TOUTES NOS ADRESSES DANS LE VIGNOBLE

Découvrez les adresses saluées par le jury des Trophées de l'Œnotourisme et validées par la rédaction de Terre de Vins

MAISON RÉMY MARTIN

L’hospitalité selon Remy Martin, 13 programmes de Visites et Réceptions Labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant », la Maison Remy Martin fait fructifier un héritage ancestral unique autour de valeurs essentielles : le Temps, le Terroir et les Hommes. Depuis 1724, le socle de sa narration est fondé sur : une famille de vignerons audacieux, un attachement indéfectible à la terre de Charente, l’élaboration de cognacs d’exception exclusivement Fine Champagne. Dès 2008, la Maison a créé « Les Rendez-vous ». Cette proposition de différentes visites amorçait un renouvellement complet de la stratégie de l’offre réceptive en privilégiant la relation avec le visiteur. Aujourd’hui, offre de visites dites classiques et le concept de visites privées avec un guide dédié. Ces visites sur mesure se déploient dans les lieux historiques et de travail de la Maison. Chaque visite a un programme thématique spécifique (atelier chocolat, atelier cocktail, food-pairing, l’initiation à la dégustation du cognac Louis XIII, etc.). Le catalogue, renouvelé d’année en année, comporte 13 programmes expérientiels. La création en 2018 de la « Dégustation Gourmande » illustre cette volonté. Cette visite offre, entre autres, une dégustation de cognacs autour d’une table agrémentée de fruits frais et confits, de miel, de fleurs, d’épices, de fèves de cacao, d’amandes, autant de senteurs et de saveurs qui se découvrent dans les cognacs de la Maison. Expérience incroyable qui permet de révéler les talents de dégustateur de nos clients, véritable moment de convivialité et de partage. Ateliers à la fois ludiques et pédagogiques, interactifs entre le guide expert et son visiteur. Pour conforter cette stratégie, Remy Martin a créé un véritable pôle « Hospitalité » qui englobe le Service des visites et le Service de réceptions « le Club de la Maison Rémy Martin ». Ce lieu privé emblématique, est à la fois intimiste et chaleureux. Il est un symbole de l’Art de Vivre à la française autour de la gastronomie et de la culture. Les visites privées sont proposées toute l’année. Les offres sont destinées à tous les publics, du néophyte à l’expert. Pour une durée de 2 heures à une journée, en petit train au Domaine de Merpins ou dans le cadre d’une prestigieuse dégustation au Domaine familial de Grollet pour « L’expérience Louis XIII ».
Sud-Ouest
Voir

VEUVE AMBAL

Veuve Ambal, premier élaborateur de crémant de Bourgogne, ouvre les portes de son site de production. Ce nouveau site de production créé en 2005, a été pensé dans l’optique d’accueillir des visiteurs. Une passerelle dédiée à la visite surplombe l’ensemble des ateliers et un parcours ludique a été conçu pour accueillir petits et grands. La visite guidée ou audio-guidée permet de découvrir caves de vieillissement, ateliers, robots et automates au service de « la méthode traditionnelle » et dévoile les secrets de la maison. Des projections sur écrans géants agrémentent le parcours au cœur de l’entreprise. Le visiteur est ensuite invité à déguster une Sélection de vins issue des 20 Crémants de Bourgogne de la Maison, dans le cadre convivial de notre espace boutique. Cette immersion permet aux visiteurs d’apprécier le mix entre le savoir faire de nos équipes et la technologie au service de notre production. Tout est visible. Veuve Ambal poursuit, sur le plan œnotouristique, une démarche de labélisation : De vigne en cave, vignoble et découverte. En cours : accueil vélo, qualité tourisme. Veuve Ambal est identifiée par l’office de Beaune comme visite familiale. Gratuité pour les moins de 12 ans et tarif spécial scolaires. L’ensemble des panneaux présente une version simplifiée pour les enfants. Dans la salle de dégustation, un espace « table de dessin » (avec des coloriages en rapport avec la vigne) est disponible à proximité des parents. Mise à disposition de « produits maison » sans alcool.
Bourgogne
Voir

