pour une expérience inédite (du gibier par exemple avec la réserve cathédrale). Le tout pouvant se terminer par un cocktail célébrant ces belles eaux-de-vie. Un side-car par exemple : 4,5cl de cognac, 2,2 cl de Cointreau, 2,2 cl de jus de citron, le tout au shaker. Cheers !