TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

MAS BAUX

Un des meilleurs terroirs du monde, quintessence de la spécificité méditerranéenne. A quelques pas de la mer entre Perpignan et Canet-en-Roussillon, le domaine s’étend sur 20 hectares, dont 12 hectares de vignes, bordées de garrigues. Face à la demeure, vieux mas catalan du XVIIIème siècle, restauré dans le respect de la tradition, la cave, le caveau de dégustation et un chai d’élevage.
Roussillon
Voir

MARCHÉ DES VINS DE LOIRE

Au sein d’un même lieu, une cave troglodytique, sont rassemblées différentes appellations et vignerons accessible au public, par la dégustation mais également par la description de chaque appellation dans sa date de création , le ou les cépages représenté , le ou les rerroirs différents, les accords mets vins judicieux, etc. On trouve l’ensemble des vins de la Vallée de la Loire, on est situé dans le Saumurois en appellation « Saumur-Champigny ». Le nom du site de visite s’appelle : “le marché des vins de Loire”, nos plaquettes sont à disposition dans plus de 120 sites de visites du département (49) à travers un comptoir de dépliants via le comité départemental du tourisme. Présents également dans le site, cartes générales des appellations du Val de Loire mais aussi détaillé de chaque appellation.
Loire
Voir

MAISON VEUVE AMIOT

La visite mise en avant est une visite appelée “L’Aventure Sensorielle”. Cette visite est programmée 4 fois par an mais peut être réservée pour des groupes toute l’année sous certaines conditions. Il s’agit d’une visite de caves à la bougie et en musique avec dégustation de mets et de vins à l’aveugle. Quatre dégustations sont proposées pendant la visite avec à chaque fois des explications sur les mets et les vins. A chaque dégustation une anecdote est également apportée, tantôt sur l’histoire, les coutumes ou légendes relatifs à la thématique. La musique est également en lien avec le thème. Les thématiques varient d’une date à l’autre (ex : Corse, Italie, fromages, chocolats, macarons, Bretagne, sucré-salé, fêtes de fin d’année, tapas etc.) La visite dure une heure et est obligatoirement guidée. Les groupes constitués n’excédent pas 30 personnes afin de préserver le côté intimiste de cette visite et aussi pour que chacun puisse s’exprimer plus facilement. L’idée de cette visite sensorielle est née du constat que nous ne prenons pas assez le temps de savourer ce que nous mangeons et buvons. A l’heure où tout doit aller vite, nous prenons le parti de “re” connecter nos visiteurs à leurs sens et à leurs sensations. Dans la pénombre des caves éclairées à la bougie et munis d’un verre noir, le visiteur développe d’autres sens et en l’occurrence son odorat et son palais. Le fait de ne pas ou peu voir ce qu’il déguste peut être troublant mais au final très instructif sur l’influence de la vue sur notre ressenti. Le visiteur exprime alors des sensations et va chercher dans sa mémoire des souvenirs gustatifs qui lui permettent de découvrir de qu’il est en train de déguster. Il s’agit d’une visite créative et ludique qui permet au visiteur d’apprendre, non seulement sur lui même mais aussi sur la thématique proposée. Ce concept, qui allie le ludique à l’instructif, est une alternative à la visite “traditionnelle” plus technique. Là, il s’agit d’un moment plus introspectif où le visiteur devient acteur de la visite. Le visiteur est encouragé à s’exprimer sur ce qu’il ressent ce qui crée une émulsion au sein du groupe. Le rire et la connivence s’invitent souvent pendant cette visite car le visiteur est un peu décontenancé par cette façon originale de découvrir le vin.
Loire
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Succès pour la troisième édition de Lyon Tasting

La troisième édition de Lyon Tasting, le festival des grands vins organisé par Terre de Vins au Palais de la Bourse de Lyon, vient de fermer ses portes. L’événement confirme son succès grandissant auprès des amateurs lyonnais, avec 3500 visiteurs recensés.Depuis trois ans, Lyon Tasting s’installe patiemment mais sûrement dans le paysage des événements gourmands à Lyon. Un pari audacieux pris en 2017 par Terre de Vins, qui a souhaité “décliner” sa manifestation phare Bordeaux Tasting en terres lyonnaises, dans le cadre prestigieux du Palais de la Bourse de Lyon. Les amateurs ne s’y trompent pas, qui viennent de plus en plus nombreux déguster des grands vins de la vallée du Rhône, de Bourgogne et du Beaujolais, mais aussi des autres vignobles français. Ainsi, plus de 3500 amateurs ont répondu présent ce week-end pour venir à la rencontre des quelque 110 exposants réunis pendant deux jours au cœur de Lyon. Master classes, initiations à la dégustation avec les Côtes du Rhône, ateliers des chefs autour des accords mets & vins lyonnais, rencontres au Café des Lumières, mâchon, animations artistiques et musicales… cette troisième édition proposait un programme très dense. Vous pouvez déjà relire tous les articles de la rédaction, revivre tous les meilleurs moments et revoir tous les visages de Lyon Tasting en suivant ce lien. Demain, retrouvez notre diaporama 100% Lyon Tasting ! L’année prochaine, une montée en puissance du volet gastronomique est d’ores et déjà annoncée, ainsi que des master classes encore plus prestigieuses. Lyon Tasting se déroulera les 10 et 11 octobre 2020. Nous vous donnons rendez-vous !
Rendez-vous
Lire la suite

