TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CHÂTEAU LÉOUBE

Château Léoube, c’est l’histoire d’une passion peu commune, née d’une rencontre, il y a plus de 20 ans, entre une famille britannique, amoureuse de la Provence, de son climat, de son terroir et de son environnement, avec une propriété viticole et oléicole quelque peu délaissée…. Un coup de cœur pour un domaine unique de 560 hectares, le plus étendu de la côte varoise (4kms), niché au cœur de l’un des plus beaux sites protégés d’Europe, le Cap Bénat, face aux Iles d’Or.Dès lors, et à partir de 1997, Lord Bamford et son épouse lancent un vaste chantier de réhabilitation du Château et du vignoble, avec une seule volonté : préserver l’environnement, cultiver de manière responsable et produire en fonction de ce que la nature donne de meilleur. Quelques 14 ans plus tard, Château Léoube remporte sa première récompense en obtenant, en 2011, le label Ecocert puis en bénéficiant en 2012, pour son vin, du label « agriculture biologique ». A partir de 2010, ce sont les chais du domaine qui sont entièrement rénovés par l’architecte Alain Raynaud. Le jardin de la célèbre villa Maria est également réhabilité par l’architecte-paysagiste Philippe Deliau qui compte notamment parmi ses références les jardins classés du Rayol-Canadel ou les Jardins de la Fondation Louis Vuitton. C’est lui qui donnera l’impulsion de tout l’aménagement des espaces paysagers de Château Léoube. Après bien des efforts, le domaine s’est ainsi développé pour former un magnifique ensemble cohérent dans un environnement préservé. Au nord, garrigue et vignes se côtoient. Au sud, le littoral avec la baie de Léoube et sa plage encore protégée, une pinède centenaire, des vignes et une oliveraie de 23 hectares offrent une mosaïque de paysages diversifiés que beaucoup d’artistes aimeraient esquisser. Longeant l’oliveraie du domaine, la plage du Pellegrin, l’une des plus belles de la Méditerranée, apporte, avec ses faux airs de Polynésie, une petite touche exotique au tableau. Halte indispensable du sentier du littoral qui conduit jusqu’au Fort de Brégançon, elle se situe idéalement face à l’île de Porquerolles. C’est ensuite, à 200 mètres de la plage, au Café de Léoube que se poursuit l’escapade. Ouvert depuis 6 ans, d’avril à fin septembre, dans la pinède de la plage du Pellegrin, le café est le prolongement gastronomique parfait du domaine, ouvrant ses portes et ses parasols sur l’un des plus jolis spots de Provence. Ici on joue la carte du bon produit accompagné de l’indispensable verre de Rosé de Léoube. Les petites tables coiffées de leurs parasols, sont dressées en harmonie autour du café, offrant un espace de tranquillité où l’on apprécie de déguster seul ou en famille, les salades préparées avec les légumes bios du potager du Château. Et pour le bonheur des enfants, une aire de jeux, toute en bois, vient compléter ce cadre idyllique. Les soirées en musique des vendredis soirs d’été, invitent à prolonger ces instants magiques. Au-delà de l’architecture grandiose des châteaux, certains domaines viticoles ont la chance de posséder sur leurs terres, des chapelles très anciennes. Surplombant la propriété, la Chapelle Saint-Georges, se situe à 37 mètres d’altitude sur une petite colline face à la mer. Elle date du XVème siècle et offre sans aucun doute l’une des plus belles vues sur la baie de Léoube procurant un effet saisissant chez les visiteurs qui ont la chance de s’y rendre, dans le cadre d’événements très spécifiques, organisés par le domaine. Une façade blanche synonyme de pureté et de simplicité, un mur de pierres caractéristique du savoir-faire des artisans provençaux et une statue de la vierge qui domine la propriété et fait face, à une autre vierge située sur la partie nord afin de protéger les 560 hectares du domaine. Pour la boutique, c’est à Jacqueline Morabito, l’architecte d’intérieur de La Colle sur Loup qui a également sérigraphié les bouteilles des vins de Château Léoube, que le domaine a fait appel. On est dans une décoration épurée blanche, la couleur argile du sol remonte sur les murs, en parfait accord avec celle du rosé. Tout est soigné, sobre, et beau. A l’instar de la boutique, c’est aussi dans un ancien poulailler rénové que peuvent avoir lieu certaines dégustations prestige et des ateliers de wine-tasting organisés dans le cadre de nos animations régulières. Son décor atypique, l’ambiance chaleureuse et intimiste qui s’en dégage contribuent à la magie du lieu. Le domaine se visite pour partie sur réservation ou lors d’animations. Par exemple, lors des journées vendanges, possibilité de visiter le domaine à bord de véhicules tout-terrain, de jouer les apprentis-vignerons, de découvrir les cépages cultivés sur les vignes situées en bord de mer tout en s’imprégnant de l’histoire du domaine en déjeunant parfois au milieu des vignes.
Provence
Voir

