TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

CHÂTEAU LÉOUBE

Château Léoube, c’est l’histoire d’une passion peu commune, née d’une rencontre, il y a plus de 20 ans, entre une famille britannique, amoureuse de la Provence, de son climat, de son terroir et de son environnement, avec une propriété viticole et oléicole quelque peu délaissée…. Un coup de cœur pour un domaine unique de 560 hectares, le plus étendu de la côte varoise (4kms), niché au cœur de l’un des plus beaux sites protégés d’Europe, le Cap Bénat, face aux Iles d’Or.Dès lors, et à partir de 1997, Lord Bamford et son épouse lancent un vaste chantier de réhabilitation du Château et du vignoble, avec une seule volonté : préserver l’environnement, cultiver de manière responsable et produire en fonction de ce que la nature donne de meilleur. Quelques 14 ans plus tard, Château Léoube remporte sa première récompense en obtenant, en 2011, le label Ecocert puis en bénéficiant en 2012, pour son vin, du label « agriculture biologique ». A partir de 2010, ce sont les chais du domaine qui sont entièrement rénovés par l’architecte Alain Raynaud. Le jardin de la célèbre villa Maria est également réhabilité par l’architecte-paysagiste Philippe Deliau qui compte notamment parmi ses références les jardins classés du Rayol-Canadel ou les Jardins de la Fondation Louis Vuitton. C’est lui qui donnera l’impulsion de tout l’aménagement des espaces paysagers de Château Léoube. Après bien des efforts, le domaine s’est ainsi développé pour former un magnifique ensemble cohérent dans un environnement préservé. Au nord, garrigue et vignes se côtoient. Au sud, le littoral avec la baie de Léoube et sa plage encore protégée, une pinède centenaire, des vignes et une oliveraie de 23 hectares offrent une mosaïque de paysages diversifiés que beaucoup d’artistes aimeraient esquisser. Longeant l’oliveraie du domaine, la plage du Pellegrin, l’une des plus belles de la Méditerranée, apporte, avec ses faux airs de Polynésie, une petite touche exotique au tableau. Halte indispensable du sentier du littoral qui conduit jusqu’au Fort de Brégançon, elle se situe idéalement face à l’île de Porquerolles. C’est ensuite, à 200 mètres de la plage, au Café de Léoube que se poursuit l’escapade. Ouvert depuis 6 ans, d’avril à fin septembre, dans la pinède de la plage du Pellegrin, le café est le prolongement gastronomique parfait du domaine, ouvrant ses portes et ses parasols sur l’un des plus jolis spots de Provence. Ici on joue la carte du bon produit accompagné de l’indispensable verre de Rosé de Léoube. Les petites tables coiffées de leurs parasols, sont dressées en harmonie autour du café, offrant un espace de tranquillité où l’on apprécie de déguster seul ou en famille, les salades préparées avec les légumes bios du potager du Château. Et pour le bonheur des enfants, une aire de jeux, toute en bois, vient compléter ce cadre idyllique. Les soirées en musique des vendredis soirs d’été, invitent à prolonger ces instants magiques. Au-delà de l’architecture grandiose des châteaux, certains domaines viticoles ont la chance de posséder sur leurs terres, des chapelles très anciennes. Surplombant la propriété, la Chapelle Saint-Georges, se situe à 37 mètres d’altitude sur une petite colline face à la mer. Elle date du XVème siècle et offre sans aucun doute l’une des plus belles vues sur la baie de Léoube procurant un effet saisissant chez les visiteurs qui ont la chance de s’y rendre, dans le cadre d’événements très spécifiques, organisés par le domaine. Une façade blanche synonyme de pureté et de simplicité, un mur de pierres caractéristique du savoir-faire des artisans provençaux et une statue de la vierge qui domine la propriété et fait face, à une autre vierge située sur la partie nord afin de protéger les 560 hectares du domaine. Pour la boutique, c’est à Jacqueline Morabito, l’architecte d’intérieur de La Colle sur Loup qui a également sérigraphié les bouteilles des vins de Château Léoube, que le domaine a fait appel. On est dans une décoration épurée blanche, la couleur argile du sol remonte sur les murs, en parfait accord avec celle du rosé. Tout est soigné, sobre, et beau. A l’instar de la boutique, c’est aussi dans un ancien poulailler rénové que peuvent avoir lieu certaines dégustations prestige et des ateliers de wine-tasting organisés dans le cadre de nos animations régulières. Son décor atypique, l’ambiance chaleureuse et intimiste qui s’en dégage contribuent à la magie du lieu. Le domaine se visite pour partie sur réservation ou lors d’animations. Par exemple, lors des journées vendanges, possibilité de visiter le domaine à bord de véhicules tout-terrain, de jouer les apprentis-vignerons, de découvrir les cépages cultivés sur les vignes situées en bord de mer tout en s’imprégnant de l’histoire du domaine en déjeunant parfois au milieu des vignes.
Provence
Voir

