L’œnologue consultant Antoine Médeville, co-directeur du laboratoire Oenoconseil, fait un point pour Terre de Vins à l’aube des vendanges.

Dans le Médoc, les premières vendanges des blancs s’opèrent, comment se présente ce millésime ?

Les vendanges des blancs dans le Médoc débutent timidement par les terroirs les plus précoces. A ce jour, seuls quelques lots, issus d’un premier tri sont en cuves. La récolte en deux, voire trois tris successifs nous demande un gros travail de suivi au vignoble mais nous permet d’exploiter au mieux le potentiel de chaque parcelle. Les équilibres sucres/acidités sont bons et les premiers jus sont nets et francs. C’est une bonne base pour un vin blanc de qualité. Arômatiquement, la fermentation alcoolique devrait révéler les jolies promesses entrevues au vignoble. Le cœur des vendanges de blanc s’étalera au cours des quinze prochains jours. Le Château Poitevin a commencé cette semaine, suivront ensuite le Château Lestage et le Château Fonréaud.

Concernant les rouges, comment se comporte la vigne en fonction des cépages et des types de sols ?
Après un printemps assez frais et un été caniculaire, nous ne notons pas de stress hydrique important. Seules quelques parcelles de jeunes vignes sur sol drainant ont légèrement marqué le pas. Sur les sols argileux, la vigne a cessé de pousser à la fin du mois d’août, marquant ainsi une bonne alimentation hydrique. L’avancement des merlots est assez hétérogène en fonction des zones. Si l’été indien nous le permet, nous pensons que cette récolte sera étalée. L’état sanitaire est bon mais il convient de rester prudent notamment sur les zones les plus tardives. Compte tenu des premiers contrôles, les cabernets sauvignons devraient emboîter le pas des merlots.

Pour quand peut-on envisager les premiers coups de sécateurs et peut-on déjà parler de qualité ?
Sur les terroirs margalais et stéphanois les plus précoces, les tout premiers coups de sécateur devraient avoir lieu autour du 18 septembre. Cela ne représentera que quelques parcelles et souvent de jeunes vignes. Le « vrai top départ » aura lieu la semaine du 23 septembre pour les appellations communales et la semaine du 30 septembre pour les appellations Médoc et Haut-Médoc. D’un point de vue qualitatif, la maturité des merlots est encourageante avec des potentiels phénoliques intéressants qui devraient encore s’améliorer avec les nuits fraîches (10°C). Au niveau de la maturité technologique, on remarque à ce stade, des acidités totales correctes mais des concentrations en acide malique proportionnellement assez basse. Même s’il est encore tôt, les premiers contrôles sur les cabernets sauvignons montrent de jolis potentiels.