Les collines viticoles du Prosecco, façonnées par l’homme pendant des siècles dans la région de Venise (nord-est de l’Italie), ont été inscrites dimanche sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.

Ce sont précisément les collines accidentées du Prosecco de Conegliano et Valdobbiadene, produisant une partie du célèbre vin blanc pétillant italien, qui ont reçu cette reconnaissance de paysage culturel. “Ce paysage se caractérise par des collines aux pentes abruptes, des petites parcelles de vignes installées sur des terrasses herbeuses et étroites, les ciglioni, des forêts, des petits villages et des terres agricoles”, décrit l’Unesco sur son site internet.

“L’utilisation des ciglioni a créé depuis le XVIIe siècle un paysage mosaïque particulier constitué de rangs de vignes parallèles et verticaux par rapport aux pentes. Au XIXe siècle, la technique de treillage des vignes, appelée bellussera, a contribué aux caractéristiques esthétiques de ce paysage”, souligne l’Unesco.

Les collines qui s’étalent sur une trentaine de kilomètres, objet d’un dossier déposé voici une dizaine d’années, deviennent ainsi le 55e site classé d’Italie.

Reconnue Dénomination d’Origine Contrôlée et Garantie (DOCG), plus haut niveau de qualification du vin italien, l’appellation Prosecco s’étend en fait sur neuf provinces du nord-est de l’Italie, entre la Vénétie et le Frioul-Vénétie Julienne.

Les ventes de Prosecco ont augmenté de 6% en 2018 pour atteindre les 460 millions de bouteilles dont 75% destinées à l’exportation.