CHÂTEAU MONTUS

Lors d’une vente aux enchères, Alain Brumont visite ce Câteau de Castelnau-Rivière Basse, qu’il connait depuis son enfance, et dont il sait qu’il a fournit Napoléon en vins. Il fit finalement l’acquisition du Château Montus, en 1980, alors édifice en ruines, comme laissé à l’abandon, qu’il remontera pierre après pierre, avec ce style singulier, visible dès la façade extérieure, pour le bâtiment principal hébergeant aujourd’hui l’hôtellerie du Château Montus, d’inspiration bacchique, et axé autour de l’Art de vivre, de l’hédonisme… Et dont les 10 chambres au décor unique vante la fête, la vigne, le vin, la vie pour un souvenir inoubliable.L’ancien chai (toujours en activité et abritant 9 grand foudre de chênes, recevant après les vendanges, les raisons des parcelles les plus prestigieuses de Montus), est enregistré aux Monuments Historiques pour sa charpente magistrale, atypique en forme de coque de bateau inversée. A l’entrée, le grand porche du Château Montus porte les stigmates de la révolution française. Infatigable bâtisseur, Alain Brumont construit en 1995 le chai souterrain du Château Montus, et offre ainsi à ses plus grands Tannat, un lieu mythique, presque mystique…”la Cathédrale du Tannat”, où dans un silence égal à celui des monuments les plus majestueux, les plus grands Madiran s’élèvent et s’affinent. Un lieu quasi confidentiel, accueillant plus de 2000 barriques, dans lesquelles reposent les cuvées Montus, ainsi que la prestigieuse La Tyre ou la très rare XL. Dans l’atmosphère paisible, quasi spirituelle de ce chais unique au monde, témoignant d’une grande maîtrise, d’un savoir-faire reconnue et d’une innovation permanente, les arômes de la vinification sont déjà une sublimation. Ancienne tour fortifiée, protégeant à l’origine l’entrée de la Gascogne, le Château Montus est rénové en 2003 et se voit devenir également lieu de réception avec une salle de 290m2, au charme inéluctable avec ses murs en galets de vignes et sa charpente réalisée à partir de douelles de barriques, ses nefs voûtées en chêne fendu, pouvant accueillir jusqu’à 280/300 personnes. L’oenotourisme, c’est l’Art de faire vivre l’Histoire, en racontant et en partageant une histoire, celle d’un domaine, celle d’un homme, avec authenticité et convivialité. Et parce qu’en France, le Vin n’est pas un “simple produit” comme les autres, mais qu’il fait indéniablement partie de notre patrimoine, sa valorisation passe aussi par les vestiges que l’Histoire nous à laisser, et à nous d’allier, passé, présent et futur…
Sud-Ouest
Voir

