C’est une de dernières maisons à ne pas l’avoir encore mis en marché, et pour cause ! Il n’y a pas de Dom Ruinart produit sur le millésime 2008, pourtant un des grands millésimes de la Champagne. Explications de Frédéric Panaïotis, chef de caves.

On ne compte plus les grandes cuvées de champagne qui sortent sur le millésime 2008. Dom Ruinart manque à l’appel, pourquoi ?

L’explication est simple. Lorsque avec mon équipe, nous avons dégusté les vins clairs de l’année, nous n’avons pas trouvé les cuvées qui correspondaient au profil Dom Ruinart [NDLR : 100% chardonnay, issu environ aux trois quarts des classiques grands crus de la Côte des Blancs et pour le quart restant de l’atypique et rare cru Sillery].

2008 fait pourtant partie des très grands millésimes qu’a engendrés la Champagne !
J’ai le sentiment que 2008 est une grande année à noirs, bien plus qu’une année à blancs. Les pinots noirs y ont été immenses, les meuniers très réussis. En revanche, j’ai trouvé une forme d’austérité sur nos chardonnays. Que fallait-il faire ? Ce n’est pas une décision facile à prendre, car tous les élaborateurs encensaient le millésime ! Mais dans tous les assemblages Ruinart quels qu’ils soient, je garde en tête un esprit d’hédonisme qui n’est pas très compatible avec des vins durs ou austères. C’est une des qualités phare des champagnes de la Maison.

La décision de ne pas produire du Dom Ruinart sur 2008 n’est pas sans incidences financières !
Oui, mais une des conséquences du réchauffement climatique est que l’on a beaucoup plus de belles années qu’autrefois. On peut millésimer 8 voire 9 années sur 10 désormais, alors que dans les décennies 80 ou 90, c’était plutôt 4 ou 5 ! Et il est ainsi plus facile de choisir le millésime qui correspond parfaitement au style de chaque Maison. Et de renoncer sans regret !

Quels sont les millésimes qui vous ont donné de grands chardonnays ?
Incontestablement, les blancs 2007 sont très réussis et en suivant on peut évoquer la lignée 7, 10, 13, 17. Malheureusement, on a plus tendance à parler de grands millésimes quand ce sont de grands réussites pour les raisins de noirs. Pas très étonnant sachant qu’ils occupent 70% de la superficie en Champagne !

Alors que va nous proposer Ruinart en fin d’année ?
En fin d’année, nous mettons en marché Dom Ruinart Rosé 2007, et ce sera la première fois que nous aurons les deux vins – le rosé et le blanc – en même temps sur le marché.
Dom Ruinart Rosé 2007 est un assemblage de 80% de la base du blanc et 20 % de vin rouge originaire, à partir de cette année là, du grand cru Aÿ. Ce n’était pas une année si facile pour les rouges, mais nous avons récolté tôt et le résultat était très satisfaisant.
Dom Ruinart Rosé 2007 a un côté un peu plus chaud qu’habituellement au nez, fruits confiturés presque pomme d’amour. En revanche, en bouche, il est séveux, on retrouve bien la trame de 2007, ce qui en fait un vin très dynamique.