De gauche à droite : JP Cointreau, G.Bragard, G.Gomez et M.Guillois (photo F. Hermine)
De gauche à droite : JP Cointreau, G.Bragard, G.Gomez et M.Guillois (photo F. Hermine)

Cette année, deux associations ont été mises à l’honneur dans le cadre du 25ème Trophée Gosset Celebris, Étoilés et Solidaires et le Club des Chefs des Chefs d’états.

Le Trophée Gosset Celebris récompense depuis 10 ans des personnalités du monde de la gastronomie qui ont choisi de mettre leur notoriété, leur savoir-faire et leur passion au service d’une grande cause. Le jury a honoré dans le jardin du restaurant Apicius à Paris (8e) l’Association “Étoilés et Solidaires” au travers du Trophée de l’Initiative Gastronomique et le “Club des Chefs des Chefs d’États” pour le Prix spécial du Jury.

La première fondée et présidée par Marie Guillois, engagée depuis 8 ans contre l’isolement social des seniors, a lancé en juin dernier l’opération “Étoilés et Solidaires” dans le cadre de l’Institut Culinaire de Paris en collaboration avec des chefs étoilés (Julien Dumas du restaurant Lucas Carton, Thomas Vételé du Lobby au Peninsula, William Ledeuil, des restaurants Ze Kitchen Galerie, KGB (Kitchen Galerie Bis) et Kitchen Ter(re), et Camille Grâce, Pâtissière au Peninsula et Christo-phe Raoux, Chef du Peninsula). A partir du 1er octobre, l’association accueillera régulièrement avec un grand chef un collectif de personnes âgées pour lui offrir un repas gastronomique. Par ailleurs, les chefs qui soutiennent Étoilés et Solidaires s’engagent à lui reverser le bénéficie réalisé sur un plat de leur carte et signalé par une petite étoile expliquant la démarche.

La seconde association, le CCC a été créé en 1977 par Gilles Bragard avec dans l’idée de “faire le G20 de la gastronomie avec les chefs des chefs d’état qui sont non seulement au service du plus important personnage de leur pays mais qui se doivent également d’être les ambassadeurs de leur gastronomie, un challenge à l’heure où la cuisine fusion est parfois un peu confusion”, a souligné Gilles Bragard. “La meilleure cuisine du monde est celle de ta mère”, a insisté le chef en citant Raymond Oliver. Il a également rappelé que Max Cointreau, le père de Jean-Pierre avait été le premier partenaire du club. Celui-ci se réunit une fois par an dans un pays différent pour un dîner de gala dont les fonds sont reversés à une association locale partenaire comme celle de Mère Theresa en Inde ou celle de Shimon Peres en Israël pour laquelle le chef avait exigé d’avoir une brigade israélo-palestiniennne.

Le jury était sous l’égide de Jean-Pierre Cointreau, Président de Champagne Gosset, qui a souligné “l’évolution depuis dix ans du trophée vers plus de caritatif et d’engagement des chefs pour la solidarité” ; il était présidé par la journaliste Karine Valentin qui prend la suite du regretté Roger Pourteau à qui elle a rendu un bel hommage.

L’événement était l’occasion de déguster le Trophée Celebris 2012 “d’une belle buvabilité aujourd’hui” pour le chef de caves Odilon de Varine, “moins structuré que 2007 et plus chardonnay que 2012 ce qui a permis de retrouver de la salinité et de la minéralité souvent oubliée”. Autre bulles rares sur la table, le première cuvée Celebrissime, le 2015 (1000 bouteilles disponibles), sur une base Celebris mais vieilli 4 ans sur lies avec 12 ans de dégorgement. Des bulles discrètes et fines sur des arômes briochés de noix friche et curry mais très variables d’une bouteille à l’autre, sur un dosage à 11g mais perçu en bouche comme un extra brut.