DOMAINE DES FAVARDS

Le Domaine des Favards est une propriété familiale de 25ha en agriculture biologique. La famille cultive la vigne sur ces terres depuis 4 générations. En 1994 les parents, Jean-Paul et Mary-Line, ont arraché une parcelle de vigne pour y installer un camping avec l’envie d’accueillir leurs clients au sein même de leur exploitation et de leur faire découvrir leur métier et leur passion pour la vigne et le vin. En 2005, ils ont créé en famille un restaurant ouvert de mai à septembre. En 2011, ils ont ouvert un gite dans l’enceinte du domaine viticole pouvant accueillir 4 à 6 personnes. Chaque année environ 5000 personnes passent au minimum une nuit au domaine.En arrivant au Domaine des Favards, les touristes entrent dans un domaine viticole sur lequel ils vont séjourner. Ils logent au milieu de plusieurs hectares de nos vignes. Ils peuvent se balader à volonté dans les vignes et assister aux travaux en cours pendant toute la saison. Les propriétaires prennent toujours le temps de répondre à leurs questions notamment sur le mode de conduite du vignoble en agriculture biologique. En 2016 a été mis en place au départ des hébergements un sentier qui parcourt les vignes. Il fait 1,6km et est accessible à tous. Il peut être visité en autonomie grâce à des tables de lecture (français/anglais) installées le long du chemin. Pour ceux qui souhaitent des informations plus complètes une brochure (français/anglais) est distribuée gratuitement à l’accueil du camping. Une brochure adaptée aux enfants est également disponible.
Rhône
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Face à la Covid-19, l’essor de la “dégustation digitale”

De nombreuses propriétés, dont des Grands Crus Classés 1855 comme Cos d’Estournel, Lagrange ou Beychevelle, s’adaptent à la crise en multipliant les “master classes digitales” avec l’envoi de vins en amont. Ironie de l’histoire, jamais on n’aura dégusté chez soi de manière aussi professionnelle…“Nous sommes de plus en plus sollicités pour des master classes digitales et nous acceptons avec grand plaisir, cela nous permet de maintenir le lien avec les amoureux de nos vins que nous ne pouvons plus accueillir ou aller voir”, explique Philippe Blanc, le directeur du Château Beychevelle avant d’ajouter : “Ces master classes ont des origines diverses – clubs de dégustation, influenceurs et journalistes et négociants… Nous faisons le tour du monde grâce à ces dégustations. Il m’est arrivé de faire plusieurs sessions dans la même journée, en Espagne en début d’après-midi, puis en Angleterre et en direct de Puerto Rico en fin de soirée”. Le Grand Cru classé 1855 facture les vins et l’envoi… Non loin, au Château Lagrange, on s’est également mis à l’heure du digital avec une offre interactive sur-mesure : “Voyagez depuis chez vous au sein de la propriété, présentée par un ambassadeur du domaine, qui répondra à toutes vos questions. Du vignoble aux chais en passant par le cuvier, de l’élaboration à la dégustation en live des vins envoyés chez vous en amont, le Château Lagrange n’aura plus de secret pour vous ! Vous pourrez apprécier ces master classes en famille, entre amis et même en team building”. Les prix varient bien sûr en fonction de la prestation souhaitée mais dans tous les cas, on sent que les amateurs de vins veulent restés connectés ou, pour les néophytes, profiter de l’occasion pour s’initier. À LIRE AUSSI : Saint-Émilion : au Château Mangot, on a testé les dégustations en visio Même son de cloche au Château Cos d’Estournel, un peu plus au nord : “Nous en avons déjà fait plusieurs que ce soit avec le directeur Dominique Arangoïts et le bloggeur US Wineterroir sur Instagram, des distributeurs en Asie pour des master classes ou trainings live par notre équipe commerciale… Le prochain sera avec un groupe de clients privés de Decanter fin février avec une dégustation de plusieurs vins commentés”, explique Géraldine Giroux, la directrice marketing et communication. Le domaine travaille actuellement sur un module de visite virtuelle avec ou sans dégustation pour les clients privés suite à plusieurs sollicitations. “On s’adapte, la vie continue, si on nous demande, nous le ferons”, résume en substance Lise Latrille, la directrice commerciale et communication du Château Prieuré-Lichine à Margaux. Poussés par la crise, les responsables des domaines ont accéléré la transformation digitale qui était déjà sous-jacente. Sylvain Dadé, directeur associé de l’agence SoWine et expert en la matière, y perçoit une lame de fond. “Les vignerons, les marques et maisons ont été poussés à sortir de leurs schémas classiques et à innover pour s’ouvrir à des formats novateurs de type webinars, lives ou master classes en ligne”. Après ce constat, Sylvain Dadé estime que cela s’inscrit plus largement dans le sens de l’histoire. “C’est l’avenir dans la mesure où la réinvention sous contrainte de ces formats d’échanges a fait émerger de nouvelles habitudes, de nouveaux réflexes, et de nouvelles opportunités ! Et dans un contexte où l’aérien est souvent une composante des déplacements dans le cadre de tournées à l’international, les prises de conscience vont sans doute jouer en faveur d’une plus grande économie de moyens, que les échanges numériques vont aider à compenser”. On ne remplacera pas le contact humain mais le digital ouvre de nouveaux champs. En ce point, la crise est un mal pour un bien.
Terroirs et Vignobles
Lire la suite

