Il faut toujours avoir quelques bons points de chute en Champagne ! Louis Brochet, à Écueil, en est un. Beau domaine, vins impeccables, et une jolie histoire familiale poursuivie aujourd’hui par Hélène Brochet et son frère Louis.

C’est une bonne adresse en Champagne, plus précisément à Écueil, village “carte postale” enchâssé dans ses coteaux de vignes aux portes de Reims. Joli domaine donc, tenu par Louis et Hélène Brochet, frère et sœur complices à la tête de ces 13 ha de vignes classées premier cru et labélisées depuis 2017 Viticulture Durable en Champagne (VDC) et Haute Valeur Environnementale (HVE). Des vignes qui font la part belle au pinot noir, avec un original système de sélection massale (voir plus loin).

La collection de champagnes qui en découlent fait preuve de tempérament et d’une vraie maîtrise œnologique. Louis, qui a fait ses premières armes comme œnologue-consultant dans tout le vignoble, n’hésite pas à mixer avec doigté des techniques de vinification multiples pour aboutir à des champagnes complexes et élégants à la fois.

Le brut 1er cru (23 €) joue le mariage des saveurs entre les fruits à noyau et une tension épicée délicate. Pour l’apéritif ou à prolonger sur une salade de petits légumes croquants. On se régalera aussi de l’Extra noir (50 €) aux tons d’automne pâtissiers (pomme au four, coing, noisette, vanille) , à la fois vineux et dynamique en bouche pour une pintade au chutney de mangue. Les amateurs de champagnes rares trouveront aussi, avec La Réserve perpétuelle (75 €), un vin complexe (notes de fruits à coque et pain grillé, mêlés à des zestes de d’agrumes dans étonnante dichotomie !) Texture de bouche très vive, enrobée d’un véritable crémeux de mousse. Un tempérament à savourer sur des dés de vieux comté !

Sélection massale au pinceau

Comme toujours, derrière des vins à forte personnalité, il y a des hommes et des femmes au caractère bien trempé ! Déjà l’aïeule, Marie-Arsène, avait trouvé un système bien à elle pour améliorer son vignoble, marquant d’un large de trait de peinture blanche les ceps des meilleures vignes. Seuls ceux marqués 3 fois servaient au greffage ! Aujourd’hui, Hélène et Louis poursuivent son travail.

Son fils Louis a été le premier à vinifier – une démarche de marque peu courante à l’époque. Puis Henri fut le grand développeur de la vente directe, avec quelques clients VIP comme le dessinateur Hergé qui mit malicieusement ce champagne entre les mains du Capitaine Haddock dans “Objectif Lune”.

S’ensuit Alain, qui modèle le domaine autour de grands investissements, positionne la marque et démarre l’export avec sa fille Hélène (sur le domaine à partir de 2005). “C’était quelqu’un avec beaucoup de personnalité, de l’altruisme, une grande envergure intellectuelle, qui l’ont conduit en parallèle à enchaîner 3 mandats de maire ici”, souligne-t-elle. A demi-mot, on comprend le vide qu’il a laissé en disparaissant précocement., conduisant Louis à rejoindre sa sœur sur le domaine. A tous deux, ils se lancent avec énergie dans les projets. “C’était une manière d’absorber le décès, de faire continuer le souvenir, de transmettre à notre tour”, commente Hélène. Projets de vinification, acquisition de 80 ares de vignes, investissements en pressurage, refonte du design des étiquettes : le champagne Louis Brochet est au top, et les nouvelles démarches vers l’œnotourisme (visite des caves, dégustation dans la belle salle vitrée face au jardin, etc.) augurent de bons moments en perspective. Une adresse à bien noter !

www.champagne-brochet.com