Parmi les 240 vins de fêtes sélectionnés par nos dégustateurs – et à retrouver dans le Terre de vins n°56 actuellement en kiosques – figurent de nombreux blancs, secs ou moelleux. Voici trois coups de cœur, dénichés parmi des pépites de Bourgogne, Loire et Alsace.

Maison Louis Jadot (blanc sec)
Corton-Charlemagne 2015
156,80 €
Le Corton Charlemagne de la maison Jadot provient uniquement du Climat Les Pougets. Soit un peu moins de 2 hectares à l’exposition solaire. Le sol drainant, à 280 mètres d’altitude, est constitué d’une couche marno-calcaire. Il donne rarement un vin lourd, même dans les millésimes chauds. Ce terroir semble avoir trouvé avec le millésime 2015 les conditions idéales tant le vin nous apparaît à la fois puissant, concentré, mais aussi équilibré et long en bouche. Un bourgogne blanc d’anthologie.
Sur un carré de veau aux girolles.

Domaine de la Taille aux Loups – Clos de Mosny 2015 (blanc moelleux)
Montlouis-sur-Loire
30 €
Un équilibriste que ce vin : il allie la rondeur et la douceur du sucre avec une acidité raffinée qui le transperce et lui donne un équilibre parfait. Les parfums de coing, d’agrumes, de confit sont envoûtants et passent du nez à la bouche en se nuançant avant de persister longuement, qu’on le savoure seul comme entrée en matière ou avec un plat raffiné, pas forcément un dessert. Un grand terroir de Montlouis, dans les mains de Jacky Blot, le Breton qui a fait renaître l’appellation Montlouis, celle qui ose tourner le dos à la Loire pour regarder le Cher, en amont de Tours.
Avec une terrine d’agrumes.

Domaine Bott-Geyl – Schlossberg riesling 2013 (blanc sec)
Alsace Grand Cru
31 €
Le Schlossberg, qui domine la vallée de la Weiss, au-dessus de Kientzheim et Kaysersberg, est le premier terroir a avoir été reconnu en grand cru et ce n’est pas un hasard. Ces 80 hectares, classés dès 1975, sont particulièrement favorables au riesling qui donne sur ce granit des vins expressifs dès trois ans et vieillissant ensuite pendant des dizaines d’années. Ce 2003 est éclatant de parfums avec ses notes florales. La bouche est intense avec une acidité savoureuse qui fait disparaître les quelques grammes de sucre résiduel. Il possède une texture superbe, une longueur étonnante. Un modèle, comme Jean-Christophe Bott en produit régulièrement.
Avec un œuf poché à la truffe blanche.

Sélection réalisée par Laurent Gotti (Bourgogne) et Isabelle Bachelard (Loire & Alsace)