CASTIGNO, CHÂTEAU ET VILLAGE

Au coeur de l’appellation Saint-Chinian, se dresse la Cave de Château Castigno, une structure en forme de bouteille de vin, qui semble sortir de terre, soutenue par des troncs de bétons. et recouverte de liège. En premier lieu, la Cave, inaugurée en Mai 2018, est une prouesse architecturale, aux matériaux et équipements innovants, qui s’intègre parfaitement dans la paysage. Un incontournable de la région où se fait le vin du domaine, produit en bio sur 32 hectares. Un lieu à la fois dédié à l’élaboration de cuvées, mais également un centre oenotouristique où sont proposées des visites guidées, dégustations commentées, ateliers pour réaliser son propre vin, animations spéciales lors de journées thématiques, balades et safari en 4*4 dans les vignes, invitation aux vendanges…Castigno, c’est avant tout une Maison vigneronne, mais pas que… A 2km de la Cave (30min à pied, 5min en véhicule), les maison du village d’Assignan, abritent le Village Castigno. Un hôtel “éclaté” dans le village, composé de chambres, centre de bien-être, espaces détente et 3 restaurants. Un gastronomique qui a obtenu 3 toques au Gault et Millau 2018, “La Table”, un restaurant Thaï ou le repère des vignerons du coin et un Bistrot ” La Petite Table” qui occupe avec vie la place du village, en été. Un projet initié par Marc et Tine Verstraete, amoureux de la vie et épicuriens par essence, il y a désormais 11 ans avec la reprise du domaine viticole, qui s’est suivi en 2015 par l’ouverture de l’hôtel éclaté et restaurants. La ligne conductrice du projet ? le vin, tout simplement. Les murs sont teintés de pourpre, rose et rouge, et mettent à l’honneur les vignerons de la région. Il n’est pas non plus rare d’être logé dans une chambre portant le nom d’un cépage ou de l’une des cuvées.
Languedoc
Voir
Trophées de l'Oenotourisme
Trophées de L'Oenotourisme

Les trophées de l'oenotourisme
Découvrez tous les lauréats et inscrivez-vous
pour participer à la prochaine édition.

Inscrivez-vous
Ils s'engagent à nos côtés pour promouvoir l'œnotourisme en France

Actualités


Oenotourisme

 —  Voir toutes les actualités

Vin de paille : le Conseil d’État valide l’AOC Corrèze

Le Conseil d’État a rejeté jeudi la requête des viticulteurs du Jura qui réclamaient l’annulation de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Corrèze, lui permettant d’utiliser la mention “vin de paille” sur ses bouteilles de liquoreux, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération des vins de la Corrèze. Le Conseil d’État a rejeté jeudi la requête des viticulteurs du Jura qui réclamaient l’annulation de l’appellation d’origine contrôlée (AOC) Corrèze, lui permettant d’utiliser la mention “vin de paille” sur ses bouteilles de liquoreux, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération des vins de la Corrèze. “On est heureux et soulagé. Le Conseil d’État n’a pas suivi le rapporteur public”, a déclaré à l’AFP le président de cette Fédération, Jean Mage. Une trentaine de vignerons corréziens exploitent au total une centaine d’hectares, principalement du rouge, mais aussi du blanc, du rosé et, sur 20 hectares, du vin de paille, de part et d’autre de Brive-la-Gaillarde. “Les gens vont pouvoir faire des investissements dans cette nouvelle AOC car jusqu’à présent, c’était quand même incertain”, a-t-il poursuivi, espérant avec cette décision augmenter les ventes, attirer de nouveaux vignerons pour remplacer ceux qui partent à la retraite et permettre de nouvelles plantations. Selon l’arrêt du Conseil d’État consulté par l’AFP, “la Société de viticulture du Jura n’est pas fondée à demander l’annulation de l’arrêté qu’elle attaque”. L’organisme de défense et de gestion (ODG) des vins jurassiens contestait cette reconnaissance devant le Conseil d’Etat, qui leur avait donné raison en 2014, interdisant la mention “vin paillé” sur les bouteilles corréziennes. Le Jura, principal producteur de vin de paille en France, estimait avoir l’antériorité – le vin de paille figurait déjà au premier concours des vins du Jura en 1836 – et faisait valoir que le cahier des charges corrézien, en particulier la liste des cépages et les conditions de production, ne correspondait pas à la définition européenne du vin de paille. Le Conseil d’État a estimé que l’AOC Corrèze, constituée en 2017, remplissait les critères prévus par le règlement communautaire et pouvait apposer la mention “vin de paille”. Quant au manque d’antériorité, la haute juridiction administrative a, au contraire, souligné qu’elle était suffisante. “Ce cahier des charges comporte (…), outre le rappel des étapes historiques du développement de la vigne depuis l’époque gallo-romaine dans l’aire concernée et des techniques traditionnelles de fabrication du vin ‘paillé’ dans cette zone, des indications relatives aux facteurs humains propres à la viticulture (…), qui assurent les caractéristiques et la qualité décrites de l’appellation”, écrit le Conseil d’État. La Société de viticulture du Jura s’est dite vendredi “abasourdie” et “très surprise” par cette décision qu’elle “ne comprend pas”. “Le rapporteur public demandait l’annulation. On va regarder si au niveau européen, on peut se défendre”, a indiqué à l’AFP son président Nicolas Caire. “On espère que les consommateurs ne seront pas dupes. Le vin de paille, historiquement, c’est ici, pas en Corrèze”, a-t-il poursuivi. Ce liquoreux est issu des meilleurs raisins sélectionnés à la main pendant les vendanges. Ils sont ensuite séchés pendant au moins six semaines sur des claies, autrefois en paille. Sans sulfite ajouté, ce vin est ensuite élevé trois ans, avec un passage en tonneau pendant 18 mois. En Corrèze, quelque 50.000 bouteilles de ce liquoreux sortent des chais chaque année, petit rendement oblige, contre 200.000 dans le Jura. Les Corréziens produisent également 400.000 bouteilles de rouge et de blanc tandis que les AOC jurassiennes en font 10 millions.
Rendez-vous
Lire la suite

