Un nouveau caviste vient d’ouvrir ses portes à Fronsac, juste au bord de la Dordogne. La nouvelle est déjà réjouissante, elle devient tout à fait enthousiasmante lorsqu’on sait que derrière ce projet se trouve Thomas Noël, l’homme de la Maison des Millésimes dans le 6ème arrondissement de Paris.

C’est l’histoire d’un garçon de Normandie qui, lors des repas de famille, remarque que “le vin du dimanche est bien meilleur que celui de la semaine” et, désireux de comprendre pourquoi, d’en savoir plus sur le vin, inlassablement, insatiablement, décide de devenir caviste. Quelques années plus tard, il arrive à Saint-Émilion avec quelques sous en poche, de l’ambition et beaucoup d’envie. Il apprend le métier. Un essai qu’il va transformer à Paris, débarquant dans une boutique du boulevard Saint-Germain, la Maison des Millésimes. Rapidement, le jeune vendeur fait des prouesses, la clientèle revenant sans barguigner pour jouir de ses conseils avisés. En 2008, la Maison des Millésimes devient “sa” maison. Un succès fulgurant pour ce Rastignac des bouteilles. Mais déjà, Paris lui semble étroit. Alors Thomas Noël et son épouse Alexandra décident de s’installer en Gironde, sur la Rive Droite, à Fronsac, un vignoble et une région chers à leur cœur. En vivant entre la Gironde et Paris, une idée fait son chemin : et pourquoi ne pas ouvrir une autre boutique, ici, à Fronsac ?

“Cette idée du Wine Shop est née de plusieurs ingrédients”, explique Thomas Noël. “C’était en premier lieu une façon de se prémunir des aléas qui peuvent frapper tout commerçant à Paris – les risques d’attentats, les manifestations comme celles que l’on a pu voir avec le mouvement des Gilets Jaunes. C’est ensuite venu d’une rencontre et d’une vraie amitié avec le vigneron Michel Ponty, à Fronsac, et sa fille Hélène. Au fil des discussions nous est venue l’idée d’exploiter ce local qui leur appartient et de s’associer pour ouvrir un caveau proposant une offre de vin inédite dans cette région. Ce Wine Shop, il incarne notre volonté de dynamiser le monde rural trop souvent oublié, et, en proposant des bouteilles pointues que l’on trouve habituellement chez les cavistes des grandes villes, de rétablir une forme de justice territoriale”. Car en plus d’être un excellent professionnel, Thomas Noël est un homme engagé.

Le Rhône en majesté

Ce Wine Shop, qui vient tout juste d’ouvrir ses portes sur les bords de Dordogne à Fronsac, c’est donc un pari et une nouvelle aventure pour Thomas et son épouse Alexandra, qui ont peaufiné à deux une très belle sélection de vins et d’épicerie fine. Côté cave, 350 références à ce jour – 500 sont, à terme, dans le viseur. Du bordeaux, bien sûr. De la Rive Droite, évidemment. Du fronsac, assurément : les vins de Michel Ponty (Grand Renouil), de Paul Barre, de Dany Rolland. A un jet de bouchon, on trouve les pomerols d’Olivier Techer (Gombaude-Guillot, mais aussi son Pom’n’roll et ses très bons vins de négoce Satellite Wines), les vins de Karl et Yann Todeschini (Château Mangot, Château La Brande), Fleur Cardinale en cru classé de Saint-Emilion (55 € le 2009) et, de l’autre côté du fleuve, quelques valeurs solides comme Haut Marbuzet ou Fieuzal.

Très vite, la soif vagabonde hors de Bordeaux, vers la vallée du Rhône par exemple : ici les vins d’Emmanuel Reynaud, le maestro de Rayas, sont particulièrement bien représentés, et de Fonsalette au Domaine des Tours en passant par la Pialade, ils sont vendus à des prix particulièrement doux. Quoi d’autre ? Clape, Stéphane Ogier, Domaine Vernay (condrieu Côte de Vernon 2015, 80 €), Combier, Gangloff, Montez, Saint-Préfert, Charvin, Clos des Papes, Gourt de Mautens… La Bourgogne n’est pas en reste, avec de superbes références signées Munier, Lignier, Marc Roy, Buisson-Charles, les meursaults de Boisson-Vadot… Et quoi d’autre ? Macle dans le Jura ; Alexandre Bain (Mademoiselle M 2015, 35,90 €), Vacheron, Antione Sanzay et Fred Niger dans la Loire ; Marc Delienne et Lapalu en Beaujolais ; Montcalmès, Roc dAnglade, Grange des Pères, Peyre Rose pour le Languedoc ; Julien Ilbert à Cahors ; Antoine Arena en Corse ; Tempier à Bandol, Trévallon… Ces “poids lourds” bien connus des amateurs voisinent avec des pépites comme Pierre Girardin, jeune vigneron qui a signé son premier millésime à Meursault en 2017, ou encore le Clos du Rouge Gorge en côtes catalanes (26,50 € la cuvée Vieilles Vignes 2017).

Bref, ce Wine Shop, c’est une caverne aux trésors inespérée, d’autant que la sélection de bulles (Larmandier Bernier, Billecart Salmon…), de spiritueux (whisky de Michel Couvreur, rhum de la Compagnie des Indes), de bières (la Cantillon !) et enfin de produits d’épicerie fine soigneusement choisis finit d’emporter l’adhésion. D’autant qu’Alexandra Noël accorde une très grande importance aux accords mets et vins…

Un dernier pour la route ? Goûtez le vin des propriétaires, le Roi Lièvre en appellation Canon-Fronsac, produit sur 22 ares depuis 2015 avec Michel Ponty. Un 100% merlot tout en gourmandise, un bordeaux classique, désaltérant, qu’on a envie d’ouvrir quand l’automne sera venu. En attendant, c’est l’été, n’attendez donc pas pour visiter le Wine Shop et trouver toutes les munitions afin de vous désaltérer.

3 rue du Port de Fronsac
33126 Fronsac
05 57 50 99 14

www.facebook.com/WineShopFronsac/