Pour sa cinquième édition et pour la deuxième année consécutive, la Levée de la Loire est jumelée avec le Salon des Vins de Loire au Parc des Expositions d’Angers. Elle s’associe par la même occasion au premier Salon des Vins Demeter. Le Bio et la Biodynamie montrent les muscles en terre ligérienne.

Après avoir apporté un nouveau souffle bienvenu l’année dernière, la Levée de la Loire, le “off” (qui n’en es plus un) consacré aux vins bio de la région, confirme son jumelage avec le Salon des Vins de Loire à l’occasion de la trentième édition de ce rendez-vous professionnel, qui se déroule du 1er au 3 février au Parc des Expositions d’Angers. Pour la deuxième année consécutive, les deux événements se tiennent côte-à-côte, et accueillent par la même occasion un troisième volet, le premier Salon International des Vins Demeter, réunissant une soixantaine d’exposants, de France et d’ailleurs, exclusivement en biodynamie.

Bio, Biodynamie, tous les visages de la viticulture s’affichent fièrement cette semaine à Angers. Et du côté de la Levée de la Loire, sur le même modèle que Millésime Bio la semaine dernière à Montpellier, tout le monde expose sur un pied d’égalité. Pas de stand rutilant mais des tables, des verres, des crachoirs… et des sourires. Illustration avec quatre vignerons.

Bourgueil : Domaine de l’Oubliée, tout un cinéma
Après avoir été caviste en région parisienne, l’Angevin Xavier Courant a souhaité en 2009 passer de l’autre côté de la bouteille : côté production. C’est sur le vignoble de Bourgueil qu’il a jeté son dévolu, faisant l’acquisition de 6 hectares de vignes (5 hectares de cabernet franc, 1 hectare de chenin) auprès d’un GAEC en dislocation. Fidèle à ses convictions de caviste, il a tout de suite amorcé un passage en bio, certifié depuis 2013. Et a choisi, en bon passionné de cinéma, de donner à ses cuvées des noms inspirés de films de Bertrand Blier. “Merci la Vie” est ainsi un cabernet franc croquant, limpide, tout en simplicité gourmande (10 € environ, en 2014 comme en 2015) ; “Notre Histoire” 2014, issu de coteaux argilo-cilicieux et élevé 15 mois en vieilles barriques, présente un jus de fruits noirs signé par une amertume assez pregnante en finale ; “Tenue de Soirée” 2014, sur coteaux argilo-calcaires (toujours 15 mois d’élevage dont 10% bois neuf) présente plus d’amplitude, de longueur, d’élégance (prix indicatif 20 €). A déguster aussi : son délicat chenin en Vin de France, “Existe en Blanc”… Suprême récompense, Xavier a été invité en 2012 au Congrès de la Fédération Nationale des Cinémas Français pour un hommage à Bertrand Blier, auquel il a fait découvrir ses vins. www.loubliee.fr

Muscadet : Domaine de l’Écu, opéra-bouffe
Fred Niger Van Herck a beau être fan d’opéra (et en particulier du “Faust” de Gounod), c’est aussi un vigneron assez rock’n’roll lorsqu’il s’agit de faire bouger les lignes. Installé depuis 2009 à la tête de 25 hectares en Muscadet, Fred est bien décidé à bousculer l’image – et les habitudes – de l’appellation pour produire des vins fidèles à ses convictions : naturellement investi dans le Bio, la biodynamie, le vin nature, travaillant très largement en amphores et avec des apports de soufre minimaux, il s’amuse avant tout à déployer une gamme extrêmement large (quitte à sortir de l’appellation au besoin) et à signer des bouteilles qui trouvent leur place sur les plus grandes tables. Sa cuvée entrée de gamme, “Classic”, donne le ton : on est bien loin du muscadet vif et facile qui inonde les linéaires. “Le muscadet, ce n’est pas que pour laver les chiottes ou manger des huîtres”, lance-t-il, provocateur. Et comment ! Il suffit de goûter ses parcellaires (Gneiss, Granite, Orthogneiss) pour deviner le subtilité du cépage Melon de Bourgogne quand il est travaillé avec soin. Et que dire de sa cuvée “Taurus 2012”, un 100% Melon de Bourgogne patiemment bichonnés 1 an en cuvé béton, 1 an en vieux fûts et 1 an en bouteille : un vin d’une magnifique amplitude, au superbe nez floral et mûr, à la bouche interminable. Gastronomique (env. 30 €). Son travail sur les rouges est du même acabit, passant d’un “Rednoz” 100% cabernet franc s’affichant comme une bombe de fruit sauvage, à un “Invictus” 2014, cabernet franc macéré huit mois sur peaux. Des jus insolites et vibrants, bourrés de personnalité, et qui appellent la table. www.domaine-ecu.com

Anjou : Clos de l’Élu, toutes voiles dehors
Nous vous avions déjà dit l’année dernière tout le bien que nous pensions des vins du Clos de l’Élu, à Saint-Aubin-de-Luigné. Le domaine présente cette année trois nouvelles cuvées “autour des îles”, plus faciles, friandes, à boire sur la jeunesse… Notamment Maupiti, un Vin de Pays assemblage gamay / cabernet franc, et “Désirade”, un épatant 100% sauvignon tout en rondeur suave (13 €). Le cœur de gamme du domaine, l’Anjou blanc “Bastingage” 2014 (16 €), présente un bel équilibre entre son terroir de schistes et grès, et un élevage d’un an en barriques. Parmi les rouges, nous avons un réel coup de cœur pour “Espérance” 2014, un 100% pineau d’Aunis vinifié en grappes entières, épicé, poivré, gourmand, soyeux, frais en finale. Un délice à 23 €. www.closdelelu.com

Anjou : Domaine de Juchepie, le chenin dans tous ses états
Experts dans la mise en valeur du chenin sous toutes ses formes (sec, moelleux, liquoreux), Eddy et Mileine Oosterlinck-Bracke, dont nous vous parlions l’an dernier à l’occasion de Millésime Bio, travaillent ce cépage avec passion pour en décliner toutes les facettes. Leur coteaux-du-layon “Les Churelles” 2014 est un élégant funambule entre sucrosité (50 g de résiduel) et fraîcheur ; “Les Quarts” 2011 (130 g de résiduel) nous laisse entrevoir tout le potentiel de garde de ces grands vins moelleux ; “Passion” 2010 (175 g) commence à lorgner du côté du rancio, de la noix, de l’écorce d’orange amère ; “Quintessence” 2011 (210 g) est un vrai vin de méditation, ample, complexe, enveloppant, une vraie gourmandise de connaisseurs. www.juchepie.fr