Malartic-Lagravière à la conquête d’Hollywood

Le château Malartic-Lagravière, cru classé de Graves, a séduit l’actrice Charlize Theron lors du dîner de gala de l’American Cinematheque donné en son honneur à Beverly Hills. Le château sera également visible dans plusieurs productions internationales en 2020.Premier pas sur le tapis rouge des stars pour Malartic-Lagravière. Cru classé de Graves dans l’appellation Pessac-Léognan, le château bordelais a fait sensation au dîner de gala de l’American Cinematheque, qui distingue chaque année une personnalité pour l’ensemble de sa carrière. Ce vendredi 8 novembre, c’est Charlize Theron qui s’est vu honorée par un Award 2019 lors de la 33ème édition de l’évènement. 700 invités, proches et amis de l’actrice, étaient invités à Beverly Hills, au prestigieux Beverly Hilton hôtel, pour célébrer la carrière de l’actrice. Sur les tables du dîner de gala étaient servis les vins du Château Malartic-Lagravière : les millésimes 2016 en blanc et 2014 en rouge. Le château a également offert un magnum gravé à Charlize Theron, qui, signé de sa main, pourra être proposé aux enchères pour soutenir les engagements de l’actrice contre le SIDA. Charlize Theron a fondé dès 2007 Africa Outreach Project, organisme qui soutient la lutte contre le SIDA chez les jeunes, dans son pays natal l’Afrique du Sud. Au-delà de ce premier grand évènement médiatique, le Château Malartic-Lagravière prend également position sur des placements dans des longs métrages en cours de tournage ou qui sortiront en 2020. Déjà trois ou quatre productions internationales ont été tournées, confie Séverine Bonnie. Des films historiques, d’aventure ou contemporains qui correspondent à l’image et aux valeurs du château. Le domaine est la propriété de la famille Bonnie depuis plus de 20 ans. Celle-ci possède également le château Gazin Rocquencourt (Pessac-Léognan, Bordeaux) et la Bodega DiamAndes (Mendoza, Argentine). La famille Bonnie, représentée le soir du gala par Véronique Bonnie-Laplane, se dit fière d’avoir contribué à l’honneur rendu à Charlize Theron. “Aborder les choses par l’art et le cinéma est très intéressant. C’est une façon d’être présent sur le marché américain en se distinguant”, poursuit Séverine Bonnie. Produire un grand cru, précise-t-on au château, c’est un peu comme réaliser un film : raconter une histoire, celle du terroir et des hommes qui le façonnent. L’aventure sur grand écran commence pour Malartic-Lagravière.
Business
Lire la suite

Bourgogne : Jean Loron ouvre une boutique et propose de vieux millésimes

L’un des plus anciens et plus grands propriétaires viticoles du sud de la Bourgogne, la maison Jean Loron, vient d’ouvrir une boutique. Elle propose des dégustations et une gamme exclusive de vins rares. Ouvrir un point de vente destiné aux particuliers n’est en soi pas une idée révolutionnaire pour un producteur bien installé dans son vignoble. Proposer une douzaine de millésimes à la vente, dont le plus ancien date de 24 ans (1995), est déjà beaucoup plus singulier. C’est l’initiative que vient de prendre Philippe Bardet, à la tête de la maison Jean Loron. “La Boutique” est située à la Chapelle de Guinchay dans le siège historique de Loron, maison dont la saga a débuté en 1711. Propriétaire de plus d’une centaine d’hectares en crus du Beaujolais, la maison produit également de nombreuses appellations du Mâconnais, Pouilly-Fuissé en tête. Une antériorité et une taille conséquente qui lui ont permis de constituer des stocks de millésimes introuvables, ou presque, aujourd’hui. Des vins conservés précieusement dans des caves centenaires. On trouve à la gamme des Moulin-à-vent, Morgon, Juliénas, Fleurie, etc. Les visiteurs pourront aussi découvrir les dernières innovations : les cuvées “Rift 69” et “Rift 71”, un Beaujolais-Villages et un Mâcon-Villages vinifiés sans aucun soufre ajouté. Ou encore la cuvée “Jean” un gamay sur le fruit et d’une belle consistance. La boutique est ouverte du lundi au vendredi : 10h à 12h30 / 14h à 18h Tous les samedis de juillet à octobre : 11h à 18h Tous les premiers jeudis soirs du mois, à partir de 18h, des soirées afterworks sont proposées. www.loron.fr
Business
Lire la suite