Le Tour des Cartes 2021 : le jury a planché

Face aux conséquences de la Covid-19 sur le monde de la restauration, Terre de Vins continue de soutenir, plus que jamais, ce secteur en difficulté avec la cinquième édition du Tour des Cartes, trophées des meilleures cartes des vins en France. Le jury s’est réuni hier pour passer au crible les candidatures. Il y a un an, sous le parrainage de Patrick Bruel, la cérémonie du Tour des Cartes venait célébrer pour la quatrième année consécutive le mariage du vin et de la bonne chère au restaurant : une soirée magique sous les ors du salon Opéra de l’Hôtel Intercontinental Paris – Le Grand. Mais ça, “c’était avant”, comme le veut l’expression consacrée. Avant la pandémie de Covid-19, ses restrictions sanitaires, ses confinements, et ses conséquences désastreuses sur de nombreux pans de l’économie, dont le secteur de la restauration. Afin de soutenir, plus que jamais, cette filière en crise qui a su dévoiler des trésors d’ingéniosité et de courage pour surmonter les mois écoulés, et dans la perspective d’un renouveau que chacun appelle de ses vœux en 2021, Terre de Vins a tenu à maintenir son événement Le Tour des Cartes, qui récompense chaque année les meilleures cartes des vins en France. En s’appuyant sur une base de données abondante d’établissements français, allant du bar à vins à la table triplement étoilée, l’équipe de Terre de Vins a opéré une première sélection sur près de 700 cartes de vins ; puis un travail “d’entonnoir” a été fait pour réduire à 100 finalistes, dont les noms seront dévoilés début février. Hier, le jury du Tour des Cartes, composé de membres de Terre de Vins, de représentants des partenaires de l’événement mais aussi de vainqueurs de l’édition précédente, se réunissait (en visioconférence, règles de distance sanitaire obligent) pour “éplucher” les 35 cartes les plus remarquables dans chaque catégorie : Bars à vins ; Brasseries, bistrots et restaurants bistronomiques ; Restaurants de chaine nationale ; Restaurants traditionnels ; Restaurants gastronomiques ; Restaurants gastronomiques de prestige. Dans chacune de ces catégories, trois lauréats sont désignés (un Grand Prix et deux autres lauréats), soit 18 prix qui seront dévoilés lors du palmarès, le 22 mars prochain. A ces 18 prix s’ajoutent 4 prix spéciaux. Certains de ces prix spéciaux sont spécialement parrainés par les partenaires de l’événement : BNIA (interprofession de l’Armagnac), CIVB (interprofession des vins de Bordeaux), Pays d’Oc IGP, France Boissons. Les impressions du jury A l’issue d’un travail d’examen minutieux, Serge Dubs, meilleur sommelier du monde 1989 et président du jury, saluait “la qualité de cette édition, fidèle aux habitudes de Terre de Vins : remarquable travail de sélection en amont, diversité des membres du jury… Mais c’est surtout le très bon niveau des cartes présentées, dans toutes les catégories, qu’il faut souligner”. Michel Hermet, vainqueur l’année dernière avec son établissement Wine Bar Le Cheval Blanc, tenait de son côté à souligner “la qualité des débats entre les membres du jury”. Parmi les autres vainqueurs de l’édition 2020, Mariella Kieny exprimait son “plaisir d’avoir fait partie du jury et d’échanger de façon très enrichissante” ; Omar Barbosa du Chapon Fin mentionnait “une organisation très pro, pour une sélection qui donne envie de se rapprocher des établissements et des produits” ; Stéphane Stoetzel du Skab applaudissait lui aussi la sélection et soulignait “le gros travail fait sur les petites maisons, dont les choix de vins et rapports qualité-prix, le travail sur les bios mérite vraiment une mise en avant” ; Morgane Baudaire de la chaîne La Boucherie indiquait “la grande marge de progression sur les restaurants de chaîne”. De leur côté, les partenaires ont également voulu appuyer l’importance de cette édition 2021 : “les différentes catégories ont le mérite de balayer tous les types d’établissements”, explique Justine Colson du CIVB. “On a besoin de savoir comment sont perçus et organisés (sur les cartes des vins) les vins de Bordeaux. On a pu trouver beaucoup de mises en lumière, ce qui est primordial, surtout cette année.” Pour sa part, Julie Hoeffler de France Boissons précise que “la sélection se situe dans la lignée de l’étude que nous avons réalisée il y a quelques années. Nous prônons la voix des consommateurs qui s’y connaissent parfois un peu moins en vin, et à cet égard le Tour des Cartes est très enrichissant”. Olivier Goujon du BNIA et Florence Barthes, de Pays d’Oc IGP, étaient absents mais sont vivement remerciés pour leur soutien à l’opération. Le mot de la fin revient à Terre de Vins. Sylvie Tonnaire, rédacteur en chef, indiquait après ce passage au crible “le côté fascinant de toutes les originalités que l’on a pu voir passer. Nous sommes résolument prêts pour la réouverture des tables !” Rodolphe Wartel, directeur général, annonçait sans divulguer le palmarès que “le pouvoir est aux régions, avec une belle représentation des établissements de province face à la région parisienne, une représentation très homogène et représentative du vignoble français”. Rendez-vous début février, puis fin mars pour connaître les finalistes et lauréats du Tour des Cartes 2021.
Rendez-vous
Lire la suite