CHÂTEAU MONTUS

Lors d’une vente aux enchères, Alain Brumont visite ce Câteau de Castelnau-Rivière Basse, qu’il connait depuis son enfance, et dont il sait qu’il a fournit Napoléon en vins. Il fit finalement l’acquisition du Château Montus, en 1980, alors édifice en ruines, comme laissé à l’abandon, qu’il remontera pierre après pierre, avec ce style singulier, visible dès la façade extérieure, pour le bâtiment principal hébergeant aujourd’hui l’hôtellerie du Château Montus, d’inspiration bacchique, et axé autour de l’Art de vivre, de l’hédonisme… Et dont les 10 chambres au décor unique vante la fête, la vigne, le vin, la vie pour un souvenir inoubliable.L’ancien chai (toujours en activité et abritant 9 grand foudre de chênes, recevant après les vendanges, les raisons des parcelles les plus prestigieuses de Montus), est enregistré aux Monuments Historiques pour sa charpente magistrale, atypique en forme de coque de bateau inversée. A l’entrée, le grand porche du Château Montus porte les stigmates de la révolution française. Infatigable bâtisseur, Alain Brumont construit en 1995 le chai souterrain du Château Montus, et offre ainsi à ses plus grands Tannat, un lieu mythique, presque mystique…”la Cathédrale du Tannat”, où dans un silence égal à celui des monuments les plus majestueux, les plus grands Madiran s’élèvent et s’affinent. Un lieu quasi confidentiel, accueillant plus de 2000 barriques, dans lesquelles reposent les cuvées Montus, ainsi que la prestigieuse La Tyre ou la très rare XL. Dans l’atmosphère paisible, quasi spirituelle de ce chais unique au monde, témoignant d’une grande maîtrise, d’un savoir-faire reconnue et d’une innovation permanente, les arômes de la vinification sont déjà une sublimation. Ancienne tour fortifiée, protégeant à l’origine l’entrée de la Gascogne, le Château Montus est rénové en 2003 et se voit devenir également lieu de réception avec une salle de 290m2, au charme inéluctable avec ses murs en galets de vignes et sa charpente réalisée à partir de douelles de barriques, ses nefs voûtées en chêne fendu, pouvant accueillir jusqu’à 280/300 personnes. L’oenotourisme, c’est l’Art de faire vivre l’Histoire, en racontant et en partageant une histoire, celle d’un domaine, celle d’un homme, avec authenticité et convivialité. Et parce qu’en France, le Vin n’est pas un “simple produit” comme les autres, mais qu’il fait indéniablement partie de notre patrimoine, sa valorisation passe aussi par les vestiges que l’Histoire nous à laisser, et à nous d’allier, passé, présent et futur…
Sud-Ouest
Voir

DOMAINE DES FAVARDS

Le Domaine des Favards est une propriété familiale de 25ha en agriculture biologique. La famille cultive la vigne sur ces terres depuis 4 générations. En 1994 les parents, Jean-Paul et Mary-Line, ont arraché une parcelle de vigne pour y installer un camping avec l’envie d’accueillir leurs clients au sein même de leur exploitation et de leur faire découvrir leur métier et leur passion pour la vigne et le vin. En 2005, ils ont créé en famille un restaurant ouvert de mai à septembre. En 2011, ils ont ouvert un gite dans l’enceinte du domaine viticole pouvant accueillir 4 à 6 personnes. Chaque année environ 5000 personnes passent au minimum une nuit au domaine.En arrivant au Domaine des Favards, les touristes entrent dans un domaine viticole sur lequel ils vont séjourner. Ils logent au milieu de plusieurs hectares de nos vignes. Ils peuvent se balader à volonté dans les vignes et assister aux travaux en cours pendant toute la saison. Les propriétaires prennent toujours le temps de répondre à leurs questions notamment sur le mode de conduite du vignoble en agriculture biologique. En 2016 a été mis en place au départ des hébergements un sentier qui parcourt les vignes. Il fait 1,6km et est accessible à tous. Il peut être visité en autonomie grâce à des tables de lecture (français/anglais) installées le long du chemin. Pour ceux qui souhaitent des informations plus complètes une brochure (français/anglais) est distribuée gratuitement à l’accueil du camping. Une brochure adaptée aux enfants est également disponible.
Rhône
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