[Lyon Tasting] Master Class Mâconnais : une belle entrée en matière sur les terroirs bourguignons

Retour sur la dernière master class de Lyon Tasting 2019, dédiée aux vins du Mâconnais. L’extrême sud de la Bourgogne s’illustre par une multiplicité de terroirs et de hiérarchisation d’appellations.Présentée par Rodolphe Wartel, directeur de la publication de Terre de Vins, et animée par Valérie Litaudon, œnologue formateur à l’Université du Vin de Suze-la-Rousse et formateur officiel des Vins de Bourgogne, cette master class fut l’occasion de faire le point sur une certaine complexité et de se familiariser avec les notions propres à la Bourgogne, comme de découvrir des vins parfois éclipsés par leurs prestigieux voisins du nord. Tour d’horizon de l’aire d’appellation Dix vins étaient présents à la dégustation pour illustrer la diversité (dans une certaine homogénéité tout de même) des différents terroirs du Mâconnais, et des possibilités d’expression du chardonnay et du gamay en fonction du travail effectué à la vigne et au chai. De l’impact de l’élevage à celui évident de la nature des sols, en fonction de leur composition et du mariage de l’argile avec soit du calcaire, des silices, de la marne ou des schistes : chaque facteur a son importance et modèle le profil du vin, en plus évidemment de la main du vigneron. L’un des atouts indéniables de la région est son rapport qualité/prix encore préservé par rapport à ses voisines. Au nord du beaujolais et au sud de la Bourgogne, elle comporte des noms prestigieux mais aussi une particularité bien à elle : c’est la seule région bourguignonne à produire du rouge issu exclusivement du gamay lorsque les vins sont classés en appellation Mâcon, sans dénomination géographique (le pinot noir pouvant entrer dans la composition des AO Mâcons suivi d’une dénomination géographique). Cette prédominance du gamay en terre bourguignonne s’explique par la nature des sols, plus acides que les sols septentrionaux et proches de ceux que l’on retrouve en Beaujolais, et donc favorable à l’expression du gamay. La hiérarchisation et le positionnement des appellations du Mâconnais Appréhender la hiérarchisation des vins du Mâconnais permet de se familiariser avec l’ensemble de la hiérarchie qui préside au classement des terroirs bourguignons, pouvant parfois paraître un peu complexe. Les appellations bourguignonnes se répartissent le long d’une pyramide, en haut de laquelle culminent 33 AO Grand Cru, représentant 1% de la production, et à sa base les appellations régionales, au nombre de 7, mais comptabilisant 53% de la production. Et au milieu se trouvent les appellations villages, comprenant les premiers crus, et 640 climats différents… Côté Mâconnais, si certains noms résonnent dans toutes les têtes des amateurs, comme Vergisson, Solutré ou Fuissé, la pyramide se compose de l’appellation Mâcon à sa base, puis de l’appellation Mâcon Villages, et enfin à son sommet de l’appellation Mâcon Villages suivie d’une dénomination géographique, comme par exemple Mâcon-Vinzelles, Mâcon-Vergisson, etc. La première produit les trois couleurs de vin, la deuxième uniquement du blanc, et la troisième revient aux trois couleurs, sauf pour Fuissé, Loché, Montbellet, Vinzelles, Uchizy, Vergisson, Solutré Pouilly (qui ne produisent que du blanc), et de Serrières (que du rouge et rosé). La famille des appellations villages en comptabilise 27 avec dénominations géographiques, dont deux situées bien devant les autres en terme de surface : Mâcon-Lugny et Mâcon-Chardonnay ompte respectivement 475 et 212 hectares chacune, lorsque la troisième atteint les 96 hectares jusqu’à la 27è qui en totalise 7. Et puis, comme pour tout vin, et a fortiori en monocépage, le millésime et le vigneron du vigneron viendront compléter les particularités de chaque terroir pour créer une riche palette de profils de vin dans le Mâconnais.
Rendez-vous
Lire la suite

