Vigneronne emblématique de Puligny-Montrachet, figure de la biodynamie, Anne-Claude Leflaive s’est éteinte ce week-end à l’âge de 59 ans. Elle laisse orphelins tous les amoureux des grands blancs de Bourgogne.

Le monde du vin, professionnels comme amateurs, vient de perdre l’une de ses grandes figures. Anne-Claude Leflaive s’est éteinte ce dimanche 5 avril dans sa maison, à l’âge de 59 ans. Elle laisse derrière elle son mari, Christian Jacques, et ses trois filles. Elle laisse aussi le souvenir d’une grande dame de Bourgogne, qui a hissé les vins du domaine familial au sommet de la reconnaissance internationale.

Le domaine Leflaive a connu son premier essor dans les années 1920 grâce à Joseph Leflaive. C’est lui qui a développé le vignoble familial, implanté à Puligny-Montrachet depuis le début du 18ème siècle, mais qui cédait jusque-là ses vins au négoce. L’arrivée d’Anne-Claude à la suite de son père Vincent, au début des années 1990, a coïncidé avec une nouvelle ère pour le domaine. C’est elle qui a amorcé la conversion vers la biodynamie, actée dès 1998. Depuis, la réputation des vins n’a cessé de croître. Montrachet, Bâtard-Montrachet, Chevalier-Montrachet, Puligny-Montrachet, Meursault, en Grand Cru comme en Premier Cru, mais aussi Mâcon-Verzé : le nom de Leflaive est indissociable des grands chardonnays de Bourgogne.

Anne-Claude Leflaive a été désignée “World’s Top White Winemaker” par le magazine Decanter en 2006, et a été la première femme adoubée “Winemakers’ Winemaker” par l’Institut des Masters of Wine en 2014.