Fleurie et la colline de la Madone (Laurent Gotti)
Fleurie et la colline de la Madone (Laurent Gotti)

Pour la première fois, Fleurie, l’un des 10 crus du Beaujolais, organisait une dégustation à destination des professionnels : “Fleurie Tasting”. Cet évènement s’est tenu le 30 mai dernier. Avec le millésime 2015 en tête d’affiche.

Le millésime 2015 est hors-normes. La dégustation ‘Fleurie Tasting’ permettra d’en prendre conscience et de découvrir des vins au potentiel de garde important”, communiquaient les organisateurs de l’évènement. Pari tenu. Ce rendez-vous avec l’appellation du Beaujolais au nom le plus évocateur a permis de déguster pas moins de 80 cuvées différentes issues de 44 producteurs de l’AOC.

Installée autour de la colline de la Madone, l’AOC Fleurie, près de 860 hectares, est réputée pour livrer des vins féminins, élégants. Les arômes d’iris, de violette sont souvent convoqués pour décrire leur bouquet, c’est le terme approprié, de ce cru. Comment ces terroirs ont-ils réagi au millésime 2015 particulièrement solaire, concentré, puissant ? C’était l’une des questions de cette dégustation. Constat rassurant : la typicité du cru a été préservé. Sur la quarantaine de domaines présents, voici les 5 cuvées qui nous ont plus particulièrement séduit.

Château de Bellevue – Montgenas.
Un vin d’une belle intensité aromatique et d’une grande harmonie en bouche. Les tannins sont d’une finesse remarquable.
Domaine du Clos des Garands – Les Garants vieilles vignes. Le bouquet fait preuve d’une belle netteté aromatique. Une texture particulièrement veloutée et charnue se développe en bouche.
Domaine de la Grand’cour – Clos de la Grand’Cour. Un vin très typé avec des notes florales et une matière très élégante, aérienne.
Clos de Mez – La Dot. Dans un style très différent du précédent. C’est ici la concentration qui est à l’honneur. Un vin dense qu’il faudra garder quelques années pour le déguster à son apogée.
Château des Bachelards. Un vin issu d’une vinification en raisins égrappés et récoltés tard par rapport à la moyenne. Le résultat est un vin souple, mais aussi d’une belle densité sur des tannins fondus.
Château des Jacques – Bel Air. Une cuvée avec beaucoup de fond et d’ampleur en bouche. Un boisé bien intégré lui assure un surcroit de complexité. La finale est longue. Un vin taillé pour la garde.
Domaine Lafarge-Vial – Clos Vernay. Une cuvée d’une grande finesse tant dans l’expression de sa structure tannique que dans son expression aromatique. La rencontre réussie entre un grand vigneron de Volnay (Domaine Lafarge) et les terroirs granitiques du Beaujolais.