[Covid-19] Le Collège Culinaire de France se mobilise pour le bien manger

Après la carte interactive des cavistes et celle des vignerons, c’est au tour de ce groupement qui réunit 2700 restaurateurs et producteurs artisans de qualité – dont des vignerons – de créer sa carte en ligne, pour faciliter l’accès des consommateurs à une offre alimentaire qualitative à l’échelle française.Avec la fermeture des restaurants et autres établissements de bouche, le secteur de la restauration est frappé de plein fouet par la crise du Coronavirus. Tout comme les producteurs et artisans qui les fournissent. La demande des Français soucieux de “bien manger” est, elle, toujours là malgré le confinement. Comment alors faire se rencontrer cette demande et cette offre ? Dans une démarche solidaire et militante, le Collège Culinaire de France (CCF) se mobilise : il recense sur une carte interactive en ligne les points alimentaires de qualité, parmi ses 1800 membres restaurateurs et 900 producteurs artisans, et élargit également la démarche aux professionnels du secteur non-membres du CCF, mais travaillant avec la même philosophie et les mêmes valeurs. Soit déjà pour l’heure quelques 400 points répertoriés. “Cette carte est née suite à une discussion avec un producteur de légumes, qui ne vendait pas auparavant au grand public. Nombreux sont dans son cas, et nombreux n’avaient pas non plus de site de vente internet, d’où l’instauration de cette carte interactive” raconte Myriam Ziad, chargée de communication et relations presse du Collège Culinaire de France. Aujourd’hui, cet outil, actualisé en temps réel, compile des initiatives variées, de la vente directe au public, aux plats préparés par des restaurateurs à emporter ou en livraison, en passant par le restaurant qui fait office de point relais pour les producteurs, la vente en ligne, ou des solutions hybrides entre ces différentes options. “Par exemple, à Paris, Amandine Chaignot au restaurant Pouliche dans le 10e ou Guillaume Sanchez à Neso dans le 9e, ont rouvert leurs portes pour accueillir des producteurs, transformant leurs restaurants en véritables halles de producteurs.” Dans un autre style, parmi les chefs fondateurs, certains cuisinent depuis le premier jour pour leurs voisins. Dans le sud, Nadia Sammut, cheffe et directrice générale de l’Auberge La Fenière, “livre aux soignants des cookies à base de fruits fournis par des producteurs locaux.” Tout en continuant à promouvoir la qualité du “bien manger” et en privilégiant les circuits courts, cette initiative permet également d’éviter le gaspillage, et “de créer du lien et de la bienveillance”, dans une période où l’entraide est plus que jamais le mot d’ordre. https://restaurantdequalite.fr/carte-interactive
Société
Lire la suite

