En préambule de l’événement “Sommeliers Dating”, organisé ce lundi 9 mai à Paris par “Terre de Vins”, 40 grands sommeliers avaient rendez-vous hier soir au restaurant de Philippe Faure-Brac pour une soirée très conviviale.

Un dimanche 8 mai à Paris. En ce jour d’Armistice, les sommeliers avaient décidé de déposer les armes (leur tire-bouchon) et de célébrer la fraternité chez l’un des plus émérites d’entre eux, Philippe Faure-Brac. Le Meilleur Sommelier du Monde 1992 recevait, 32 ans jour pour jour après l’ouverture de son Bistrot du Sommelier, boulevard Haussmann, une quarantaine de ses homologues à la veille de l’événement “Sommeliers Dating” organisé par “Terre de Vins”. L’occasion pour ces professionnels, officiant tous dans de beaux restaurants, des palaces ou de grands groupes de la gastronomie mondialisée (Robuchon, Ducasse, Gagnaire), de se retrouver ou de faire connaissance dans une ambiance conviviale, au fil d’une soirée parrainée par les Crus Classés de Graves – et qui s’est terminée en chanson avec un Philippe Faure-Brac en homme-orchestre, aussi doué pour reprendre Nougaro que pour identifier un vin à l’aveugle.

“Nous sommes flattés et honorés d’accueillir un tel plateau brillant de sommeliers de France et d’ailleurs”, déclarait Rodolphe Wartel, directeur de “Terre de Vins”, en préambule. “Alors que ‘Terre de Vins’ organise une quinzaine d’événements chaque année, nous avons souhaité inaugurer une nouvelle formule, exclusivement professionnelle, mettant en relation la crème de la sommellerie avec une soixantaine de propriétés de toute la France. C’est une manière de créer des rencontres, mais aussi d’accorder un coup de projecteur à votre profession”. Une initiative saluée par Michel Hermet, Président de l’Union de la Sommellerie Française : “Cet événement se déroule hors du cadre de l’Union mais évidemment, l’Union a vocation a défendre toutes les bonnes volontés pour faire évoluer et défendre notre métier. ‘Sommeliers Dating’ y contribue, il montre que la sommellerie française est bien vivante et qu’elle est en attente de tels rendez-vous. Nous espérons qu’elle se pérennisera”. Enfin Jean-Jacques Bonnie, président des Crus Classés de Graves, a souhaité saluer une profession qui a “toujours su mettre en valeur au restaurant les grands vins de Graves et de Pessac-Léognan” – Philippe Faure-Brac rappelant dans la foulée que c’est dans son Bistrot du Sommelier qu’avait été organisé, à la demande d’André Lurton, le premier dîner officiel de l’appellation Pessac-Léognan lors de sa création en 1987.

Bouteille mystère, trouvée… à un an près

Ces vins étaient bel et bien à l’honneur tout au long de la soirée, de l’apéritif au repas, représentés par de très belles propriétés (Bouscaut, Carbonnieux, Couhins, Couhins-Lurton, Chevalier, Latour-Martillac, Malartic-Lagravière, Olivier, Pape Clément) sur des millésimes allant de 2000 en rouge à 2013 en blanc. Philippe Faure-Brac offrant même à ses convives le privilège de goûter un Latour-Martillac 1959 en double-magnum, encore vibrant de jeunesse.

Autre temps fort de la soirée, les sommeliers se sont prêté à un petit jeu : découvrir une bouteille mystère, servie à l’aveugle. A peine savaient-ils qu’il s’agissait d’un Cru Classé de Graves, il leur restait à trouver la propriété et le millésime. C’est le jeune chef sommelier Antoine Lehebel, officiant à la Villa Lorraine à Bruxelles, qui a tapé le plus juste, en découvrant (à un an près pour le millésime) un Malartic-Lagravière 2008, remportant au passage un chèque voyage de 2000 € pour partir au bout du monde (photo ci-dessous, avec Philippe Faure-Brac, Rodolphe Wartel et Sylvie Tonnaire, rédactrice en chef de “Terre de Vins”).

Le reste de la soirée se déroulait avec des chansons, Philippe Faure-Brac et Pascal Leonetti (Meilleur sommelier de France 2006) donnant le “la”. Aujourd’hui, au Cercle National des Armées, la concentration sera de nouveau de mise pour cette rencontre exclusive entre 40 sommeliers et 66 propriétés. Un événement que nous ne manquerons pas de vous faire suivre en direct sur notre site.

