IGP méconnue du Rhône Nord, les Collines rhodaniennes s’étirent sur 430 hectares, entre le sud de Lyon et la région de Valence. Élaborée aux deux tiers en rouge avec pas moins de 14 cépages, la production reste majoritairement à base de syrah. Les vins, marqués par les petits fruits rouges et les épices, ont souvent un air de famille de la grande sœur Côte Rôtie, mais à des prix bien plus abordables. Voici 4 collines rhodaniennes extraites du Terre de vins N°52.

Cave de Tain – Cuvée Première Note 2016 (4,76 €)
La cave coopérative a profité de la nouvelle cuverie et de la refonte de ses habillages pour sortir il y a deux ans une gamme en IGP Collines Rhodaniennes baptisée Première Note, faisant référence à des vins en monocépage – syrah pour le rouge, marsanne et viognier pour les blancs –, vs la gamme Notes Plurielles en assemblages. Le principal producteur de l’appellation illustre ainsi le nouvel élan de la cave, qui travaille ses IGP avec une soixantaine de coopérateurs sur environ 110 hectares, principalement en rouge. Celui-ci, issu de vignes sur sols sablonneux, n’est plus élevé en bois depuis le millésime 2016 ; il donne un vin de copains uniquement à base de syrah, souple et léger, sur des arômes de fruits rouges croquants, idéal pour les beaux jours.
Avec un plateau de charcuteries ou des caillettes.
26602 Tain-l’Hermitage – 04 75 08 91 86

Domaine des Amphores – Les Iris 2016 (biodynamie / 7,70 €)
Le domaine de Philippe et Véronique Grenier, créé en 1992 au pied du parc naturel du Pilat, est certifié bio depuis quinze ans et vient d’être certifié en biodynamie (Demeter depuis 2016). Les 10 hectares de l’exploitation (dont 8 plantés par les Grenier, qui ont repris les terres du grand-père) produisent surtout des Collines Rhodaniennes, un peu de Saint-Joseph et Condrieu. Issue d’une parcelle granitique, cette cuvée florale, élevée huit mois en cuve, est 100 % syrah. Élégante sur des arômes de pruneaux, de cuir et de réglisse, puis des épices et une note de kirsch, de violette et d’eucalyptus.
Avec une pierrade ou un carré d’agneau aux petits légumes.
42410 Chavannay – 04 74 87 65 32

Domaine des Collines – Cuvée Les Egrèves 2016 (bio / 6 €)
Cette exploitation familiale en polyculture (7 hectares de vignes, 2,5 de vergers, abricotiers et cerisiers, et des céréales) a construit sa cave en 2003 et s’est lancée dans une conversion bio (pratiquée très tôt) à partir de 2010 (certifiée depuis 2013). Christine Pochon ne produit que des Collines Rhodaniennes et Vin de France mais à très petits rendements (environ 45 hl/ha) « pour ne pas épuiser la vigne » et avec peu de sulfites, voire pas du tout pour la cuvée Merlot. Pour Les Egrèves, à 80 % syrah complétée de merlot pour la rondeur, les cépages ont été vinifiés séparément avant assemblage et élevage en cuve. Un vin aromatique, souple et équilibré sur des arômes de petites cerises et de kirsch, quelques tannins harmonieux sur une note poivrée et épicée.
Avec un rôti de bœuf aux rattes ou un morceau de saint-nectaire.
26260 Chavannes – 04 75 45 07 13

Domaine Farjon – Cuvée Mersylora 2017 (6 €)
Thierry, à l’origine cuisinier, et Myriam Farjon se sont installés au début des années 90 dans le joli village fortifié de Malleval. Ils ont planté leurs premières vignes sur les terrains escarpés et en friche du grand-père (8,5 ha, dont 1,5 en Collines Rhodaniennes, le reste en Condrieu et Saint-Joseph) et acheté une ferme. Ils ont récemment été rejoints par leur fils Lucas. Les parcelles travaillées sans insecticide ni acaricide sont enherbées, les vendanges manuelles. À côté de la P’tite Côte (à 90 % syrah avec du viognier), on apprécie le Mersylora (anagramme des deux cépages qui le composent), à partir de raisins égrappés et élevé en barriques d’une dizaine de vins. Des arômes de fruits rouges et noirs (cerises, prunes) sur quelques épices et une belle matière. Du joli velours.
Avec une côte de bœuf grillée ou du jambon à l’os.
42520 Malleval – 04 74 87 16 84