C’est le réveil du bio à Bordeaux. Ou du moins chez les grands crus classés de Saint-Emilion. Après Angélus la semaine dernière, c’est le château Laroze qui vient d’annoncer le début de sa conversion dans un communiqué.

Après le coup d’éclat du château Angélus, Premier Grand Cru Classé ‘A’, qui annonçait il y a deux semaines sa conversion vers l’agriculture biologique, c’est une autre propriété de la rive droite de Bordeaux, certes moins prestigieuse mais non moins membre du classement de Saint-Emilion, qui vient de franchir le pas.

Dans un communiqué, Guy Meslin, gérant propriétaire du château Laroze (cinquième génération, depuis 1882), annonce que “2018 est sa première année de reconversion vers l’agriculture biologique. En parallèle le domaine qui a déjà la certification Haute Valeur Environnementale HVE 2 s’engage pour obtenir le niveau 3 en 2018 (c’est le plus haut niveau de cette certification).”
Et de poursuivre : “Guy Meslin assure ainsi une continuité dans sa démarche de produire à Laroze des vins dans le respect de l’environnement, de la santé de ses vignerons et de ses voisins, du respect des consommateurs ; en effet il a été le 3ème viticulteur de Saint- Emilion à cultiver ses vignes en biodynamie de 1991 à 1998 et fait ainsi figure de pionnier ; ‘puis en s’affranchissant de tout cahier des charges qui sont des obligations de moyens je me suis focalisé sur un objectif de résultats qui est d’élaborer des vins sans résidus de pesticides. Aujourd’hui nous voulons, tout en gardant cet objectif, ajouter sur notre étiquette la présence du label bio qui est le seul à avoir une large reconnaissance de la part du public’.
Ces certifications sont plus une formalité qu’une réelle évolution dans notre façon de travailler car la protection des vignes à Laroze s’appuie en tout premier lieu sur l’usage de préparations à base de plantes pour 60% et de produits complémentaires agréés bio.”