(photo Vign'Art)
(photo Vign'Art)

Depuis le 15 mai et jusqu’au 15 septembre, quatorze installations artistiques ponctuent le paysage viticole de la Champagne marnaise, au sud de la Montagne de Reims et de la Côte des Blancs.

Le festival “Vign’Art” propose ainsi pour sa première édition une nouvelle et éphémère topographie d’où émergent notamment, les “Flottements de plumes” de l’Indienne Shilpa Jogletar sur un bassin du parc Vix d’Avize, les “sentinelles” totémiques en bois délaissé d’Eric Junod aux Essorts d’Ay-Champagne ou, sur les hauteurs de Chouilly, la vague géante d’Alice et David Bertizzolo. D’une longueur de 23 m, de 6 m de largeur et 2,5 m de hauteur, elle est composée de 300 piquets de bois surmontés de moulins à vent phosphorescents visibles de nuit.

“Le paysage champenois constitue le sujet des œuvres. Vign’Art a pour volonté d’en valoriser les ressources naturelles”, explique Jean-Baptiste Duteurtre, à l’initiative de cette exposition inédite principalement soutenue par “Épernay Agglo Champagne” et la communauté de communes de la Grande Vallée de la Marne.