Les nouveaux diplômés de l'université du vin réunis au pied du château de Grignan. (Photo JB)
Les nouveaux diplômés de l'université du vin réunis au pied du château de Grignan. (Photo JB)

Alors que l’Université du vin de Suze-la-Rousse donne une dimension internationale à sa formation, 31 stagiaires ont reçu leur diplôme dans le cadre du restaurant étoilé Le clair de la plume.

Depuis 1978, soutenue notamment par le monde viticole, l’université du vin de Suze-la-Rousse dispense des formations à un large public de stagiaires désireux d’obtenir un diplôme de sommelier-conseil caviste. En ce début du mois de septembre, ce sont les acteurs de la 55e promotion qui étaient réunis pour la conclusion officielle de leur phase d’études puis de stage.

Après avoir soutenu leur mémoire, 31 stagiaires (un seul devra repasser l’examen final) de cette session débutée en mars ont donc été mis à l’honneur tour à tour. Avec une évidence, la parité est largement de mise comme on le constate également au sein des mentions complémentaires et des brevets professionnels sommellerie. Dans ce contexte, le fait de voir le titre de major de promotion revenir à Marion Poulain semble tout à fait dans l’ordre des choses alors que les deuxième et troisième places du palmarès énoncé par Géraldine Gossot, directrice de l’université du vin, reviennent à Alexandre Laurent et Martin Thiberge.

Des stagiaires qui, comme l’ensemble des autres diplômés arrivent d’horizons différents avec la volonté d’asseoir des connaissances plus poussées dans le monde du vin, soit de prendre un virage professionnel. Au point que le plus jeune des stagiaires aurait pu être le fils du ”doyen”.

Un brassage essentiel qui contribue aux partages d’expériences par des étudiants aux vécus différents et aux objectifs souvent très clairement définis. Ainsi Marion Poulain va profiter des derniers mois de 2019 pour concrétiser un projet d’entreprise œnotouristique autour, notamment, de l’accompagnement des visiteurs à travers le vignoble et les domaines du Luberon. Quant au ”doyen” de la bande, Jean-Baptiste Philippon, il veut développer à Lyon une structure d’hébergement de caves de particuliers comprenant le stockage, la réception des achats, la mise à disposition et le conseil dans le choix des bouteilles en fonction du moment de dégustation.

« Servir la viticulture »

Et pour une fois, ce ne sont pas les salles du château de Suze qui ont servi de décor à cette cérémonie. Une fois achevée la présentation de leur mémoire devant le jury présidé par Olivier Bompas, tous ont pris la direction de Grignan. « Pour la première fois, nous avons voulu donner un caractère prestigieux à cette journée et avec le soutien de Jean-Luc Valladeau, propriétaire du Clair de la plume, stagiaires, formateurs et membres du jury d’examen tous ont ainsi l’opportunité de découvrir la cuisine étoilée du chef Julien Allano », a souligné Géraldine Gossot.

Mais avant cela, Michel Bernard vigneron et président de l’université, a rappelé combien le rôle de ces sommelier-conseil caviste est essentiel. « Avec ce diplôme, la sommellerie va vous permettre d’exprimer et de partager votre passion. Mais d’autres vont s’ouvrir à vous et vous permettre de servir la viticulture de différentes façons… »

Le dîner a également permis à chacun de commenter d’harmonieux accords mets-vins grâce au soutien du champagne Collet (blanc de noirs 1er cru), de Wolfberger (grand cru Kirchberg pinot gris 2017 du domaine Willm), Chapoutier (cornas Les arènes 2016) et Gabriel-Meffre (gigondas Laurus 2005). Des maisons qui ont ainsi choisi de s’associer à cette première.

Un événement apprécié par les stagiaires venus de Colombie, Croatie et Maurice. Une ouverture sur le monde qui devrait s’accentuer à la suite du partenariat établi avec l’Institut du tourisme et de l’hôtellerie du Québec pour la création commune d’un diplôme international.