Au sein des différentes propriétés de la famille de Malet Roquefort, le château Chapelle d’Aliénor présente un impressionnant rapport prix-plaisir et s’inscrit parfaitement dans son époque.

Difficile aujourd’hui de se faire entendre lorsque l’on est une propriété en appellation Bordeaux supérieur. Pourtant, le château Chapelle d’Aliénor fait plus que tirer son épingle du jeu. Oui, bien sûr, il appartient à la famille de Malet Roquefort, pilier de Saint-Emilion. Bien sûr, les équipes techniques de leur premier grand cru classé La Gaffelière travaille également sur cette propriété de 52 hectares située dans l’Entre-deux-Mers, juste après Castillon, de l’autre côté de la Dordogne. Elles lui apportent en cela le meilleur soin possible. Mais encore fallait-il oser racheter en 2001 cette propriété et lui donner les moyens de briller. C’est ce qu’ont fait Alexandre de Malet Roquefort et sa femme Aliénor.

Dominées par une chapelle, les vieilles vignes sont plantées sur des coteaux gravelo-argileux et argilo-calcaires. Les raisins y mûrissent bien et donnent toujours un fruité éclatant, comme ce fut le cas en 2016. Les fruits noirs se mêlent à la réglisse, le tout porté par une vraie fraîcheur qui accompagne une densité de bouche très agréable. Le parfait exemple de ce qui fait la magie de Bordeaux : des vins d’une gourmandise folle mais structurés, le tout pour une dizaine d’euros en prix caviste… Un vin dont Alexandre est fier au point d’indiquer “by la Gaffelièr”» sur l’étiquette. Vu la différence de prix avec le 1er grand cru classé, aucun cannibalisme de marque n’est possible. Cela renforce en outre la cohérence de gamme et démontre tout le sérieux qui est investi dans les différents châteaux familiaux. Un modèle du genre.