Chablis : le domaine Brocard en petite tenue pour la bonne cause

Une série de clichés à retrouver dans un calendrier sont mis en vente par le domaine Brocard pour participer au WalkerTrail d’Avallon et ainsi collecter des fonds pour l’association Oxfam France.Œnologues, commerciaux, techniciens, mais avant tout “sexy boys”. Les employés du domaine Brocard – l’une des plus grosses propriétés du Chablisien – ont troqué leur tenue de travail pour un simple tablier. De quoi réaliser un calendrier original, en édition limitée à 300 exemplaires. Les fonds collectés iront à Oxfam France, association engagée dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités. Et permettront à deux voire trois équipes du domaine de participer au WalkerTrail d’Oxfam (chaque équipe devant collecter 1500€ pour pouvoir prendre le départ). 100 km en 30 heures Les 8 et 9 mai 2021 à Avallon, chaque groupe de quatre participants devra parcourir un total de 100 km en moins de 30 heures. “Chez nous, il y avait vraiment cette volonté de se retrouver dans des activités extraprofessionnelles, surtout en cette période compliquée. Ce trail nous a beaucoup intéressés, avec l’idée de souder les équipes tout étant utiles aux autres, au-delà du domaine”, confie Julien Brocard, à la tête de l’exploitation avec son père Jean-Marc. Un “défi sportif et solidaire” mais également œnophile. “Il se pourrait que l’on ait quelques bouteilles de Chablis aux ravitaillements pour les plus courageux !” Comment soutenir la cause ? ▪ Faire un don (déductible des impôts à 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises) et recevoir le calendrier : https://bit.ly/3bDG2rr ▪ Acheter le calendrier au tarif de 10€ : http://brocard.fr/
Rendez-vous
Lire la suite