LA LISTE DES SOMMELIERS PRÉSENTS A “SOMMELIERS DATING”

– Damien Azemar, Chef sommelier, Le Meurice (Paris)
– Richard Bernard, Meilleur sommelier de France, Le Saint-James (Bordeaux)
– David Biraud, Meilleur sommelier de France 2002 et Meilleur Ouvrier de France, Le Mandarin Oriental (Paris)
– Patrick Borras, chef sommelier, Restaurant Pierre Gagnaire (Paris)
– Serge Dubs, Meilleur sommelier du Monde 1989, Auberge de L’Ill (Illhaeusern)
– Arnaud Fatôme, Maitre sommelier de l’UDSF – Master of Port 1999, en attente d’un poste
– Philippe Faure-Brac, Meilleur sommelier du monde 1992, Le Bistro du Sommelier (Paris)
– Patrice Frank, Président des sommeliers monégasques / chef sommelier, Hôtel de Paris (Monaco)
– Edmond Gasser, Sommelier, Meilleur Jeune sommelier d’Allemagne, vainqueur du Challenge Sud de – – France 2016, Hôtel Beau Rivage (Genève)
– Gaëtan Gladieux, Chef sommelier, Vatel Bordeaux et groupe des écoles Vatel (Bordeaux)
– Mikaël Grou, Chef sommelier et sommelier conseil, A Mer et Plantxa (Paris)
– Michel Hermet, Président de l’Union de la Sommellerie Française, Wine Bar le Cheval Blanc (Nîmes)
– Romain Iltis, Meilleur sommelier de France 2012 et Meilleur Ouvrier de France, Villa René Lalique (Wingen-sur-Moder)
– Pierre Jacob, Meilleur jeune sommelier de France 2015, Le clos des sources (Thannenkirch)
– Philippe Jamesse, Chef sommelier, Les Crayères (Reims)
– Jean-Luc Jamrozik, Président de l’association des sommeliers de Paris, La table du Lancaster, La table du Baltimore (Paaris)
– Antoine Lehebel, Chef sommelier, Meilleur sommelier de Belgique 2014, La villa Lorraine et deux boutiques traiteur-caviste (Bruxelles)
– Pascal Leonetti, Meilleur sommelier de France 2006 / sommelier conseil, Pascal Leonetti vins (Illhaeusern)
– Paz Levinson, Meilleur sommelier des Amériques 2015, La Ferme Saint Simon (Paris)
– Gérard Margeon, Chef sommelier du groupe Alain Ducasse, Alain Ducasse Entreprise (Paris)
– Reynald Marin, Sommelier, Restaurant Goust par Enrico Bernardo (Paris)
– Florent Martin, Sommelier, Le George V (Paris)
– Alexandre Morin, Chef sommelier, Le Point Rouge (Bordeaux)
– Guillaume Negrao, Sommelier, Royal Monceau (Paris)
– Gilles Ozzello, Maitre sommelier de l’UDSF, Groupe des Maisons de Beaumanières (Les Baux de Provence)
– Alexandre Pauget, Chef sommelier, Terre Blanche (Tourrettes, Var)
– Marco Pelletier, Chef sommelier, Le Bristol (Paris)
– Manuel Peyrondet, Meilleur sommelier de France, Meilleur ouvrier de France, Société Chais d’oeuvre (Paris)
– Jean-Luc Pouteau, Meilleur sommelier du Monde, Meilleur sommelier de France, Cave Pouteau (Franconville)
– Sébastien Pradal, Sommelier restaurateur, distributeur de vin société Vinosaures, La régalade, Pascade (Paris)
– Baptiste Ross-Bonneau, Chef sommelier groupe cité hotels (3 restaurants), La Barbacane (Carcassonne)
– Frédéric Rouglan, Chef sommelier, Pressoir d’Argent Gordon Ramsay à l’InterContinental Bordeaux – Le Grand Hôtel (Bordeaux)
– Jean-Claude Ruet, Chef sommelier, directeur de restaurant / Meilleur jeune sommelier de France 1988, Restaurant Christian Tetedoie (Lyon)
– Cyril Sartre, Sommelier et propriétaire de deux restaurants et une boutique de vins, La Régalade, La brasserie du théâtre, la cave du théâtre (Clermont-Ferrand)
– Marcantonio Sassi, Directeur des vins, Royal Monceau (Paris)
– Lionel Schneider, Chef sommelier adjoint, Le Ritz (Paris)
– Fabrice Sommier, Meilleur Ouvrier de France, Groupe Georges Blanc (Vonnas)
– Denis Verneau, Meilleur ouvrier de France et Master of Port 2015, La mère Brazier (Lyon)
– Yann Satin, Chef sommelier, Hôtel Barrière – Le Westminster (Le Touquet)
– Pierre Vila Palleja, Sommelier restaurateur, Le Petit Sommelier (Paris)
– Frédéric Woelfflé, Chef sommelier, Hôtel Métropole, restaurant Joël Robuchon (Monaco)