Les bulles champenoises millésimées 2012 ont commencé à arriver en marché et Cattier a choisi de lancer le sien pour les fêtes. De fait, il est à point.

Cela pourrait ressembler à une petite annonce : “fruit intense, belle générosité, gourmandise. Parfaitement mûr, c’est le moment de le boire”. C’est en ces termes qu’Alexandre Cattier, 13e génération à la tête de cette maison familiale, a choisi de décrire le millésime 2012 qu’il s’apprête à mettre en marché.

Un millésime que ce jeune œnologue a vinifié, et pour lequel il se souvient d’une réussite partagée sur les 3 cépages : pinot noir, meunier et chardonnay. Or l’équilibre tripartite, la maison Cattier y tient ! Les 33 ha qu’elle exploite sont situés sur de jolis terroirs premier cru de la montagne de Reims (Rill, Chigny, Ludes) où l’on cultive les 3 cépages. En particulier, elle n’élude pas le meunier « cépage trop souvent mis un peu de côté », mais le revendique au contraire fièrement comme l’une des clés du style rond et gourmand des champagnes maison.

Sur les 600 000 cols commercialisés annuellement les millésimés représentent environ 5 % des ventes, et le 2012 s’apprête à y prendre sa part.

Dégustation Cattier Millésimé 2012

Robe jaune aux reflets argentés. Le premier nez est plutôt aérien, porté par une vague citronnelle-mentholée. Puis les fruits bien mûrs apparaissent – abricot, mirabelle – avant de laisser place aux première (légères) touches d’élevage (cannelle, noisette). La fin de bouche, zestée, est plus salivante. Elle a le potentiel pour se fondre dans les prochains 2-3 ans.

Accord sur des petits fours et verrines raffinées : tartelettes de saumon à l’estragon, mini-soufflés aux tomates séchées, dés de fruits roulés au jambon cru, tuile au parmesan… Voici un joli flacon (45 €) bon chic bon genre pour les rencontres de fin d’année !