Née à Paris en 2016 de la volonté d’aider des vignerons gravement sinistrés, l’association Vendanges Solidaires fait évoluer le type d’aide apporté afin de pouvoir continuer à exister sur le long terme. Et correspondre mieux aux attentes des vignerons concernés.

Que de chemin parcouru en seulement 3 ans ! Ils sont en effet 54 vigneronnes et vignerons à avoir pu bénéficier de l’aide de l’association après des coups durs. Tous répondaient aux même critères imposés : perte de plus de 70% de la récolte et création de domaine depuis moins de 10 ans. “L’idée n’est pas de venir en aide à un domaine qui serait en grave péril mais bien de donner un vrai coup de pouce à des femmes et des hommes durement touchés une année donnée”. Aurélie Soubiran, membre fondateur, rappelle ainsi ce qui fait l’ADN de cette structure. Et contrairement à ce qui avait pu être imaginé au départ, ce ne sont pas nécessairement de très fortes sommes qui sont données aux domaines. Aurélie aime rappeler qu’un “bénéficiaire de la première heure qui avait touché uniquement 500€ est devenu l’un ambassadeurs les plus enthousiastes de Vendanges Solidaires.” Et de poursuivre : “après 3 années, nous constatons que nous accompagnons le plus souvent des projets annexes, toujours remis à plus tard. L’isolation d’un chai, le rachat de pieds gelés…” Ce point est très révélateur. Entre ce qui avait été imaginé initialement et ce qui se passe aujourd’hui, l’association a évolué.

Du don au prêt

Cette année, les sommes récoltées n’étaient plus totalement allouées sous forme de don. Une partie a ainsi été accordée sous la forme d’un prêt sur l’honneur. “Les personnes à qui nous accordons de l’aide ne font pas l’aumône. Nous ne sommes par les Restos du Cœur du vin” explique Aurélie. Ce n’est qu’avec le recul de ces premières années d’aide que l’importance de la partie psychologique du côté des bénéficiaires a été mieux comprise. Ceux-ci ne veulent pas se sentir redevables, ce qui était nécessairement le cas avec un don. Dès l’année prochaine, les aides prendront donc la forme de prêts sur l’honneur à 100%, remboursables un an après sur une durée de 3 ans. Un moyen efficace pour l’association de continuer à trouver des ressources et de pouvoir en allouer à davantage de bénéficiaires dans un futur proche. Dans leurs efforts quotidiens, les membres de l’association peuvent compter sur le soutien de nombreux professionnels du monde du vin, notamment des cavistes. Mais aussi des restaurateurs parfois célèbres comme M. Bras à Laguiole ou Armand Arnal de la Chassagnette en Camargue. Les particuliers participent aussi depuis l’origine à des opérations de crowdfunding. Un millier d’entre eux ont déjà donné pour faire vivre ce beau projet. En 2018, ils étaient 305 issus principalement de France mais aussi du Canada, de Russie ou bien encore du Brésil. Une vente aux enchères en 2018 a permis également de récolter 33 190€. Elle sera reconduite cette année, le 5 décembre prochain toujours sous le marteau de Maître Aguttes. Ce même jour, une journée de conférences sera organisée, avec témoignages de vignerons, scientifiques et journalistes, autour des questions du gel, de la grêle et de la sécheresse dans le vignoble. Et quelques jours auparavant, le 2 décembre, un déjeuner et un dîner caritatif seront donnés au restaurant Vignes en foule à Gaillac. La présence des chefs Gérard Garrigues et Sébastien Bras est annoncée. Souhaitons longue vie à Vendanges Solidaires !

Pour adhérer (20€ annuels) et ainsi aider des projets futurs : www.helloasso.com/associations/vendanges-solidaires