[Lyon Tasting] Master class : le beau millésime 2016 de Rasteau

La cave de Rasteau (Antoine Muller) et les domaines du Trapadis (Helen Durand) et des Escaravailles (Gilles Ferran) étaient invités par Terre de Vins à venir illustrer le millésime 2016 avec leurs cuvées sous l’éclairage du géologue Georges Truc et du président des sommeliers lyonnais et de Rhône-Alpes Laurent Derhé.2016 était un très beau millésime a Rasteau au nord du Vaucluse en Rhône méridional. Il commence à être buvable même si tous les domaines n’ont pas encore sortis leurs meilleures cuvées. L’occasion d’une dégustation de six cuvées d’opérateurs différents, la cave de Rasteau et les domaines du Trapadis et des Escaravailles. L’appellation rastelienne au nord d’Orange, au-dessus de la vallée de l’Ouvèze, a longtemps produit davantage de vins doux naturels que de vins secs, désormais majoritaires à plus de 95%.L’AOC de 1937 est devenue Villages en 1966 avant de passer en cru en 2010. Avec le grenache comme cépage majoritaire (environ la moitié des surfaces), elle élabore des vins d’assemblage avec également syrah et mourvèdre mais peut aussi contenir carignan et cinsault. “2016 est le millésime de l’équilibre avec des maturités et des acidités parfaites, estime Gilles Ferran. Nous avions eu un peu de sécheresse mais dans le Rhône sud, c’est habituel chez nous et ça ne pose pas de problème. C’était vraiment un très beau millésime”. Côté géologie, Georges Truc évoque vers le sud, les plaines et les terrasses alluvionnaires reposant sur des marines sableuses bleues et au nord, les collines avec accumulation de cailloutis d’argile et des versants à orientation variées. “A Rasteau, le pourcentage d’argile est assez élevé. Associé aux cailloutis, c’est un support de la charge minérale, fer, potassium et oligo-éléments qui favorise l’éclosion des tanins, la complexité dans les vins et la richesse élégante. Les cailloutis assurent la perméabilité des sols pour enrichir la réserve et éviter le stress hydrique de la vigne”. Six expressions d’un millésime La cave de Rasteau rebaptisée Ortas il y a quelques années et qui s’est mariée il y a quelques mois à Rhonéa bénéficie d’une centaine d’ha sur l’ensemble de l’appellation et du domaine de Pisan, acheté en 2006. Le 2016 du domaine à 50% grenache, 40% syrah (avec un peu d’élevage bois) complétés de mourvèdre (le plus tardif du terroir et le plus septentrional) à des tanins caressants qui restent présents en finale sur des arômes de fruits rouges et noirs bien mûrs, des figues et des notes de garrigue. Avec une volaille fermière lardée par exemple (11,50€). Les Hauts du Village, sélection parcellaire de la cave (pas dans tous les millésimes) en grenache, syrah, mourvèdre presente des tanins fins et tendus, encore fermés (La cuvée n’est d’ailleurs pas encore commercialisée) sur une note toastée et mentholés et une belle matière. (14,50€) Les Escaravailles ont été fondés en 1963 par le grand père de Gilles Ferran qui avait dû défricher les collines. Le vignoble d’une quarantaine d’ha est le plus haut de l’appellation à 250-350 m d’altitude. Le petit scarabée sur l’étiquette évoque la confrérie propriétaire des lieux au début du XVIIe siècle, les « pénitents noirs » appelés ainsi par les habitants du village. La cuvée La Ponce à 80% grenache assortie de syrah, la première élaborée en 1999 par Gilles Ferran, offre une belle intensité aromatique sur des fruits noirs, une légère note animale et des tanins soyeux et gourmands avec une fraîcheur acidulée en fin de bouche. Avec un carré d’agneau en sauce (12,50€). La cuvée Héritages 1924, en grenache issu des plus vieilles vignes du domaine, a été vinifie en cuves béton pour fondre le fruit sur des arômes d’eucalyptus, de fruits noirs (mûre, myrtille) et de garrigue pour un vin délicat au beau potentiel de garde. Avec un canard aux airelles. (18,50€) Le domaine du Trapadis d’Helen Durand, familial depuis quatre générations, s’étire sur 35 ha dont 25 en Rasteau répartis sur les quatre terroirs dont deux tiers en plaine. Les Adrès sur les coteaux sud des marnes bleues calcaires de Malalangue est à majorité grenache (80%) avec mourvedre et carignans en co plantation, vinifiés en cuves ciment et vieilles barriques. Des notes poivrées et reglissées teintées de thym et romarin, des fruits rouges compotes et des tanins fins a beau potentiel de vieillissement aux tanins enveloppés. Avec une épaule d’agneau. (16,50€). Le VDN grenat a 90% grenat avec u e touche de carignan est un vin rouge mute issu d’une sélection parcellaire élevé à la fois en cuves et vielles barriques. Un vin soyeux contre sur des notes de bigarreaux et pruneaux a 100 g de sucre, à essayer sur des gibiers, des pâtés persillées ou des desserts au chocolat. (14,50€ les 50 cl).
Rendez-vous
Lire la suite