(photos I. Bachelard)
(photos I. Bachelard)

La cuvée Comtes de Champagne rosé est le champagne le plus rare de la maison Taittinger, réservé aux millésimes de qualité exceptionnelle. Le 2007 est de ceux-là, élégant et stylé. Il vient tout juste d’être dévoilé, en accord avec les mets subtils du chef Pierre Sang.

Quatre ans après les 2006 blanc et rosé, la famille Taittinger dévoile son millésime 2007 de Comtes de Champagne rosé. Est-ce un hasard si c’est Vitalie Taittinger qui prend plaisir à le présenter ? Sans doute pas. La fille de Pierre-Emmanuel Taittinger a rejoint son père dans l’entreprise cette année là, un an après que le Champagne Taittinger soit redevenu une maison familiale. Elle travaille depuis avec son frère Clovis sous la douce autorité paternelle.

Une cuvée rare

Si le Comtes de Champagne blanc de blanc est une cuvée rare, le Comtes de Champagne rosé l’est encore plus, puisqu’il demande des conditions exceptionnelles de maturité aux raisins noirs autant qu’aux raisins blancs. Il est composé de 30% des grands crus de chardonnay des plus prestigieux terroirs de la Côte des Blancs et de 70% de pinot noir, issus des grands crus de la Montagne de Reims, vinifiés en blanc, bien sûr. Dans l’assemblage sont incorporés 15% de pinots de Bouzy vinifiés en rouge, dont la macération pré-fermentaire assez longue apporte une belle structure tannique, aux arômes de fruits rouges et noirs. Et une couleur tendrement rose.

Des conditions de naissance exceptionnelles

Après un hiver doux, l’année 2007 commence par un printemps prématurément chaud. Mais le mauvais temps s’installe à partir du mois de mai. Ces conditions perturbent un peu la floraison, avec pour conséquence une maturation légèrement hétérogène. L’été est plutôt maussade et froid, mais le retour du soleil à la fin du mois d’août change la donne et permet une parfaite maturité des baies. Les vendanges débutent le 30 août dans l’optimisme, sous un vent froid et sec qui assure la pureté de la récolte. Un potentiel exceptionnel est né, que la technique et le talent des experts vont devoir concrétiser. Avant d’entrer dans la lumière, le Comtes de Champagne rosé 2007 aura passé un long séjour de plus de dix ans à Reims, au cœur des crayères gallo-romaines de Saint-Nicaise, un repos propice à l’épanouissement de la complexité de ses arômes. Aujourd’hui il se présente avec élégance : fraicheur, parfums, finesse des bulles sont au rendez-vous. Les saveurs gagnent en ampleur et en complexité au bout de quelques minutes dans le verre. Et l’ensemble ne craint pas de s’accorder avec les plats subtils de Pierre Sang. Sa cuisine française aux accents coréens lui convient.

La légende veut que cette cuvée ait été particulièrement appréciée du danseur et chorégraphe Rudolf Noureev qui l’aurait immortalisée en disant “quand je bois du Comtes de Champagne rosé, je ne danse plus, je vole”.