Saint-Émilion : les chefs se mobilisent pour le corps médical

Pour soutenir le personnel médical du Centre Hospitalier Universitaire Pellegrin à Bordeaux, plusieurs chefs se sont réunis autour d’Alexandre Baumard, au Logis de la Cadène à Saint-Émilion afin de délivrer des repas aux soignants.En ces temps de pandémie où tout le corps médical en première ligne, toutes les initiatives solidaires sont les bienvenues. Alexandre Baumard, le chef du Logis de la Cadène à Saint-Émilion, et la propriétaire de l’établissement Stéphanie de Boüard-Rivoal, ont décidé d’apporter leur soutien aux équipes du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Pellegrin à Bordeaux en délivrant des repas sous forme de bocaux. “Depuis le début du confinement, la situation est difficile pour tout le monde, pour nous les chefs dont l’activité est à l’arrêt, mais surtout pour tous les médecins et infirmiers qui se battent au quotidien pour faire reculer la pandémie”, explique Alexandre Baumard. “J’étais en train de me demander comment me rendre utile et c’est à ce moment que Stéphanie de Boüard-Rivoal m’a appelé pour me proposer de mettre notre énergie au service du personnel soignant de Pellegrin. Nous avions eu la même idée au même moment, nous avons donc pu rapidement nous mettre en mouvement”. Pour mener à bien cette opération, Alexandre Baumard a fédéré autour de lui cinq autres chefs de la région de Saint-Émilion : David Charrier des Belles Perdrix, Thomas L’Hérisson de l’Auberge Saint-Jean, Kendji Wongsodikromo de la Table de Catusseau, Stéphane Casset de Caffé Cuisine, et Jean-Baptiste Depons, chef du 1er Grand Cru Classé Château Canon. Ensemble, ces cuisiniers ont produit hier plus de 120 bocaux qui ont été livrés au personnel soignant de Pellegrin. Tout ce petit monde officie dans les cuisines du Logis de la Cadène, en respectant bien sûr les consignes de sécurité sanitaire : “nous avons masques gants, gels, nous respectons les distances règlementaires, chacun est à son poste et sait ce qu’il a à faire”, explique Alexandre Baumard. Autre détail d’importance : les plats sont préparés avec des produits fournis par des fournisseurs locaux, qui apportent ainsi leur contribution à cet élan solidaire. L’hôpital de Libourne est également soutenu “Le fait que nous ayons pu commencer à livrer dès hier s’est révélé très symbolique”, explique Alexandre Baumard. “La journée du 1er avril a été difficile pour les équipes de Pellegrin. Tous les lits de l’hôpital sont occupés, les soignants sont crevés… il est primordial de les soutenir.” Ces bocaux-repas seront fournis au CHU chaque mercredi et chaque vendredi durant au moins trois semaines – avec, en bonus, des bouteilles de vin fournies par la famille de Boüard, qui ne sont bien sûr pas consommées en milieu médical mais que les soignants peuvent rapporter chez eux avec les repas lorsqu’ils ne sont plus en service. D’autres producteurs de vin de Saint-Émilion ne devraient pas tarder à se joindre à l’effort collectif : “l’initiative est ouverte à toutes celles et tous ceux qui veulent participer”, précise Alexandre Baumard. En parallèle de l’hôpital Pellegrin, les six chefs livreront mardi pochain des repas au personnel de l’hôpital de Libourne. Cette initiative saint-émilionnaise n’est pas isolée : en Bourgogne, sur l’impulsion du château de Courban, 4 chefs japonais étoilés livreront gratuitement 100 repas gastronomiques au CHU de Dijon, ce dimanche 5 Avril 2020. Retrouvez toutes les initiatives des chefs sur la page Facebook “Les Chefs avec les Soignants”.
Société
Lire la suite

Adieu à Arnaud Bro de Comères, gentilhomme du champagne

Il était de la vieille école, celle qui respire la culture, la distinction naturelle, et la discrétion. Arnaud Bro de Comères, ancien ambassadeur des Maisons Deutz et Delas Frères, est décédé vendredi dernier à l’âge de 84 ans. Lorsqu’en 1996, la famille Rouzaud reprend la Maison Deutz et que Fabrice Rosset devient son président, Arnaud Bro de Comères est déjà au service de l’entreprise depuis plusieurs décennies. L’entente entre les deux hommes est immédiate et Arnaud Bro de Comères, véritable porte-parole international de la marque, participe au redéploiement de “la belle endormie”. Deutz passera en 20 ans de 600 000 bouteilles à 2.500.000 bouteilles. Aujourd’hui, Fabrice Rosset se souvient d’un homme qui portait haut les valeurs de la Maison : “Pour lui, quand il fallait mener une négociation, elle ne devait jamais être âpre, aux forceps, mais toujours dans le fil de l’élégance. Les jeunes ont des idées nouvelles, Arnaud Bro de Comères avait l’expérience, la lumière du passé pour éclairer l’avenir”. Un témoignage que confirme Ghislain de Montgolfier, ancien président de la Maison Bollinger : “C’était le genre de personne dont la Champagne a besoin pour être autre chose que des affaires. Quand il vous recevait dans les salons de la Maison Deutz, il incarnait la dignité des Champenois, leur art de vivre, il savait mettre en avant l’élaboration des vins, allant au-delà du marketing. Il avait une certaine idée de la Champagne”. Etienne Monet, directeur de l’Institut international des vins de Champagne où Arnaud Bro de Comères siégeait au Conseil d’administration se souvient quant à lui de sa curiosité intellectuelle mais aussi de sa bienveillance : “Avec lui, chacun trouvait sa place”. Notre équipe s’associe à la peine de sa famille et de ses anciens collègues et leur présente ses plus sincères condoléances.
Personnalités
Lire la suite