La tendance se confirme, le vin blanc grignote des parts de marché, au détriment du rouge mais aussi du rosé, et quel que soit le circuit de distribution, jusqu’à la table des amateurs. Comme une réponse au jour qui s’allonge, il répond aux envies de fraîcheur et de légèreté (même lorsque le titre alcoolique est équivalent à celui d’un vin rouge, il n’est pas perçu comme tel). Dans son dernier numéro, Terre de vins consacre un grand dossier aux meilleurs blancs de France. Parmi les coups de cœur de nos dégustateurs, ces quatre cuvées en bio ou biodynamie.

Cette dégustation est à retrouver dans Terre de vins n°70 et sur notre kiosque digitale.

JURA
Domaine de la Renardière – Les Vianderies 2017 (AB)
Arbois-Pupillin
15,50 €

Ce sont les plus vieilles vignes du domaine de Jean-Michel Petit, et même du village, des chardonnays cinquantenaires plantés dans des graviers sur marnes grises. Ils passent 22 mois en fûts de 400 litres et en pièces dans sa cave de vieillissement enrochée. D’où une cuvée (ouillée) actuellement en 2017. Des arômes de fruits blancs (pêche, pomme compotée) sur une trame calcaire de belle acidité, un léger grillé-épicé et une longue finale saline et citronnée. Le domaine, en bio depuis plus d’une quinzaine d’années (certifié en 2012) et en biodynamie non certifiée, est travaillé surtout en sélections parcellaires.
• Avec une truite aux amandes.

PROVENCE
Domaine de la Mongestine – Les Monges 2019 (AB)
Coteaux-d’Aix-en-Provence
12,40 €

La propriété de 120 hectares, dont une trentaine de vignes au nord de la Sainte-Victoire, a été longtemps à l’abandon avant d’être entièrement restructurée au début du siècle. L’entrepreneur Harry Gozlan et sa femme Céline l’ont reprise en 2017. Le vignoble en altitude venait d’être converti en bio et s’oriente aujourd’hui vers la biodynamie. Ils ont adopté des méthodes de vinification avec très peu de sulfites, voire sans, comme cet assemblage de 75 % grenache blanc associé aux sauvignon, rolle et clairette, vinifiés en levures indigènes. Un vin franc et frais, puissant et minéral, sur des arômes de fleurs blanches, de buis, d’agrumes et de mirabelle.
• Avec une tarte au chèvre.
Site internet

BORDEAUX
Château Haut-Bergey – Cuvée Paul 2019 (Biodynamie)
Pessac-Léognan
25 €

Paul Garcin a de la suite dans les idées. Prenant la relève de ses parents, il a fait de Haut-Bergey un des rares domaines de Pessac-Léognan à être entièrement travaillé en biodynamie. Cette toute jeune cuvée Paul (2 200 bouteilles) se dénude volontairement de toute complexité, pour aller à l’essentiel. La bouche est nette, pleine, intense, pulpeuse. La tension incisive aux notes de citron vert est délicieusement équilibrée par une suavité délicate, évoquant les fruits à chair blanche. Une vraie cuvée plaisir, à la pureté aromatique éclatante.
• Sur un taboulé de saumon à l’aneth.
Site internet

SUD-OUEST
Château La Colombière – Les Jacquaires 2019 (Biodynamie)
Vin de France
11 €

Les Cauvin, Diane et Philippe, se sont fait connaître pour la renaissance d’un cépage quasiment disparu, le bouysselet blanc (prononcer bouisselette) qui descendrait du savagnin et du plant de Cauzette du Béarn. Retrouvé par hasard dans une propriété voisine, ils ont été les premiers à le vinifier sur le territoire de Fronton. Dans les Jacquaires, il est associé au chenin et au sauvignon, en complantation mais vendangés séparément. Un vin aromatique sur les fruits blancs et jaunes, un zeste d’agrume, une note exotique et une rondeur désaltérante.
• Avec des spaghettis aux coques.