D’après une étude récemment publiée par l’interprofession sur la place de la viticulture biologique dans la vallée du Rhône, l’appellation Vacqueyras s’impose comme l’un des “meilleurs élèves” du bio dans la région.

Deuxième vignoble “bio” de France en surface (en additionnant les régions PACA et Rhône-Alpes), la vallée du Rhône a multiplié par cinq en dix ans la superficie de ses propriétés conduites en agriculture biologique. Plus de 5800 hectares de vignes sont certifiées ou en conversion d’après une étude récemment publiée par l’organisme interprofessionnel Inter-Rhône pour l’année 2011. Un élan au sein duquel se distinguent particulièrement quelques appellations, comme Vacqueyras.

Au sud de la Vallée du Rhône, dans le département du Vaucluse, Vacqueyras est reconnu AOC depuis 1990. Entre un territoire favorable et des vignerons sensibilisés aux enjeux du “bio”, l’appellation s’impose comme l’un des “meilleurs élèves” du vignoble rhodanien. Ainsi il ressort que sur les 5 800 ha certifiés AB ou en conversion de la vallée du Rhône, Vacqueyras possède 270 ha soit 4.6% des surfaces totales, alors que l’appellation représente une toute petite surface (2%) de la vallée du Rhône. Ces 270 ha sont à comparer à la surface totale en bio ou conversion des 16 crus de la vallée du Rhône (hors Châteauneuf et Château Grillet qui ne font pas partie de cette étude), laquelle s’élève à 1160 ha.

Sur les 285 entreprises des AOC de la Vallée du Rhône certifiées bio, en biodynamie ou en conversion, Vacqueyras compte 26 entreprises en bio ou conversion soit 9.1% du total des domaines viticoles bio de la Vallée du Rhône. Ces 26 entreprises représentent 29% des producteurs l’appellation Vacqueyras, qui compte 83 caves particulières et 5 caves coopératives.